: ruslit.live, RusLit.space. .


/ / : " " -

.


        # - .
         1931 . . . - , , , , , , , 1992 . - .
         1945 . 1984 . , , . , . 1986 . , . , .

        



        

        
         ,
         .
        ,
         .
         ,
         - .
        
         .
        ? ,
         ,
        ,
         - .

1961

        

         , ,
         ,
         .
        - - !
         ... ...
         , ... ...
         ,
        - - !
         , , ,
         ...
        - !
         - !
        - !.. ... :
         ... ...
        
         - !
         , ,
         , - ,
        , ,
         ,
        , ,
         , ,
         ,
        - !
         ,
         ,
         , ,
         .
        , 13 1913

         , , .
         .
         , , ,
         .
         , ,
         .
        
         .
         ,
         .
        , ,
         .
        , ,
         - .
         - - . -
         .

13 1914

        

         ,
         ...
         !
         ?
        ,
         ...
         -
         .
        , .
        , .
         .
         , - ?
        
         - ? -
         ,
         !
         , .
         .
        - !
         - ?..

4 1914

        

15

         ,
         ,
         -
         .
         : ,
         - ...
         - ...
         ...
         ,
         - ...
        -
         !

3 1915

         , ...

         , ,
         , ,
        
         .
         , -
         - ,
         ,
         .
         ,
         ,
        
         , .
         , ,
         - ...
        
         : !
        
         , - ! -
         : ,
         ,
         - ,
         ,
         , - ! - ,
         , - ! - .

3 1915

         ...

        
         .
        
         !
        , ,
         ,
         ,
         .

9 1915

         - ...

         - ,
         -
         ,
         ,
         -
         ,
         - ,
         ...
         - , - ,
         - ...
         - ,
         !

22 1915

         , ...

         , .
        - , , -
         - - : !
         - !
        ! - ! - , - !
        - , ! - , !
        , , , , , -
         , !

26 1915

         ...

        
        
        . - Ars Amandi[ (.)]
         - .
         -
         - .
        
        - .
        , !
         - ...
        - , ! -
         !

29 1915

         ! - !...

         ! - !
         .
        : , : .
         - , , ?
         , ,
         ,
         ,
         .

3 1915

         ...

         ,
         , - .
        
         , , .
        ,
         ,
         ,
         ,
        
         -
         ,
         !
         :
         ,
         , -
         .

22 1915

         ...

         ,
         , -
         ,
         .
         ,
         .
         , ,
         - , - ...
         - .
         - ,
         - ,
         .
         - ,
         - .
         - ,
         - ...
        , 1916

         !...

         !
         , .
         -
         .
         , - ,
         - .
         , ,
         !
         :
        , !
         , , -
         ?
        
         ...
         -
         .

12 1916

         ...

        
        , .
        
         !
        
         ,
        
         .
        
         , ,
        
         ... -
         .
         .
         , -
         .
         ,
         .
         ,
         -...
         ,
         ...
         ,
         - !

18 1916

         ?...

         ?
         -
        ,
         .
         ,
        - ? -
        
         .
        
         ,
         - ! -
         .
         ,
         ,
        , ,
         - ?

18 1916

        

1

         - ,
         - ,
        - ,
         - .
        , ,
         ,
        , ,
         , .
        
         .
        
         .
         - , ! -
         - ,
         ,
         - .
        , , ...
         - .

15 1916

2

         ,
         ,
        
         ?
        
        ,
         .
        
         ,
        ,
         .
        
        
         .
        
         .
        
         .
         ,
         ,
         - .
        
         ,
        
         ,
         ,
         -
        .
         !
         , .
         :
        , , !
        .

1 1916

3

         ,
         ,
         ,
         .
         - -
         ,
         ,
         .
         - !
         .
         , ,
         .
         ,
         .
        
         .
        , ,
         ,
         ,
         .
        ,
         ,
         - -
         .

2 1916

4

         - ,
         - ,
         - .
         - .
         - ,
         - ,
         -
         .

2 1916

5

         - !
         - !
         , -
         , .
         ,
         - !
         ,
         - !
        
         , -
         ,
         .
         ,
         -
         ,
         ...
         - ,
         -
         , ,
         - .

7 1916

6

         - !
         .
         , .
        - !
        
         .
        
        , .
         -
         !
         -
        -! !
         ,
         !
         ,
         !
         ,
         ...
        -
         .

9 1916

7

         -
        , ,
         -
         , .
        - , , ! -
         ,
         - ,
         .
        
         - .
        
         .

13 1916

8

         ,
         ,
         , ,
         ,
         , ,
         - - -
        ,
         , ,
         , : .

18 1916

9

         -
         .
         , ,
         , -
        - -
         , ,
         , - ...
         - ,
         - !
         , .
         -
         , ... ,
         , ,
         -
        ...
        ,
        ( ?),
         - ! -
         .

9 1920

10

         - - ,
         .
         - -
         .
         : , ,
         , .
         , - ,
         !

15 1921

12

         - !
         - !
         :
         .
         , -
         ,
         , -
         !
         , , !
         : !
        , : ! -
        , - !
         , -
        . - !
         : ! -
         !

15 1921

13

         -
         .
        , ?
         - - ,
         - - .
         -
         .
        , ?
         , ...
         : - !
         -
         .
         - !
         --.
         . - .
         15 25 1921

14

         -
         .
        
         .
         . .
         .
        , !
         - ,
         ...
        , ,
        
         .
         :
         .
         15 25 1921

15

         , , -
         .
         ,
        , - ?
         ,
         ...
        
         ?
         !
         !
        , ,
         ?
         !
        
        
         .
        
         .
         --,
         ?
         ! !
         !
        , ,
         ?
         ,
         .
         , -
         .
         ,
         ! -
        - ,
         ?!
         ! !
        ! !
        , ,
         ?
         ,
         , - .
         ,
         , - .
        
         - .
         -
         !
         ,
        , .
         ,
         .

22 1921

16

         , ,
        , .
         :
         .
         :
         .
        ,
         .
        
        
         -
         ?
         ,
         ,
        
         ?

25 1921

17

        , !
         .
        
         - .
         -
        , .
         ,
         - - - .
         ,
         ,
         - ,
         .
        , , !
         - ? -
         .
         - .

2 1921

        

2

        
        ,
         ,
         -
        !
        - - !
         ,
        ,
        - ,
        
        ,
        .
        , !
        - ,
         - .
         .
        -
         .

27 1916

3

         - .
         - .
         : , , -
         : .
         - ,
         - - .
        , -
         - .
         , - ,
         , - ,
         - - ,
         , - .
         - ,
         - .
         ,
        , , - .

17 1916,

8

        , , ,
         - , .
         ,
        , .
         , ,
        , .
        ! !
         , - !

9 1916

9

         ? !
         ,
         ,
         - ,
         , .
         - ?
        , , !
        
         ,
        
         :
         ! ! !
         - ! - !

12 1916

10

         ,
         .
         - ,
         - .
         -
         .
         , ,
         .
         -
        , !
         - ,
         - ...
        
         - .
        
         .
        , , ,
         !

23 1916

        

1

        , , !
         , !
         ,
         , .
         : ! -
         - :
        ! - ,
         , .
         ,
         , - !
         , ,
         .
         ,
         ...
         ,
        - ! - .

19 1916

3

         -
         .
        , ! ,
         !
         ?
         ...
         ,
         - .
        
         .
        
         -.
         ,
         .
        
         !
        , , . - ,
         .
         , ,
         .
         ,
        
        
         .

23 1916

5

         !
         .
         -
         .
         ,
         ,
         -
         .
        
         ,
        
        - ...
         - -
         .
        
         .

25 1916

6

         ! - ,
         - . .
        
         .
         !
         !
        - , ,
         !

26 1916

8

         ,
         .
        
         .
         - - ,
        -
        , ,
         -,
         ,
         ,
        
         .

27 1916

9

         -
         , -
        ,
         .
        , ,
         , ,
        
         .
        , ,
        ,
         -
         .
        
         !
        ! - !
        
         - !

27 1916

11

         ,
         !
        , - ! -
         !
         , ,
         ,
        , , ,
         , .

2 1916

12

         - ,
         , - ,
         - , -
         - - .
         , ,
         , -
         - ? - , - , -
         -
         !

2 1916

         , ,
         - - .
        
         .
        , ,
        : , , ...
         -
         .
         ,
        ! - ?
         , ,
         , ...
        , ! ,
         , ,
         . - ,
         ! , !

3 1916

        ,
        -, ,
        
         .
        ,
         ,
         , - ,
         , .
         : - , ,
         - !
         , - ,
         - - ...

8 1916

        

         - ,
         !
        ,
         :
        !
         .
         : !
        ! - ! - !
         , - ,
         -
         , ,
        , .
         - -
        
         , ,
         !

13 1916

        ...
         ,
        
         .
         -
        
         - .
         , , - -
        ,
         .
         .
         , ...
         - ,
         - :
         - - . -
         -
        , , .
         - : ,
        , .
        
        .
         ,
         -
         - .
         -
         .

10 1916

        -

1

        
        
        
        , -!
        , ,
         ,
        
         !
         ,
         ,
         -
         .
        
         - ,
        
         .
         ,
         - ,
         , ,
         .
        ,
         ,
        
        , -!

19 1917

2

        
         .
         -
         .
         ,
         ...
         -
         .
        
         - ,
         ,
        , .
        
         .
        
         .
         - !..
        
         . -
        , -!

19 1917

3

         , -
        ,
         ? - ,
         - .
         ,
         ?
         , -
         ?
        , :
         - .
        - .
         .
        -
         .
         -
         - .

22 1917

4

         - .
         - .
        - - ?
        - - !
        - ? - .
        - e? - .
        - - .
        - - .

22 1917

5

         - - ,
         - - .
         e,
         , -.
         :
         ,
        - ,
         .
         ...
        - - - !

14 1917

6

        
         - ...
         -
        -, , .
        
         .
         - - - -
         .
         -, :
        - ! - . - ! -
        
         - , .

14 1917

         ,
         ...
        - ! -
         .
         , -
         !
        - ! -
         !

26 1917

         - .
         .
         - .
         .
         - .
         .
         - .
         .

5 1917

        

1

         -
         - .
         - ,
         : , .
         ,
         , -
         , :
        - Ne laissez pas tra?ner mes lettres![ ! (.)]

2

        , ,
        . .
        - -? -
         .
         -
         . , ...
         -
         : - !

3

         -
        . ,
         - . ,
         - .
         .
         ? - .
        - ! - ,
         - - .

4

         .
         - .
        
         .
         !
        - , !
        - ! -
         .
        ..., ,
        . .
         - , .
         .

19 1917

         , ,
         ,
         , ,
         - - .
         - - ,
        : , , : ,
         - - -
         .

4 1917

        

         , : - !
        , , , !
         ,
         , !
         , , ,
         , ,
         - ,
         - .
         , - ...
        - : ,
         ,
         .
         -
         : - , ! -
        
         .

4 1917

         .
        , , ,
        , , .
        - -
         - .
         - !
         - !
         - , .

31 1917

         : -
         , .
        
         .
        
         .
         ,
         .
        , 18 1918

        

1

         , :
         - .
         :
         - .
         :
        
         , ...
         - :
         - - - .

24 1918

2

         - , - .
         , :
        - ? - ,
         : - !
        - ? - ,
         .
        
         : : .

30 1918

        NB! .

         - !
         - !
         , , -
         , ?!
         ,
         .
         -
         .

11 1918

        He - ,
         - .
         - , ,
         , .
        
         .
        - ! - ?
         - !
         1918

         , , ,
         .
         , , -
         .
         ,
         .
        
         .

13 1918

         - :
         ,
         , .
         ,
         , - -
         .
         - :
         ,
         , -
         - .
         .
         .

4 1918

         .
         , , -
         !
         . - -
         . , ,
         .

6 1918

         - . - . - .
         . . - .
         ,
        . - .
        ! - . -
        , .
         - . - .
         : - ! - : - -...

6 1918

        , : .
         , .
        
         .
        , - ,
         -
         : - !
         - .

30 1918

        ,
        , - .
        
         .
         .
         !
         , - .
         .

6 1918

         - .
         .
        
         - !
        ! !
         ! !
        
         , .
         - ,
         .
         - !
         - !

7 1918

         :
         ,
         ,
         - ,
         - ,
         .
         ,
         ,
         ,
         ,
         -
         .

27 1918

        - ? - .
        - ? - - .
        - ? - .
        - ? - .
        - ? - , , ,
         .
        - ? - .
         - ? - ...

9 1918

         , ,
         - .
         -
         : - ?
         - , ,
         .
         , ! - -
         .

14 1918

         - ,
         .
         -
         - .
         ,
         - .
         ? - - .
         - , - .

14 1918

         , !
         :
        , , , ,
        , , ,
        , - ,
         - .
         - !
         :
         - - ,
         !
        , - ,
         .
         , !
         ,
         ...
         - !
         ,
         - .

14 1918

         -
         - !
         - - !
         ,
         , -:
         - !

18 1918

         ,
         .
         -
        , .
        ,
         - .
        ,
        , .
         - ,
        , .
         -
        , !

23 1918

        
         .
         , ,
         , .
         - ,
         - ,
        
         .
        
         ,
        
         .
         -,
         , ,
         , .

3 1918

         ! -
         - - - ,
         ,
         , -
         !
         !
        ! !
         - !
        , !
         , - !
         - .
         !
        ! ! !
         .
         ,
         ,
         -
         !
        ! !
        ! !
        , !
        , !
         ! -
         !
        , 1- .
        , - , - ( , , , , - !)

        

11

         ,
         -
         - .
        
        , ,
         - .
        ( -
         ! - ! -
         - .)
        
         -
         ! -
        
        - ! -
         , .
        
         -
        , - - !
        , ! - ,
         , :
         -
         - -
         !

3 1918

         ,
        - ! -
        
         !
         , ,
         ...
        -
         !
         1919

         - !
         - -
         . - ,
         ,
         !..
         - , 4 1920

        
         .
        - - -
         .
         , ,
         .
         - -
         : .
         , , ,
         ,
        
         - .
        , 1920

         -
         .
         :
         .
        : - !
         - .
         - ,
         - !

19 1920

[ ]

10

        
        , .
         - , ,
         - , .
         ,
         - .
         - ,
         .

16 1920

14

         :
         !
         -
         - .
         - , !
         ,
         ,
         - !

17 1920

23

         , , -
         !
         - , - ,
         - .
         , -
         ...
        - -
         - !
         ,
         .
         - ? -
         .
         ,
         - !
         - -
         !

23 1920

         .
         .
        - - ,
         !

25 1920

        

<9>

         ,
         - e !
         , -
         - !
         , ,
        , .
         :
         , ?!
         - , -
        , - , !
         , - :
         , .
         ,
         ...
         :
         , ?
         - !
         !
         , -
         - !
        
         - , .
         :
         , ?
         , :
         , ?
         - :
         , - .
         ,
         - !
         , , !
         , - ?
        e - !
         - !
         ,
         -.
         - ! -
         ...
        - e, e ,
         , - !

14 1920

         - -
         ,
         -
         - -
         , ,
        , - !
         ,
         - ,
         , -
         , -
         , ,
         - !
         ,
         .
        , -
         !
        
         - !
         1920

        , ! ,
         - !
        , , !
         !
         ! - !
         ! - !
        , ! -
         !
         ,
         .
         - ...
         !
        , 1920

        

7

         - ,
         - ,
         - -
         - .
         - ,
         - ,
         - -
         - .
         - ,
         - ,
         - -
         - ...

25 1921

        

         ,
         ,
        - -
        , !
         ,
         .
        , :
        - , !
         -
        , ,
         -
        , .
        , !
        , -
         -
         .

18 1921

        

1

         , ,
         .
        
        , .
         , - ,
        -, .
        -
         .

17 1921

2

         -
         - .
        
        , , !
         ,
         , ...
         -
         .

17 1921

        

1

         !
        ! !
         ,
         .
        
         .
         ! - .
         .
         ,
         .
         , ,
         .
         -
         !
         ! -
        ! !

18 1921

        

         , ,
         .
        -, -
         !
         -
         .
        
         - .
         ,
        e .
         , ,
         : .
         , :
         - !
        
         - .
         -
        , ...
        - , ,
         !

19 1921

         ! , -
         ! ,
         -
         - !
        
        . - ! -
        ! - ...
         , - !..

5 1921

         :
        , .
         ,
         - .
         ,
         .
        
         .
        
         .
         -
         !
         ,
         ,
        
         - !
         ,
        , !
         -
         .

27 1922

        

        , : , , ,
        , ,
         , ,
         -
         :
        ! !
         -
         - .
        , -
         !
        
         .
        ! ! ! !
         ...
         ...
         - .

9 1923

        

1

         - .
         - .
        , ,
         ...
        
         ... -
         .
         - ! -
        !
         .
         , ,
         ,
         , ,
         ,
        
         .
        , - ,
         ,
        ...
        -
         : , .
        , - -
         , ,
         !

8 1923

        

        - ,
         ...
        , - !
        - ,
        
         !
        - !
         , :
        !..
         ...
        -
         ...
        - ,
         , .
         , .
        - -
        ()
        - ??

5 1923

        

         ,
         - .
         ,
        
         . - .
         . - .
         ,
         - :
        
         -
         . .
         . - .
         - !
         - !
        
         .
        ( :
         !)
        
         !
         .

11 1923

        

1

         - :
         .
         ,
         - .
        
         ...
        ( -
         !)
        
        , -
        ! -
        ,
         , ,
         , ...
         ,
         - !
        
        
        He...
         , .
        
        ... (!)
        
        : , !

26 1923

2

        ,
        , ,
        , , -
        ,
        
         :
        - ! !
         !

31 1923

3

         ,
        ! - .
         ,
         -
         - .
         ,
         .
         ,
         -
        .
        
         .
         ,
         , .
         ,
         .
        - ! ?
        
         .

31 1923

        ,
         - ,
        , -
        ! - !
        ,
        . - !
         :
         .

12 1923

        

1

         :
         - .
        , .
         - .
         - ,
         - - .
        
         ?
        . .
         .
        ,
        
        , , ,
         ( !)
        
         - !
        , :
         , .
         -
        .
         - .
         ? , !
        ... !
         !
        
        , :
        : :
         .

30 1924

2

         ,
         .
         ,
         .
        
        - ! - - .
         , ,
         - .
        ! - -
        ! - -
        ! - -
         - !
        
        : -
         :
         :
         .
         -
         !
        ! , -
         - !
         ,
        : .
         , - ...
         - .

3 1924

3

         ,
         ,
         -
         .
         ,
         ,
         -
         .
         , -
         ,
        :
         -
        .

3 1924

        

         , -
         ? - ! -
        
        
         ,
        ( - !)
        , ! ,
         - !
        
        ? ?
        
         ( ),
         - -
        ? - ?
        
         , ?
         -
        ! .
         -
         !
         -
        ? - ...
         -
        , !
         ,
        ? - ?
        
         ?
         - -
        ? - ?
        
         , ?
        
        ? - ?
        
        
        ? (
         - !)
         - -
        , !
        
         ? ,
        
        ,
        ?
        , : ?
        ? -
         , ? -
         - ?

19 1924

        ? ?
        , - !
        , , - ,
         -
         .

1 1924

        ,
         !
         ,
         .
         - .
         - .
        ( - ,
         ).
         ,
         .
         - .
         - .
         !
         - !
        (
         - !)
        , ,
         ,
        
         .
         .
         .
         - .
         - .
        
        .
         - ,
         - ,
         -
        . - !
         - ,
         -
         .

5 1925

        

         -
        ! .
         -
        , , , ,
        
         <> .
         , ,
         ?
         1931

        

2

         - !
        ! - ! - ,
        ,
         .
         -
         !
        !
         -
        . -
         , !
         , , , ,
         , , , -
        .
         -
        
         ,
         ! -
         ! : -
        
         ,
        , , -
         - .
         - !
        !
         .
         1932

        

5

         !
         ,
         , - ,
         - !
        
         , ,
         ,
         !

17 1933

        

         ,
         ,
        
         .
         ,
         :
         - ,
         - ...
        
         - :
         -
         ...
        
         :
         -,
         -!
        : !
        : !
        : !
        : !
         -
         :
         -!
         -!
        : -
         - , .
        ( !)
        - , , .
         ...
        - ? - ? -
         -
         .

1 1934

        

         ,
        , .
         -
         (
        !) ,
         .
         ,
         .
         - ? ? ?
        ? - , ,
         . -
        : !
         -
         .
        , !
         -
         .
         - -
         - ! -
         -
        .
         -
         ?
         ,
         !
         - : ,
         - : .
         - ,
         - ...
        ,
        : !
         ,
         !
        - ! ! !
         .
        !
        , !
         , -
        
         ,
         !
        
         ?
         ,
         !
        , , -
        , ! -
         ,
        
        
        - - ! -
         -
         -
         .
        , 1 -15 1935

        

<1>

         -
         : - !
         -
         : - !
         -
         : - !
         1936

        

         -
         ...
         ! -
         ,
         ...
         - , ! -
         ? - .
        - !
        
        - -
         - :
         .
         ...
        
        , ...
        - !
        
        - -
         -
         :
        - , !
         - :
        , - ...
        - !

29 -30 1939

4

        

        ,
         -
        !
        !
        !
        !
         ,
         !
         - ,
         - .
         -
         ,
        
         ?
        
         ,
         , :
         ??
         !
        !
        ,
        !
        ,
        
        !
        
         !
         , !
        , !
        
         - :
        !
        !
        !
        ![Nazdar! - ! (.)]

9 -10 1939

6

        ...

         .
        (. 1939 .)
         - - ;
         .
         .
         , .
         .
         ,
         ,
         .
         - - ,
         ,
         - , ! -
         - .
         ,
         ...
         -
         !

9 1939

7

        

        , ? -
        ! - - .
         - !
         - .
         ,
         - ! -
        ( - !)
         - .

9 1939

9

         - ,
         - ,
         ,
         , -
         ,
         - ,
         - , -
         - !

15 1939

11

         , !
         !
         - ,
         - .
        , , -
        , ,
        , ,
        , .
        , 21 1939

        - ! -
        !
        - - !
        -
        !
        - - :
        , , , ,
         ,
        
        ! - , - ...
         , ,
         , .

23 1940

        

        
         ,
         - .
         ! - , !
         , - ,
         - !
         ,
        
         , .
         ,
         .
         - ,
         - .
         , , ,
         , - -
         - .
         .
        .
         ,
         .
        
         .
         -
         - - ,
         -
         !
        ! - !
         - !
        ! - !
         ?!
         ,
        - ,
         ! -
        ! - !
         ,
        
         - - -
         - .
         ? -
         ? - !
         - -
         - .
         ,
         - -
         ! - !
        ! ! !
        , !
        , !
         - ,
         .
        - ! - , !
         !
         , !
         !
         - - - ?
         - !
        
         - : - !
         - -
         - ?
         - -
         - - ?!
         -
        . - .
         , ,
        , .
        
        , .
        - , - !
         !
         - ? - ,
         - !
         - -
         - - .
         - .
         .
        , ,
         , .
        
         .
        , ,
         .
         - ,
         - .
        , :
         , .
        
         ...
        - , - ,
         - ,
        ... - - -
         - !
         , - ?
         - ?
         - - ,
         - .
         -
         - ?
         -
         - ?!
         -
         . - .
         ,
         .
        
        , .
        - , - !
         !
         - - ! -
         -!
         - -
         - - !
         - .
         .
         - :
         .
        ! , -
        , !
        , ! -
         - .
         ,
         .
        ! - ,
         ...
        , ! - -
         !
         ,
         -
         -
         - !
         . - .
         - .
         -
         - ?
         - -
         - e.
         - -
         - ?!
         -
         .
         ,
         .
        
        , .
        - , - !
         !
         - - ! -
         - .
         - -
         - !
         - .
         .
        . .
         - .
        
         - .
         ,
         - .
         ,
         .
         - ! !
         : !
         ,
         - .
         - - ,
         - ?
        , , !
        , !
        , -
         ,
        
         - .
         -
         ,
        
         .
         ,
         - ?
        , , !
        , !
         ,
         - ?
        
         .
         !
         , ,
         , -
         !
         , ,
         ! -
         -
         !
         - -
         .
         - -
         .
         ,
         :
         ! - !
         !
        , , !
        , !
        
         .
         . - ,
         !
         -
         .
         -
         .
        - , ,
         - .
         , - !
         !
         - - ,
         ?
         - ...
        - -
         -
         .
         - .
         - - .
        
        , - .
         , -
        ,
         ,
         , -
        , -
         -
         -
        .
         .
         - .
        - ? - :
         .
         -
         ?! - ! !
         ,
         : !
         ! - !
         ! - !
         ! - !
         ! - - !
         , !
         !
         - ! -
         !
        
         !
        , -
         !
         ! - :
         !
        ! - :
         - !
         - ! - ? -
         - ! - ? -
         - ! -
         : ? ?
        ! - ?
         - .
         ,
         - .
         : !
         : ,
         - - -
         - !
         - .
        , : !
        - ? , - ?
        , : .
         , , -
        , - ,
         ! - , - ,
         -
        .
         . -
         - .
        
         -
        ?
        
         -
         -
        .
        
        
         -
         !

13 -17 1921

        

        Liebster, Dich wundert die Rede?
        Alle Scheidenden reden wie Trunkene
        und nehmen gerne sich festlich...
        Ho?lderlin[ ! ? ... ø.]

        

         - ,
         - .
         :
         .
         ,
         .
        
         .

1

         ,
        , .
        
        ,
         .
        -
        - ! -
         .
         , .
         !
        
         - ?
         - !
         !
         .
         .

2

         , -
        
        . - ! !
        
        ( , )
         - ?

3

        
         - , !
        
         .
        
         ,
         ,
        : !
        ,
         - !
         ,
        : !
         ,
        - ? !
        , - ,
        : ...

4

         ,
         ?
         ,
         .
        , !
         ,
         - ,
         ...

5

         - , !
         , - !
        ,
         !
        , , :
         - , - ...
        (,
         ).
         ,
         ...
        ( -
        .)
        - ! ...
         ,
         - !
         -
         !

6

         (
         ),
        
         .
         :
         !
         ,
         - .
         , -
        , !
         :
         - !
         , -
        , .
         , ,
         .

7

         ,
         - .
         ,
        , !
         ,
         - : .
         ,
         ( !).
        
        , .
         ,
        : .
         :
        ! ! -
         memento[Memento mori (.) - .] , - !
        , .
        ... - ,
        ... ?

         ,
        , -
         , :
         - - .
         ,
         - - .

8

         ,
        , .
        
        ,
         - !
        , .
        
         -
         .
        ( - , !)
        
         - ?
         - !
         !
         .
         - .

9

         ,
        , , [.. ( ) ().] .
         , -
         .
        ,
         .
         ,
         ,
         ,
         - !
         - -
         , - !
         - ! !
         !
         - !
        (-, ,

         - !) ,
         , .
        
         : .
         ,
        - - ! -
        
         ,
         -
         - !
         - -
         !

10

        
         - .
         , - :
         - !
        
        , , :
         , , -
        , !
         -
         ! -
         !
         - ,
         ,
         .
        
         - !
        , !
        , !
         ,
        , !
         ,
         :
        - ,
        , !
         ,
        
        
         !

        

         ,
         : ...
         - .
         - .
         . -
        . (, ,
         - .)
         - .
         - .
         - ?!
         . - -
        . - , .
        , -
         : .
         - ?
         , ?
         - , :
         , .
        
         . .
        ( :
        , -
        , ,
        : - : ...)
         ,
         - , -
        
         :
        - !

1 - 1 1924
        . .
         1939. ,

        

1

         , ,
         .
         ,
         .
        - . ?
        - .
        -
         .
         - .
         .
        
         .
        - . ? -
         .
         : ?
        : !
         :
         .
         .
        : .
         :
         .
         ,
         - ...
        
         - .
        
         .
        , ,
        , .
        (
         .)
        , - ,
         - .
        (, :
         - .)
        : , .
        - ? .
         , ?.. -
        : !

2

         , -
         !
         ,
         ,
        
        , ,
         -
        : .
        
        : !
         :
         !
         ,
         ,
         ,
         - !
        , -
        ! - .
        - !
        - , :
         . - ?
        - .
         .
        -
        ? -
        ? - !
        , :
         .
        (,
         , ,
        , ?..)
        - . -
        : - .

3

         - .
        , .
        
         - !
         -
         -
        ,
        , -
        ... ?
        ? - ?
        
        ,
        ...
        
         - !
         , ,
         -
         ...
         .
        , ...
         , -
        . , .
         .
        , .
        - ...
        (.)
        - ?

4

        
         - .
        , ,
         - !
         ? ,
         :
        
         .
        
         , ...
        , ,
         - !
         , ,
         , .
        ...
         .
        (: -
         ? - !)
         - .
         - ,
         -
         .
        ...
         .
        
         - !
        , ,
         - !
        ... (
         - : !)
        ...
         .
         ?
         , !
        
        , -
        .
         - .
        ...
         -
         ...
        
         - .
        - .
         ?

5

         .
         - .
        - ? - , .
        - ! - ,
         , .
        ( ):
        - , - ?
        - . - !
        , .
        , .
         - -
         ?
         - ?
         ?
        , ...
        - ?
        ,
         ! -
         ? (, :
        ,
         : .)
        - , - .
        e : .
        ( : !
         , , ,
        
         . Memento[ (.).] - :
         -
         - !)
        
        . - .
        -
        .
        -
        ? -
        . - !
        , ...
        - .
         . ?
        
        . ( .)

        - . - : ,
        . !
         :
        , , , ...
        - , : .
        - ,
         ...
        - ? -
        
         , .
        - ? - ?
        , , - !
         - !
        - ! - ,
        
        .
        - .

6

        - .
         . (: !
        , ,
         -
        ...) - .
        (, , ,
         , ,
        
        ...) - , ?
        ? ( ,
        ,
        
        ...) - :
         , - ,
         ? (
        
        ...) -
         - . (, !
         - ,
        
        !) - . (
         ...) - :
        
         . - ?
         ! ,
         .
        , ,
        
         . - . -
        . . ( .
         - ,
         -
        ...)
        . , ,
        - .
        - . -
         ... ... ...
        . (
         - !)
        - .
         ?
        - . - ,
        . (
         ,
         ... !
        .) :
        - ? - ?
        , ,
        ...
        , .
        , .
         .
        
        
         - .
        , .
        
         - .
        
         -
         - .
        - ? -
        . , ,
         -
        
        : ,
         .
        .
         : ,
         - ...
        
         .
         .
         -
         .
         .
        
        , ,
        , .
        
        
         .
        - ? ?
         , ? ,
        
         ...
        -
        , ! - -
        (- ! -
        
         ?!) - ,
        !!!
         ,
         :
        - , ,
         !
        !
         ( - )
         :
        , , !
        
         - ! -
         ,
         -
        ( !)
        , !
         ,
        , -
        ?
         -
        
         .
        - ? - ,
        . - .
        - - !
        , .
        , -
        ! , -
        ! ( ,
        , !)
         - ?
        : !
        - - !
        (, , .)

7

         - . .
        . ,
        
        . - -
        .
         :
        
         .
        .
         ? , !
        
        . ( - .)
        ! ?
         ? ? ?
        - , -
        ? - .
        - ! - ...
        - ! - ,
         . : - !
         , !..
        . ( -
        ! - .)
        ,
        , - !
        . e!
        ? , ,
        . -
        . - , :
        - ?
        ? ( .)
         -
        . - ?
         - !

8

         - .
        ( , !)
         ,
         .
         - .
         .
         - ,
         .
         -
         .
         - .
        , -
         - .
         .
         - - .
         .
        .
         -
         :
        , :
        : .
        : ,
         - .
         , :
         !
         , .
         :
         ,
         .
         - !
         - - .
        
        ,
        , ,
        . ,
         - ?
         - :
        ? -
        ,
         - ,
         .
        ! !
        ! !
         - !
         -
         -. ,
         ... .
        , :
         - !
        , !
         !
         - ,
        : ! .
         ! !
        ! !
         -, ,
        ,
        
         !
        , !
         , ,
         - !
        ? ,
        
         .
         - :
         .
         - !
        
         -...
        ? ?
         -, !
         ,
         -...
        - .
        - ? - ,
        . - -? - .
        - - :
         !

9

         ,
         ...
        ,
        
         - ,
         - :
         ,
        - .
        ...
         !
         ,
         .
         !
        ! !
         !
         , ,
         .
         ! !
         !
        
        
         ...
         .
         !
         - .
        ? ? ?
         -
        .
        . .
         .
        , , .
        ...
         :
         . :
         ...
         :
        - !

10

        
        . - !
         , ,
         -
        ! ! -
         .
         ,
        - ...
         , -
         !
        (
         !)
         -
        
         ...
         ,
         ,
         , -
        
         :
        ! !
        , ,
         -
         - !
         - ,
         - ,
         - , -
        , - !
         !
        - ,
        -
         :
        - ! -
        
         ...
        (, :
         !)
        ,
        
         ...
         , ,
         ...
        - ! - ... -
        - !.. - ... -
        - !
        - !
        - ? - .
        -
         :
         -. - ?
         ,
         .
        ! - -,
        ? ?
         -. ...
         !
        , ,
         ...
         - -!
         -! -!
         -! - ,
         ?
         - -?
         ,
         !
        , - , , .
         -
        
        ...
         ?
         -
        ! .
         -
         ... !
         !
         - :
         - ,
         ...
        ... , , !
         :
         - ,
         - ...

11

         -
         !
        , :
         .
         ( - ),
        , , .
         !
         - .
         - :
         .
        (, ,
         !)
         ,
         .
        , ,
         !
         -
         - .
        , , - .
        - , ! -
        , ,
         .
        ( , :
         !)
         , - !
         !
         , :
        , !
         -
        , !
        , -
         !
        , :
         .
        
        , - !
        , , -
         , .
        
        , .
         , .
        : .
         -
         !..
        , ...
        
        . ,
         - ?
        ... ,
        ,
         - !
         - !
        ? -
        . -
        . - ?
         - !

12

        
         . - .
         .
         ,
         - !
         - !
         .
         .
        . .
         .
         . -
         !
        ,
        , !
        - - !
         ?!
        
        . .
        
         !
         ,
        , ?
         :
         !
         ! ? !
        ! !
        , , :
         - ...
        
         ?
         , ,
         - -
        . !
         !
         !
         ! - ! -
        , - ,
         - !
        --
         - !
        ! -
        ! - !
         ,
         - ?!
         ! .
         - !
        
         - !

13

         ,
        
        .
        , .
         , :
         , ?
         -
        , !
         -
        ? - !
         ,
         , -
        
        . !
         - -
         .
         , ,
        , , -.
         ,
         ...
        ? !
         ! !
        , ,
         !
         :
         !
        ,
        , .
         -
         - ! :
        ...
         .
         .
         -
         .
        -
        
        ?

14

         -
        . .
         .
        .
        , -
        , !
        !
        - ,
        ,
         ,
         - !
         -
         .
         ,
        , - ! -
         -
         !
         .
         - .
         ,
        !
         ,
         .
        
        
        ,
        
        , -
         - , !
        
         - -
         - -
         .
        , 1 1924 - ,

8 1924

        

         -,
        : !
         - !
         - ,
        - ,
         ! -
        
        . .
         - ! -
        . .
         -
         - -!
        
         - .
        
         .
         . ?
        ?
        
        . -
        ? -
        ? - ?
        
        , !
        
        ! !
         -
         !
         ,
        - !
         -
         !
         .
        ? !
        
         -
        ,
        , .
        ,
         .
         -
         ( ).
        , :
        
        ,
        , -
        ,
         .
         - ,
         - .
        
        ,
         ,
         .
        
         .
         - , .
         . - .
         , ,
         ,
         , , - , ! -
         ,
        . , , !
         , .
         , : .
         , - .
         - ! -
        . !
         . un petit navira[ (.) - .] .
         - , - ,
        , ,
         .
         .
         - :
         - , -
         ,
         .
        ? - - :
         :
         .
         , .
         - - :
        .
        - -
         .
         -

        . .
         . .
        e , .
        (
         - ?)
         - .
         , .
        -: - :
         ...
        - . - .
         , .
        -: :
        !
        
         .
         -
        : :
         .
         :
        . .
         .
        
         .
        - ! -
        
         - .
        ( - :
        
         .
         - ...
        , ?
         !
         :
        !)
         , !
        , , -
        . -
         - !
         - .
        ! ,
        ,
         - !
        ! !
        ,
        . ( -
        !) - .
        , , .
         -
        . !
        ?
        . :
         ,
         :
        , .
         , ...
        , - ,
        , , .
         ,
         ,
         , - ,
        ... ... ...
         - !
        - !
         :
         , -
         !
         , .
        
        , .
         ,
         .
         - -
         -
        . .
         .
        
         - :
        ! - !
         :
         ,
         - ,
         - :
        , .
        (,
         - ...)
         ,
        - - -
        
         :
         .
         , ...
         , - .
        , !
         . .
        , ,
        , .
        
        , :
         , .
        , ? !
        ? , ,
         -
        .
        , St. Gilles-sur-Vie, 1926

        

        
         . - ? ? -
         .
         .
         , ?
         ,
        . . .
         , ?.. e,
         . ,
         .
        .
         .
         ? .
        . . -
        . .
        ( , - .)
        
         :
         . -
        , -
         ( - -
         -
         . - .
         ).
         , -
        , - !
         ,
         - -
        
        . -
        .
         - ,
        , , , ,
        ( : !)
         - .
         . - ?
         ,
        .
         .
        , ,
         - .
         : ,
         - .
        ( -
        .)
        
        . .
         ,
         - , -
        : ,
         - - .
        , : .
        , ,
        
         ( -
        .) :
        , , ,
        .
        , -
        ? - ?..
        . - . - , ,
         , , , -
        !..
        
        
        .
         - .
        - , ! -
         - .
        , -
         ? -
        , -
         - -
         !
         , .
        , ? - !
         ?
         ,
         -
         .
         , -
        .
        .
         .
         , -
        ,
        . .
        ? - .
         !
         ,
         ,
        , , .
         - -
        ?
        . ,
         - .
         , - :
         -
        . !
         .
         ,
         , .
        
         - ?
        
        
        
         .
         . - -
        , !
         - ?
        , , ,
         ,
        .
         ?
         !
        , ,
         . - ,
         - , - ,
         - ...
         ?.
        . ,
         -
         .
         !
         - .
         - .
         ,
         , -
        ...
        - !
        , , -
         !
         -
        : .
        
         ,
         ,
         : - -
        ...
        - , .
         - ,
         - , - ,
         , , -
         , - ...
         ( )
         ...
         ...
        : .
        , , , , -
        : .
         , ,
        
        . .
         ? - -.
         , -
         - !
        
        (), , ,
        
        
         -
         - !
        
        
        .
         - ! -
        
        
        :
        
        : ! -
        ! -
         !
         ( - !),
        
         ,
         - ,
         - - -
        , ,
        , .
         -
        , -
        , -
         ? .
         !
        : .
         , -
        : .
        , ! , -
         !
         , -
        
        .
         - .
         ?
         : .
         - ,
         -
         - .
         -
        .
        : .
         , -
        
        .
         . - .
         , ...
         .
         - , !
        ?
        ? ? - !
        
        ...
        
         -
         .
        St. Gilles-sur-Vie,

6 1926

        

         - - - !
        
        - , -
        ( - ) ,
         .
         ,
         -
        , -
        ... ,
         -
         - ...
        , ?
         , .
         - - ( -
        .) - .
         . ?
        - ? - . ( .
        .) ?
         ? - . - ... - .
        : . : .
        - . ( .)
        - ? - , , .
         ? - .
        : . : , .
         ! ( .)
        , ...?
        ... . .
         ,
         - .
         , -
         -
        !
         - ?
         -
        ? ,
         - - ,
         - ?
        ? ,
         -
        . - :
         -
        . !
        
         - !
         ,
         (, :
         -
        !)
         , ,
        :
         -
         , , ,
         , () -
         ! - , ,
         - ,
        : - -.
         :
         , -
        - Nest?[ (.).] ,
         : .
        ?
         - .
         , , Du Lieber[ (.).] ,
         -
         (
        , - !) -
        , , : .
        - .
        - ? -
        , , ?
        , -
        
        (,
         ) - ,
         - .
         ,
        ( - )
         - , - ,
         (.). (.).

        - - -
         - -
        ,
         - , -
         -
        :
        .
        
         ? ( , , )
         - (?)
        
        
         - - .
        
         .
        
        -
        ! - -,
         ,
         - , -
         ...
         .
        . :
        :
         - -
         - ...
         ,
         () ,
        ( ) ,
         !
        . . .
         . ,
         ? ? -
        . ? , , - ?
        
         : - .
         , - ,
        , , ,
         - ! -
         , , - ,
        . (
         -
         -
         , !)
         , ,
         -
         ? - :
         , :
        .
         :
         - ,
        ! ,
         - ? -
         ! ! !
         , - .
        ( -
        ?) - ! -
         !
         ! ! -
         !
        , , ,
        , , :
         ,
         , -
        ,
         - .
        , - :
        :
        ! - ,
         - ?
         :
         - - ,
        - - -
        ! , : , ,
         -
         : !
         ?
        
         , -
         - - .
         -
         , , , !
         -
         , , , !
        
         - .
         , !
         , !
         :
         ? ?
         ?
         , , - ,
        ? - -
         , -
        ? ? -
        
        . ( - ...)
         , , -
        ? -
         ? -
        ?
        - ?
        , - : -
        ! -
         ,
        ()?
        - , !
        , ?
        
         - - -
         - ?
        : .
        
        .
        - ! !
         - , - !
         - -
         , , !
         - .
         , !
         - , ...
         , !
        - -
         Rarogna,
         -
         - - - .
        Bellevue, 7 1927

        Marina Tsvetaieva

Si l'ame est nee avec des ailes...

        Ce sera ainsi

        Enfant tranquille, dorlote par les tene`bres,
        Une langueur infinie dans un regard perdu,
        Tu es la` immobile devant la fene ? tre. Un pas
        Rapide, dans le corridor - ce nest pas le mien!
        La porte souvre... Un courant dair glacial...
        Une odeur: la fra?cheur, le bonheur... Finies les angoisses...
        Puis un instant de silence et quelquun, doucement,
        Rit, sur le seuil de la porte - ce nest pas moi!
        Le tramway, son ombre, comme jadis, court sur le mur,
        Lorchestre, en bas, se fait plus calme, plus sourd...
        Emu, tu chuchotes: - Que nos a ?mes sunissent
        En silence! - ce nest pas avec moi!
        Que de livres! Et jai pense ... Pas de lumie ` re:
        Cest mieux!.. Les mots me manquent...
        Le tramway, son ombre voit bien que,
        Sur le divan, avec toi - ce nest pas moi!
        Mes poe`mes, ecrits si to ? t, - je ne savais
        Me ? me pas - moi - que jetais poe`te, -
        Venus, comme leau de la fontaine,
        Dun coup, comme les eclats dune fusee.
        Petits diables jaillis dun seul coup,
        Dans le sanctuaire ou` tout est re ? ve, encens,
        Mes poe`mes, la jeunesse et la mort,
        - Ces poe`mes quon na pas lus! -
        Disperses dans la poussie`re des librairies
        (Ou` personne ne les prenait, ou` personne
        Ne les prend!) - mes poe`mes seront
        Comme des vins precieux: leur tour viendra.
        Je ne reflechis pas. Je ne me plains pas.
        Je ne discute pas.
        Je ne dors pas.
        Je nai de gou ? t ni
        Pour le soleil, ni
        Pour la lune, ni pour la mer,
        Ni pour le bateau.
        Je ne sens pas la chaleur entre ces murs,
        Ni la fra?cheur du jardin.
        Je nattends pas le cadeau attendu,
        Depuis longtemps desire.
        Le matin ne me pla?t pas; ni
        La marche rythmee du tramway.
        Je ne vois pas le jour. Joublie
        La date. Joublie le sie`cle.
        La corde seffiloche, semble-t-il,
        Et moi, je ne suis quun petit funambule,
        Et moi, ombre de lombre dun autre.
        Somnambule aux deux lunes sombres.

        Grand-mere

        Lovale seve`re et allonge,
        La robe noire evasee... Jeune
        Grand-me`re! De qui, les baisers
        Sur vos le`vres arrogantes?
        Les mains jouaient des valses
        De Chopin, dans les salles du palais...
        Les boucles en spirales
        Entouraient le visage de glace.
        Le regard sombre, tendu, exigeant,
        Un regard sur la defensive.
        De jeunes femmes nont pas ce regard-la`.
        Jeune grand-me`re, qui e ? tes-vous?
        Jeune polonaise de vingt ans! -
        Combien de choses realisees
        Avez-vous emportees et combien dimpossibles
        Dans le gouffre inassouvi de la terre?
        Le vent etait frais, le jour innocent,
        Les etoiles noires venaient de seteindre.
        - Grand-me`re! - Cette violente revolte
        Dans mon c?ur - est-ce de vous que je la tiens?
        Je veux le demander au miroir:
        Ou` donc tout nest-il que brouillard,
        Sommeil brumeux -
        Ou` votre chemin,
        Ou` votre refuge?
        Je vois: les ma?ts dun bateau,
        Et vous sur le pont... Vous -
        Dans la fumee des trains... Des champs
        Pris dans la plainte du soir.
        Les champs le soir sous la rosee,
        Et au-dessus - des corbeaux...
        - Je vous benis et vous laisse
        Libre comme lair.
        - Il me pla?t que vous ne soyez pas fou de moi,
        Il me pla?t de ne pas e ? tre folle de vous,
        Et que jamais le lourd globe terrestre
        Ne fuie au-dessous de nos pieds.
        Il me pla?t de pouvoir e ? tre ridicule -
        Troublee - et de ne pas jouer sur les mots,
        Et de ne pas souffrir dune faiblesse etouffante
        Lorsque nos deux manches se fro?lent.
        Il me pla?t aussi que devant moi
        Tranquillement vous enlaciez une autre,
        Et que vous ne me souhaitiez pas les feux
        De lenfer parce que moi jen embrasse un autre.
        Que vous ne prononciez pas mon nom, si tendre,
        Vous, mon tendre ami, matin et soir - a` la lege`re...
        Que jamais, dans le silence de l eglise,
        On ne chante, par-dessus nos te ? tes: Alleluia!
        Je vous remercie de tout mon c?ur, et de mes mains
        De tant maimer - sans le savoir vous-me ? me! -
        Et pour la tranquillite de mes nuits,
        Pour la rarete des rencontres aux heures du soir,
        Pour les promenades au clair de lune
        Que nous navons pas faites, et pour le soleil,
        Qui ne brille pas au-dessus de nous - et
        Je vous remercie de ne pas e ? tre - helas! - fou de moi,
        Et de ne pas e ? tre - helas! - folle de vous!
        Le navire ne naviguera pas toujours
        Et le chant du rossignol...
        Jai si souvent voulu vivre
        Et si souvent - mourir!
        Fatiguee de la loterie, comme
        Dans mon enfance, - je quitterai le jeu,
        Heureuse de ne pas croire
        Quil y a dautres mondes.
        Avec une grande tendresse - car,
        Biento ? t, je vais tout laisser -
        Je pense a` celui qui portera
        Cette veste de loup,
        A celui - qui se prelassera sous ce plaid,
        Avec cette fine canne a` te ? te de levrier,
        A celui - qui portera mon bracelet
        Dargent orne de turquoises...
        A tous ces papiers, a` toutes ces fleurs
        Que je ne peux pas - conserver...
        Ma dernie`re rime - et toi,
        Ma dernie`re nuit.
        Je nai pas communie, je nai pas suivi la Loi.
        Jusqua` la fin, et la messe dernie`re, je pecherai -
        Comme aujourdhui je pe`che, comme hier jai peche,
        Avec passion! De tous les sens que Dieu ma donnes!
        Amis! Complices! Vous qui mexhortez a` la flamme!
        Vous, accuses comme moi! Vous delicats professeurs!
        Filles et jeunes gens, arbres, etoiles, nuees, Terre -
        Au jugement dernier, tous devant Dieu nous passerons.
        Il ny a pas, dans ce maudit
        Volume, de tentation
        Pour une femme. - Ars amandi,
        Pour une femme - toute la terre.
        Le c?ur - des philtres damour,
        Le philtre - le plus su ? r. - Une femme,
        De`s son berceau est un peche mortel,
        Pour lun ou pour lautre.
        Le ciel est loin! Les le`vres
        Sont proches, dans la brume...
        - Dieu, ne juge pas! Tu netais pas
        Une femme, sur terre!
        Je connais la verite! Assez des verites anciennes!
        Lhomme sur terre ne doit pas contrer lhomme!
        Voyez: le soir, voyez: deja` presque la nuit!
        Et quoi encore: des poe`tes, des amants, des capitaines?
        Deja` - le vent sepuise, deja` - la rosee sur la terre,
        Biento ? t - deja` - la neige durcira dans le ciel etoile,
        Et - biento ? t - tous, sous terre nous dormirons: car,
        Sur terre, tous, nous nous empe ? chions de dormir.
        Une fleur epinglee a` la poitrine.
        Je ne sais deja` plus qui la epinglee.
        Inassouvie, ma soif de passion,
        De tristesse et de mort.
        Par le violoncelle et par les portes
        Qui grincent, par les verres qui tintent
        Et le cliquetis des
        Des trains du soir,
        Par le coup de fusil de chasse
        Et par le grelot des trokas -
        Vous mappelez, vous mappelez,
        Vous - que je naime pas!
        Mais il est encore une joie:
        Jattends celui qui, le premier,
        Me comprendra, comme il le faut -
        Et tirera a` bout portant.
        Jai ouvert le coffret de metal,
        Jai pris ce cadeau - des larmes:
        Un anneau avec une perle superbe,
        Avec une superbe perle.
        Je suis sortie sur le seuil, un vrai chat,
        Jai expose mon visage au vent.
        Les vents - qui soufflent, les oiseaux - qui volent,
        Les cygnes - a` gauche, a` droite - les corbeaux,
        Nos chemins - par des co ? tes differents.
        Tu teloigneras - avec les premiers nuages, avec lorage,
        Et ton chemin - dans lepaisse fore ? t, sur les sables bru ? lants.
        Ton a ? me - sepuisera,
        Tes yeux - pleureront.
        Mais au-dessus de moi - la chouette criera.
        Mais au-dessus de moi - lherbe bruissera.
        Nous navons jamais ete ensemble: cest doux
        Pour moi. - Personne ainsi na rien repris.
        Je vous embrasse, par-dela` les centaines
        Des verstes qui nous separent.
        Je sais: nos dons sont dissemblables.
        Ma voix, pour la premie`re foix, est basse.
        Que vous importe, jeune Derjavine,
        Mon vers mal eleve! -
        Pour le terrible vol, je te salue:
        - Vole, jeune aigle, vole! -
        Tu supportes le soleil dans les yeux, -
        Mon jeune regard est-il si lourd?
        Personne ne vous regardait partir
        Plus tendrement, plus definitivement...
        Je vous embrasse, par-dela` les centaines
        Des verstes qui nous separent.
        Tu le`ves la te ? te trop haut -
        Un orgueilleux, un menteur.
        Cest, pour moi, en ce fevrier,
        Un joyeux compagnon!
        Nous faisons sonner largent, nous
        Faisons lentement des ronds de fumee,
        Nous marchons dans notre ville natale
        Comme de solennels etrangers.
        Quelles mains soigneuses ont touche
        Tes cils, cette beaute, - quand, et
        Comment, et qui, celles, nombreuses,
        Qui ont embrasse ta bouche - ,
        Je ne le demande pas. Mon esprit avide
        Ma?trise ce re ? ve. En toi,
        Jhonore un enfant
        Divin de dix ans.
        Arre ? tons-nous pre`s de la rivie`re qui rince
        Le collier multicolore des lanternes.
        Jirai avec toi jusqua` la place
        Qui a vu des tzars adolescents...
        Siffle pour evacuer le mal des jeunes
        Garc ? ons, et serre ton c?ur dans ta paume...
        - Mon affranchi impassible
        Et violent - Pardon.
        Dou` vient cette tendresse?
        Ce ne sont pas les premie`res
        Boucles - que je lisse - et
        Jai connu des le`vres plus sombres.
        Les etoiles sallument et seteignent,
        - Dou` vient cette tendresse? -
        Des yeux sallument et seteignent,
        Tout pre`s de mes yeux.
        Jai entendu des chants
        Autres, dans la nuit noire,
        - Dou` vient cette tendresse? -
        Sur la poitrine me ? me du chanteur.
        Dou` vient cette tendresse? -
        Et quen faire, adolescent
        Malicieux, chanteur vagabond,
        Aux cils - les plus longs.

        Poemes pour Blok

1

        Ton nom - un oiseau dans la main,
        Un glac ? on sur la langue - ton nom,
        Un seul mouvement des le`vres,
        Ton nom - quatre lettres.
        Un petit ballon, saisi au vol,
        Un grelot dargent dans la bouche.
        Il jaillit dans un sanglot, ton nom,
        Et dune pierre jetee dans un etang.
        Il brille, il gronde, la nuit, ton nom
        Dans un leger cliquetis de sabots.
        Et le claquement sonore du fusil
        Le soulignera sur notre tempe.
        Ton nom - Ah, limpossible! -
        Un baiser sur les eux, ton nom,
        Sur le gel tendre des paupie`res immobiles.
        Ton nom - un baiser sur la neige,
        Une glaciale gorgee bleue - a` la source...
        Avec ton nom, le sommeil est profond.

2

        Tendre fanto ? me,
        Chevalier sans reproches,
        Qui ta appele
        Dans ma jeune vie?
        Dans la brume bleue,
        Debout, en chasuble
        De neige.
        Ce nest pas le vent, qui
        Me poursuit a` travers la ville,
        Cela fait trois soirs, deja`,
        Que je sens lennemi.
        Il ma envou ? tee,
        Le chantre de neige
        Aux yeux bleus.
        Et le cygne de neige etend
        Ses ailes sous mes pieds.
        Les plumes setalent et
        Salte`rent sur la neige.
        Javance sur les plumes,
        Ainsi, vers la porte,
        Et, au-dela`, la mort.
        Par les fene ? tres bleues,
        Il chante pour moi,
        Il chante pour moi,
        De ses lointains grelots.
        Et son appel:
        Un long cri, puis
        La voix du cygne.
        Tendre fanto ? me!
        Je sais, je vois tout en re ? ves.
        Fais-moi cette gra ? ce: amen,
        Amen, tombe en poussie`re!
        Amen.

3

        Tu passes a` louest du soleil,
        Tu vois la lumie`re du soir,
        Tu passes a` louest du soleil,
        Et la neige en rafale couvre tes pas.
        Devant mes fene ? tres, indifferent -
        Tu passeras, dans le silence et la neige,
        Mon homme de Dieu, juste et magnifique,
        Douce lumie`re de mon a ? me.
        Je ne convoite pas ton a ? me!
        Ton chemin reste a` lecart.
        Et je nenfoncerai pas mon clou
        Dans ta main, pa ? le de baisers.
        Je ne tappelerai pas par ton nom,
        Je ne te tendrai pas les bras,
        Je minclinerai, de loin,
        Devant la Sainte face de cire
        Et sous la neige lente, dans la neige,
        Je me mettrai a` genoux, et,
        En ton nom sacre,
        Jembrasserai la neige du soir.
        La`, ou`, majestueusement,
        Tu es passe, dans un silence de mort,
        Douce lumie`re, - gloire des saints -
        Dans la possession de mon a ? me.

4

        Pour lanimal - sa tanie`re,
        Pour le voyageur - son chemin,
        Pour le mort - son corbillard,
        Pour chacun - son du ? .
        Aux femmes - la ruse,
        Au tzar - letat,
        A moi - la glorification
        De ton nom.

5

        Chez moi a` Moscou - brillent les coupoles,
        Chez moi a` Moscou - les cloches sonnent,
        Et les sepultures, chez moi, sont alignees, -
        Y dorment les tzarines et les tzars.
        Tu ne sais pas, toi, qua` laube, au Kremlin,
        On respire plus a` laise - que partout ailleurs!
        Tu ne sais pas, toi, qua` laube, au Kremlin,
        Et jusqua` laube, je te prie comme un dieu.
        Et tu passes au-dessus de la Neva,
        Au moment ou`, au-dessus de la Moscova,
        Je me tiens te ? te baissee,
        Et les reverbe`res tombent de sommeil.
        De toute mon insomnie je taime,
        De toute mon insomnie je tecoute -
        Lorsque partout dans le Kremlin
        Seveillent les carillonneurs.
        Mais mon fleuve - avec ton fleuve,
        Mais ma main - avec ta main
        Ne se rencontrent pas, o ma Joie,
        Tant que laube na pas rejoint laube nouvelle.

6

        On pensait - un homme!
        On la fait mourir.
        Il est mort. A jamais.
        - Pleurez sur lange mort!
        A la fin du jour,
        Il chantait la beaute du soir.
        Trois flammes de cire
        Tressaillent, superstitieusement.
        Des rayons emanaient de lui -
        Cordes bru ? lantes sur la neige.
        Et trois cierges de cire - et
        Le tout au soleil! Au porteur de lumie`re!
        O, regardez - comment les sombres
        Paupie`res se sont enfoncees!
        O, regardez - comment
        Ses ailes se sont brisees!
        Le recitant noir recite,
        Les gens oisifs fla ? nent...
        - Le chantre mort repose
        Et cele`bre la resurrection.

7

        Probablement - derrie`re ce petit bois
        Le village, ou` je vivais.
        Probablement - lamour est plus simple,
        Il est plus facile, que je ne croyais.
        Ohe! - Les diables, crevez donc!
        Il sest souleve, il a leve - le fouet -
        Et, apre`s linjure - le coup, cinglant,
        Et, de nouveau, les grelots chantent.
        Au-dessus des bles faiblissants, miserables,
        La perche se dresse - et apre`s elle une autre perche,
        Et le fil de fer haut dans le ciel chante,
        Et il chante la mort.

8

        Et une nuee de mouches autour de haridelles indifferentes,
        Et le cher andrinople de Kalouga gonfle par le vent,
        Et le cri des cailles, et le grand ciel, et
        Le flot des choches par-dessus le flot des bles,
        Et les parlotes: les Allemands, - cest assez mais jusquou`! -
        Et la croix tre`s jaune derrie`re le petit bois bleu,
        Et la douce chaleur, et un tel eclat en tout,
        Et ton nom, qui sonne comme: Ange.

9

        Faible rayon dans les tene`bres noires de lenfer -
        Ta voix dans le grondement et lexplosion des obus.
        Et la`, dans le tonnerre, comme un quelconque
        Seraphin, elle annonce, cette voix sourde,
        - On ne sait de quels anciens matins brumeux -
        Combien il nous a aimes, nous, aveugles et anonymes,
        Et le manteau bleu, et le peche - de perfidie... Et
        Combien - plus tendrement - plus fortement encore -
        Combien il na cesse de taimer, Russie, disparue
        A jamais dans la nuit - pour de tristes histoires!
        Et ses doigts glissent - le long de ses tempes -
        Ils semblent interroger - dun geste perdu -:
        Les jours nous attendent, et la tromperie de Dieu,
        Et quel nom a` venir pour un soleil qui ne se le`vera plus...
        Ainsi, prisonnier en te?te-a`-te?te avec lui-me?me,
        (Ou bien cet enfant qui parle en re?vant)
        Nous est apparu sur toute la vaste plaine -
        Le c?ur sacre dAlexandre Blok.

10

        Il regarde, la`, fatigue des lointains,
        Chef sans partisans,
        La` - et leau du torrent dans le creux de sa main -
        Prince sans terres.
        La` - ou`, pourtant, tout: possessions et soldats,
        Et pain, et me`re.
        Ton hritage est beau, - dispose de lui,
        Ami sans amis!

12

        Vous, ses amis, - ne le derangez pas!
        Vous, serviteurs, - ne le derangez pas!
        On le voyait sur son visage:
        Mon royaume nest pas de ce monde.
        Fatales, les neiges en rafales au long de ses veines
        Et les epaules se courbaient sous le poids des ailes,
        Et par la bouche et par le chant, dans lardeur qui
        desse`che,
        Il a laisse son a ? me senvoler comme un cygne.
        Tombez, tombez donc, lourds ornements!
        Les ailes connaissaient leur pouvoir: voler!
        Et les le`vres, qui repetaient ce mot: reponds!
        Mourir nexiste pas, je le sais!
        Il boit laurore, il boit la mer, - a` sa soif,
        Il festoie. - Et pas doffices pour les morts!
        Car celui qui pour toujours a dit: il faut e ? tre!
        Aura du pain assez pour le nourrir.

13

        Au-dessus de la plaine -
        Le chant du cygne.
        Me`re, nas-tu pas reconnu ton fils?
        Lui - de tre`s loin - au-dela` des nuages,
        Lui, - et son dernier pardon.
        Au-dessus de la plaine,
        La neige fatale, en tourbillons.
        Jeune fille, nas-tu pas reconnu ton ami?
        Chasuble dechiree, ailes en sang...
        Lui, et son dernier mot: - Vis!
        Au-dessus de cette maudite...
        Lenvol aureole. Le juste
        Sempare dune a ? me: hosanna!
        Le forc ? at trouve - une couchette - la chaleur.
        Et le fils adoptif la maison dune me`re. - Amen.

14

        Pas une co ? te cassee -
        Une aile brisee.
        Pas la poitrine traversee
        Des fusilles. Cette balle
        Ne peut sextraire. Les ailes sont
        Irreparables. Il vivait mutile.
        Tenace, elle est tenace la couronne depines!
        Quimporte au defunt - lemotion de la masse,
        Et le duvet de cygne des flatteries feminines...
        Lui, il passait, solitaire, sourd,
        Il figeait les couchers de soleil,
        Absent, comme une statue sans regard.
        Une seule chose vivait encore en lui:
        Une aile brisee.

15

        Sans cri, sans appel: un couvreur
        Qui tombe dun toit. - Mais,
        Peut-e ? tre es-tu revenu, -
        Peut-e ? tre, couche dans un berceau?
        Tu bru ? les et ne te consumes pas,
        Flambeau, pour peu de temps...
        Laquelle parmi les mortelles
        Te berce, en ton berceau?
        Fardeau bien-heureux!
        Roseau prophetique!
        Qui donc me dira
        Dans quel berceau?
        Pas vendu, pour linstant!
        Je ferai seulement, avec, en moi,
        Cette jalousie, un vaste monde
        Sur la terre de Russie.
        Je traverserai dun bout
        A lautre les terres de minuit.
        Ou` est sa bouche - sa blessure - ,
        Ou` sont le plomb, le bleu de ses yeux?
        Le saisir! Toujours plus fort!
        Laimer, naimer que lui!
        Qui me dira tout bas
        En quel berceau tu es?
        Des perles, une a` une, et lombre,
        Mousseline endormie. Ombre
        Dune couronne aiguisee,
        Depines, pas de laurier.
        Pas un rideau, un oiseau
        Qui deplie ses ailes blanches!
        - Et na?tre a` nouveau
        Pour qua` nouveau la neige te couvre?
        Lattirer plus fort! Le tenir
        Plus haut! Ne garder que lui!
        Qui me soufflera
        En quel berceau tu es?
        Mon exploit est peut-e ? tre faux,
        Et mes efforts - vains.
        Tu vas peut-e ? tre dormir,
        Comme en terre, jusquau dernier chant.
        Je vois a` nouveau - le creux
        Profond de tes tempes.
        Aucune musique ne pourra
        Effacer une telle fatigue.
        La souveraine pa?ture,
        Le silence su?r, rouille.
        Le gardien me montrera
        Le berceau.

16

        Comme endormi, comme ivre,
        Au depourvu, sans preparation,
        Creux des tempes:
        Conscience aux aguets.
        Orbites transparentes:
        Mort et clarte.
        Vitre transparente
        Du re ? veur, du voyant.
        Nest-ce pas toi
        Qui nas pas supporte
        Le son de sa robe bruyante
        De retour au pays de chez Hade`s
        Nest-ce pas cette te ? te
        Qui flottait, pleine de cliquetis
        Argentins, le long
        De lHe`bre endormi?

17

        Rec ? ois, mon Dieu, rec ? ois mon obole
        Pour la solidite du temple. Je ne chante
        Pas larbitraire de mon amour, je chante
        La blessure de ma patrie...
        Non le coffre rouille de lavare -
        Ni le granit - use par les genoux!
        Mais, pour tous: le heros et le tzar,
        Pour tous - un juste - un chantre - la mort.
        Le Dniepr brise la glace et la Russie
        Coule vers toi, comme Pa ? ques. -
        Et bouscule les planches du cercueil
        Dans une grande crue de mille voix.
        Pleure ainsi mon c?ur, et chante la gloire!
        Et que lamour mortel soit jaloux
        De tes cris - pour quelle autre millie`me fois? -
        Car cet amour-la` se rejouit de ton chant.
        Jaime embrasser
        Les mains, et jaime
        Donner des noms,
        Et aussi - ouvrir
        Des portes!
        - Grandes-ouvertes - sur la nuit noire!
        Et me tenir la te ? te,
        Ecouter ce pas, lourd,
        Quelque part, qui devient leger,
        Et le vent, qui secoue
        La somnolante, linsomniaque
        Fore ? t.
        Et la nuit!
        Quelque part, des sources coulent,
        Le sommeil me gagne.
        Je dors presque.
        Quelque part, un homme,
        Dans la nuit, senfonce.
        Dans ma tre`s grande ville - la nuit.
        Je quitte - la maison endormie.
        Les gens pensent: une femme, une fille, -
        Mon seul souvenir: - la nuit - .
        Le vent de juillet me pousse - en chemin,
        Et la` une musique par la fene ? tre - un rien.
        Le vent, aujourdhui, jusqua` laube - soufflera
        Au travers de la poitrine - dans la poitrine.
        Un peuple noir, et, par la fene ? tre - une lumie`re,
        Et le carillon de la tour, et dans la main - une fleur,
        Et ce pas-la` nembo?te le pas de personne,
        Et cette ombre-la` - nest pas la mienne.
        Les feux de la feuille nocturne dans la bouche,
        Comme les cha?nes des colliers en or - le gou ? t!
        Delivrez-moi des liens diurnes, amis,
        Comprenez, je ne suis pour vous quun re ? ve.
        Noire comme la pupille, comme la pupille tu suces
        La lumie`re - et je taime, nuit - qui vois si bien.
        Laisse ma voix te chanter, aeule des chants,
        Qui tiens la bride des quatre vents. Je tappelle,
        Je chante tes louanges et ne suis quun coquillage
        Que la voix de locean na pas encore deserte.
        Jai deja` trop regarde dans la pupille des hommes!
        Nuit! Reduis-moi en cendres, soleil noir, - nuit!
        Qui dort, la nuit? Personne ne dort!
        Lenfant, dans son berceau, crie,
        Le vieillard veille a` sa propre mort,
        Et le jeune garc ? on parle a` sa jolie;
        Il souffle sur ses le`vres,
        Il la regarde dans les yeux.
        Si tu tendormais, ou` serais-tu, a` ton reveil?
        Nous aurons, nous aurons bien le temps de dormir!
        Le garde au regard vigilant passe
        De maison en maison, avec sa lanterne rose.
        Et, sur loreiller, ce qui, par morceaux, gronde,
        Agite sa bruyante crecelle: - ne dors pas -
        Tiens bon! Jinsiste! Sinon - leternel
        Sommeil! - Sinon - la maison eternelle.
        Voici - de nouveau - une fene ? tre,
        Ou` - de nouveau - on ne dort pas.
        On y boit du vin - peut-e ? tre -,
        On ny fait rien - peut-e ? tre -.
        Ou alors, tout simplement,
        Deux mains ne peuvent se separer.
        Il y a, dans chaque maison,
        Ami, une fene ? tre pareille.
        Le cri des separations, des rencontres -
        Toi, fene ? tre dans la nuit!
        Des centaines de bougies - peut-e ? tre -,
        Trois bougies - peut-e ? tre... -
        Pas cela, et pas de repos
        Pour mon esprit.
        Et cela - cette chose me ? me -
        Dans ma maison.
        Prie, mon ami, pour la maison sans sommeil,
        Pour la fene ? tre eclairee!

        Poemes pour Akhmatova

1

        O muse des pleurs, la plus belle des muses!
        Toi, acolyte perdue de la nuit blanche!
        Tu jettes sur les Russes ta sombre tempe ? te,
        Et tes hauts cris nous percent, comme des fle`ches.
        Nous bondissons de co ? te, et sourdement: ah! -
        Des milliers de fois - nous te jurons fidelite. - Anna
        Akhmatova! - Ce nom me ? me - vaste soupir,
        Tombe dans des profondeurs qui nont pas de nom.
        Nous portons une couronne, a` seulement fouler
        La me ? me terre que toi, sous le me ? me ciel - que toi!
        Et celui que blesse ton destin mortel
        Setend immortel deja` sur son lit de mort.
        Sur ma ville qui chante, les coupoles brillent,
        Et laveugle qui passe cele`bre les louanges du seigneur...
        - Moi, - je toffre ma ville avec ses cloches,
        Akhmatova! - et aussi mon c?ur, en plus.

3

        Encore un immense battement -
        Et les cils dorment.
        Corps gentil! Poussie`re
        Dun oiseau leger!
        Que faisais-tu dans le brouillard
        Des jours? Jattendais, je chantais...
        Et tant de soupirs en elle,
        Et si peu de chair...
        Gentille - inhumainement,
        Sa somnolence.
        Avec quelque chose
        De lange et de laigle.
        Elle dort, et le ch?ur lappelle
        Vers les jardins de lEden.
        Comme si le demon endormi
        Netait pas sature de chansons.
        Les heures, les annees, les sie`cles. -
        Sans nous - sans nos chambres.
        Et le monument, qui se penche, -
        Ne se souvient plus.
        Depuis longtemps, le balai reste inactif,
        Et se fletrissent, obsequieusement,
        Au-dessus de la Muse de Tsarskoe Selo,
        Les croix dorties.

5

        Tant de compagnons, tant damis -
        Et tu nes lecho de personne.
        Lamertume et la fierte
        Commandent cette tendre jeunesse.
        Tu te souviens de cette journee folle
        Et enragee: le port, la menace des vents du sud,
        Les hurlements de la Caspienne - et,
        Dans la bouche, laile dune rose.
        Et cette tzigane qui ta donne
        Cette pierre, si bien sertie, - et
        Cette tzigane qui ta menti
        A propos de la gloire...
        Et, - tre`s haut, pre`s des voiles -
        Ladolescent en caban bleu.
        Le grondement de la mer - et lappel,
        - Redoutable de la Muse blessee.

6

        Tu ne tra?neras pas. Moi, - je suis le prisonnier.
        Toi, - le gardien. Nous avons le me ? me destin.
        Nous avons la me ? me feuille de route
        Pour ce territoire vide, vide.
        Moi, - je suis dune humeur tranquille!
        Mes yeux sont transparents!
        Gardien, laisse-moi aller
        Jusqua` ce pin.

8

        Sur le marche, les gens criaient,
        La fumee sortait de la boulangerie
        Jai le souvenir de la bouche vermeille
        Dune chanteuse de rue au visage allonge.
        Dans un cha ? le sombre - avec des fleurs -,
        - Pour e ? tre honoree - et
        Toi, les yeux baisses, dans la foule
        Des croyants, devant la cathedrale.
        Prie pour moi, beaute
        Triste et diabolique,
        On ele`vera pour toi des echafaudages,
        Comme pour la vierge du village.

9

        Vers Anne, a` la bouche dor,
        De toute la Russie, son verbe, et
        Son expiation, - toi, vent, porte
        Ma voix, et ce lourd soupir.
        Parle, horizon en feu, parle
        De ces yeux, noirs de douleur,
        Et, doucement, salue, jusqua` terre,
        Parmi les champs dores.
        Raconte, eau verte des ruisseaux,
        Dans les bois, raconte cette nuit-la`
        Ou` jai vu en toi, et quel visage
        Jai vu, de mes propres yeux.
        Toi, retrouve,
        Dans la hauteur, avec le tonnerre,
        Toi, lanonyme,
        Porte mon amour
        A Anne, bouche dor de toutes les Russies.

11

        Tu me caches le soleil, - la`-haut,
        Toutes les etoiles dans le creux de ta main!
        Et si, - portes grandes-ouvertes -
        Comme le vent - jentrais chez toi!
        Et puis balbutier et rougir,
        Baisser les yeux tout a` fait,
        Et sangloter pour mapaiser,
        Comme un enfant pardonne.

12

        Les deux bras me sont donnes - pour les tendre a` tous, -
        Mais ils me fuient. Les le`vres - pour donner des noms,
        Les yeux - pour ne pas voir, les sourcils tout au-dessus -
        Pour setonner tendrement de lamour et de labsence damour -
        Plus tendrement encore. La cloche, la`-bas, plus lourde
        Que celle du Kremlin, sonne, et sonne dans ma poitrine, -
        ainsi,
        Qui sait? - Je ne sais pas, - peut-e ? tre, - il se peut, - ainsi,
        Je ne minviterai pas longtemps sur la terre russe!
        Un soleil blanc et de tre`s, tre`s bas nuages,
        Le long des potagers - derrie`re le mur blanc -,
        Un cimetie`re. Et sur le sable des rangees depouvantails
        De paille, sous des linteaux a` hauteur dhomme.
        Penchee par-dessus les pieux de la palissade,
        Je vois des routes, des arbres, des soldats en desordre.
        Une vieille paysanne, pre`s dun portillon ma ? che,
        Ma ? che une tranche de pain noir avec du gros sel...
        Pourquoi ce courroux contre ces maisons grises, -
        Seigneur! - Et pourquoi trouer tant de poitrines?
        Le train passe et hurle, et hurlent les soldats,
        Et le chemin se couvre de poussie`re, et il seloigne...
        -Pluto ? t mourir! Pluto ? t ne jamais e ? tre nee,
        Que, la`, pour ce pitoyable cri plaintif de forc ? at
        Vers les belles aux sourcils noirs. - Comme ils chantent
        Aujourdhui les soldats! O Seigneur mon Dieu!
        Tu es ma rivale, et je viendrai chez toi,
        Un jour quelconque, une certaine nuit claire,
        Quand les grenouilles hurleront dans letang,
        Et que les femmes seront folles de pitie.
        Je mattendrirai sur le palpitement
        De tes paupie`res et sur tes cils, jaloux,
        Je te dirai: je nexiste pas vraiment,
        Je ne suis quun re ? ve, dans ton sommeil.
        Je te dirai: console-moi, console-moi.
        Quelquun enfonce des clous dans mon c?ur!
        Je te dirai, a` toi: le vent est frais,
        Les etoiles - au-dessus des te ? tes - sont chaudes...

        Aux juifs

        Toi, buisson de roses ardentes, qui
        Ne ta pietine, qui ne ta ecrase!
        Seul immuable laisse sur terre,
        Apre`s lui, par le Christ.
        Isral! Ton deuxie`me re`gne
        Approche. Vous nous avez paye
        De votre sang toutes les oboles:
        Heros! Tra?tres! Prophe`tes, mercantiles!
        En chacun de vous - me ? me sil compte son or
        Dans son baluchon, pre`s dune chandelle -
        Le Christ parle plus fort quen Marc,
        Ou Matthieu, ou Jean, ou Luc.
        Dun bout a` lautre de la terre:
        Crucifixion et descente de Croix...
        Avec le dernier de tes fils, Isral,
        Cest le Christ que nous enterrons.
        Jaimerais vivre avec Vous -
        Dans une petite ville
        Aux crepuscules eternels,
        Aux eternelles cloches -
        Avec la sonnerie delicate
        Dune horloge ancienne - les gouttes du temps -
        Dans une petite auberge de campagne.
        Et le soir, quelquefois, dune mansarde ou lautre -
        Une flu ? te,
        Et le flu ? tiste a` la fene ? tre.
        Et de grandes tulipes aux fene ? tres.
        Vous ne maimeriez, peut-e ? tre, me ? me pas.
        Au milieu de la chambre - un poe ? le de faence enorme,
        Avec sur chacun des carreaux - une image:
        Une rose - un c?ur - un bateau -
        Et derrie`re lunique fene ? tre:
        La neige, la neige, la neige.
        Vous seriez couche - comme je vous aime: insouciant,
        Indifferent, paresseux.
        De temps en temps, le brusque frottement
        Dune allumette.
        La cigarette sallume, seteint,
        Et longtemps, longtemps, tremble a` son extremite
        Un court cylindre gris - la cendre.
        Vous e ? tes trop paresseux pour la secouer.
        Et toute la cigarette vole dans le feu.

        Don Juan

1

        A laube froide,
        Sous le sixie`me bouleau,
        Au coin, pre`s de leglise,
        Attendez, Don Juan!
        Je vous le jure, sur mon fiance,
        Helas, et sur ma vie,
        On ne sait, dans mon pays,
        Ou` sembrasser!
        Chez nous, pas de fontaine
        Et les puits sont geles, -
        Et les Saintes Vierges
        Ont des yeux seve`res.
        Et pour que les belles
        Necoutent pas les vaines
        Paroles, - nous avons
        Un tre`s sonore carillon.
        Je pourrais vivre ainsi,
        Mais jai peur - de vieillir,
        Et puis, mon beau, ce pays
        Ne vous convient pas.
        Dans un manteau dours,
        Qui vous reconna?trait? -
        Si ce netait les le`vres,
        Vos le`vres, Don Juan!

2

        Longtemps la tempe ? te, et les pleurs
        De la neige. - A laube brumeuse,
        On a couche Don Juan
        Dans un lit de neige.
        Ni bruyantes fontaines,
        Ni chaudes etoiles...
        Sur la poitrine de Don Juan,
        Une croix orthodoxe.
        Afin que la nuit eternelle
        Soit plus claire - pour toi,
        Jai apporte un eventail,
        Noir, de Seville....
        Et pour que tu vois
        De tes propres yeux, la beaute
        Des femmes, - cette nuit
        Je tapporterai un c?ur.
        Dormez en paix, maintenant!
        De tre`s loin vous e ? tes venu,
        Ici, chez moi. Votre liste
        Est comple`te, Don Juan!

3

        Apre`s tant de roses, de villes, de toasts -
        Comment ne ? tes-vous pas fatigue
        De maimer? Vous - presque un squelette,
        Moi - presque une ombre.
        Vous avez du ? recourir aux forces
        Celestes? - Que mimporte! - Et
        Que mimporte cette odeur de Nil
        Qui vient de mes cheveux?
        Moi - cest mieux -, je vous raconte
        Le conte: cetait en janvier. Quelquun
        A jete une rose. Un moine masque
        Portait une lanterne. Une voix
        Ivre, - priait et semportait,
        Pre`s du mur de la cathedrale.
        Don Juan de Castille, alors,
        Rencontra Carmen.

4

        Il est minuit - juste.
        La lune - un epervier.
        - Tu regardes - quoi?
        - Je regarde - cest tout!
        - Je te plais? - Non.
        - Tu me reconnais? - Peut-e ? tre.
        - Je suis Don Juan.
        - Et moi - Carmen.

5

        Don Juan avait - une epee,
        Don Juan avait - Dona Ana.
        Cest tout ce que les gens mont dit
        Du beau, du malheureux Don Juan.
        Mais aujourdhui, jai ruse:
        A minuit juste, je suis allee sur la route.
        Quelquun a marche pre`s de moi,
        Il repetait des noms.
        Et une etrange crosse - blanchissait dans la brume...
        - Don Juan na jamais eu - Dona Ana!

6

        Et la ceinture de soie, - le serpent
        Du paradis, - tombe a` ses pieds...
        Et on me dit - Je me calmerai,
        Un jour, la`-bas, sous la terre.
        Je vois mon profil hautain et
        Vieux, sur le brocard blanc.
        Et quelque part - des gitanes - des guitares -
        Et de jeunes hommes en manteaux noirs.
        Alors, quelquun, cache sous un masque:
        - Reconnaissez-moi! - Je ne sais pas -
        Reconnaissez-moi! -
        Et la ceinture de soie tombe
        Sur la place - ronde, comme le paradis.
        Tu es sortie dune cathedrale auste`re et fine
        Pour les criailleries de la place publique...
        - Liberte! - La Belle Dame
        Des marquis et des princes russes.
        Voici, en cours, la terrible repetition
        Du ch?ur, - la messe continuera!
        - Liberte! - Fille de joie
        Sur la poitrine folle dun soldat!
        Embrasser sur le front - efface les soucis.
        Jembrasse sur le front.
        Embrasser sur les yeux - supprime linsomnie.
        Jembrasse sur les yeux.
        Embrasser sur la bouche - donne a` boire.
        Jembrasse sur la bouche.
        Embrasser sur le front - efface la memoire.
        Jembrasse sur le front.

        Brumes Anciennes de LAmour

1

        Au-dessus des contours du cap noir -
        La lune - chevalier dans son armure.
        Sur le quai - haut de forme, fourrures,
        Je voudrais: une actrice, un poe`te.
        Vaste souffle du vent, -
        Souffle des jardins du nord, -
        Vaste souffle malheureux:
        Ne laissez pas trai ner mes lettres.

2

        Ainsi, les mains enfoncees dans les poches,
        Je suis la`, debout. La route bleuit.
        - Aimer de nouveau, et quelquun dautre?
        Toi, tu pars, le matin to ? t.
        Chaudes brumes de la City -
        Dans tes yeux. Eh bien, cest ainsi.
        Je me souviendrai - seulement ta bouche
        Et ton cri passionne: - vivre!

3

        Il lave le rouge le plus lumineux -
        Lamour. Essayez un peu leur gou ? t,
        Elles sont salees - les larmes. Jai peur,
        Moi, demain matin - de me lever morte.
        Des Indes, envoyez-moi des pierres.
        Quand nous reverrons-nous? - En re ? ve.
        -Quel vent! - Salut a` lepouse,
        Et a` lautre dame, - aux yeux verts.

4

        Le vent jaloux fait bouger le cha ? le.
        Cette heure metait predestinee, depuis toujours.
        - Je sens, autour des le`vres et sur les paupie`res
        Une tristesse presque animale.
        Cette faiblesse le long des genoux!
        - Ainsi la voila`, la fle`che divine! -
        - Quelle lueur dincendie! - Aujourdhui
        Je serai la farouche Carmen.
        ... Ainsi, les mains enfoncees dans les poches,
        Je suis la`, debout. - Entre nous, locean.
        Au-dessus de la ville - brumes, brumes,
        Brumes anciennes des amours.
        Je me souviens du premier jour, la ferocite des nouveaux-nes,
        La brume divine des langueurs, et la gorgee,
        Linsouciance totale des mains, le c?ur qui manque de c?ur,
        Et qui tombe comme une pierre - ou un epervier -
        sur la poitrine.
        Et puis voila`, dans les gestes de la pitie et de la fie`vre,
        Une seule chose: hurler comme un loup, une seule:
        se prosterner,
        Baisser les yeux - comprendre - que le cha ? timent
        de la volupte
        Est cet amour cruel, cette passion de forc ? at.

        Rouen

        Je suis entree, et jai dit: - Bonjour!
        Il est temps, roi, de revenir en France, chez toi!
        Et de nouveau, je te conduis vers le sacre,
        Et de nouveau, tu vas me trahir, Charles VII!
        Nesperez pas, prince avare et morose,
        Prince exsangue et sans courage,
        Que Jeanne naime plus - les voix,
        Que Jeanne naime plus - son epee.
        Il y a dans Rouen, a` Rouen - le vieux marche...
        - Et de nouveau: le dernier regard du cheval,
        Le premier crepitement du petit bois innocent,
        Puis la premie`re flamme des fagots.
        Et derrie`re mon epaule - mon compagnon aile
        Chuchotera de nouveau pour moi: courage, S?ur! -
        Quand le sang du bois de mon bu ? cher
        Fera briller les armures dargent.
        Jai fe ? te seule la nouvelle annee.
        Moi, riche, jetais pauvre,
        Moi, avec mes ailes, jetais damnee.
        Quelque part, beaucoup, beaucoup de mains
        Serrees - et beaucoup de vins vieux.
        Avec ses ailes, elle etait damnee!
        Et elle, lunique etait - seule!
        Comme la lune - seule, sous le regard de la fene ? tre.
        Tu tes leve pour la Patrie,
        Sur ton poignard, tu as ecrit -: Marina.
        Jai ete la premie`re et lunique
        Dans ta vie extraordinaire.
        Je me souviens: la nuit, un visage aureole,
        Dans lenfer dun wagon pour soldats.
        Je laisse mes cheveux au vent, et
        Dans un coffret, je garde les epaulettes.

        Le Don

        Garde blanche, haute est ta destinee:
        Le trou noir vise ta poitrine et ta tempe.
        Tu combats pour Dieu, ta cause est juste:
        Le sable engloutira ton corps douloureux et pur.
        Ce nest pas un vol de cygnes dans le ciel:
        Cest la sainte force blanche qui sefface,
        Qui sefface comme une vision blanche...
        Dernier re ? ve - de lancien monde:
        Vaillance, - Jeunesse, - Vendee, - Don.
        Celui qui en rechappe - va mourir, celui qui en meurt -
        revivra.
        Et puis les descendants, au souvenir de ces temps anciens:
        - Ou` etiez-vous? - La question, comme un coup de tonnerre,
        Et la reponse, comme un coup de tonnerre - sur le Don!
        - Quavez-vous fait? - Nous avons souffert dans
        les tourments,
        Puis, fatigues, - nous nous sommes couches pour dormir.
        Et, dans le dictionnaire, les petits enfants re ? veurs
        Apre`s le mot: devoir, ecriront le mot: DON...
        Difficile et miraculeuse - fidelite jusqua` la mort!
        La magnificence des tzars - au sie`cle des places
        envahies!
        Ames resistantes, poitrines resistantes, -
        Ou` e ? tes-vous, hommes des temps anciens?!
        La licence, comme un Tatar roux, devaste
        Et reduit en poussie`re lautel et le tro ? ne.
        Au-dessus des cendres - les clameurs du festin
        De soldats deserteurs et de femmes adulte`res.
        Je rentre a` la maison - non comme un imposteur,
        Et non comme une servante - je nai pas besoin de pain.
        Moi - ta passion, ton repos du dimanche,
        Ton septie`me jour, ton septie`me ciel.
        La`-bas, sur terre, on me donnait des pie`ces,
        On attachait des meules de pierre a` mon cou.
        - Mon bien-aime! - Pourrais-tu ne pas me reconna?tre?
        Moi, - ton hirondelle - ta Psyche!
        Rec?ois, ma douceur, des guenilles
        Qui furent autrefois une chair delicate.
        Tout est use, tout est dechire, -
        Seules restent encore les deux ailes.
        Reve ? ts-moi de ta splendeur,
        Pardonne-moi, sauve-moi, mais
        Les pauvres haillons en poussie`re -
        Porte-les a` la sacristie.
        Je te raconterai - la grande duperie:
        Je te raconterai le brouillard, quand il tombe
        Sur les jeunes arbres et sur les vieilles souches.
        Je te raconterai les lumie`res qui seteignent
        Dans les petites maisons - et le tzigane - etranger
        Venu des lointains egyptiens - qui souffle dans son roseau.
        Je te raconterai - le grand mensonge:
        Je te raconterai le couteau, serre entre des doigts
        Etroits, - les boucles des jeunes et la barbe des vieux,
        Soulevees par le vent des sie`cles.
        Et la rumeur du sie`cle.
        Et les bruits des fers, sous les sabots.
        On frappe prudemment trois fois.
        Tendre ennemi, ami peu su ? r, - Tu
        Ne me tromperas pas! Tu nes pas un pe`lerin
        Au terme de sa route. - Cest ainsi
        Quon frappe au c?ur - pour lamour.
        Cest ainsi que lEnfer noir
        Baisse les yeux pour frapper au Paradis.
        Je suis. Tu - seras. Entre nous - un gouffre.
        Je bois. Tu as soif. Sentendre - en vain.
        Dix ans, cent millenaires nous separent. -
        Dieu ne ba ? tit pas de ponts.
        Sois! - Cest mon commandement.
        Laisse-moi passer, je necraserai pas les jeunes pousses.
        Je suis. Tu - seras. Dans dix printemps, tu diras:
        - Je suis! Moi, je dirai: - Cest trop tard.
        Je mourrai, et ne dirai pas: jai e te . Sans
        Me plaindre, et sans chercher de coupables. Il est
        Au monde des choses plus serieuses que les orages
        Passionnels et les hauts faits de lamour.
        Toi, tu cognais de laile a` ma poitrine,
        Jeune coupable de mon inspiration -
        Moi - je te lordonne: - Sois!
        Moi, et sans sortir de la soumission.
        Ces mains, dont lamoureux na pas besoin,
        Servent - le Monde. Et la Lyre
        Nous couronne de ce titre glorieux:
        Epouse du Monde.
        Beaucoup ne sont pas convies au festin royal, -
        Il leur faut alors, pour tout souper, un chant!
        Lamant nest pas eternel, le Monde est eternel.
        On ne le sert pas en vain.
        La Blancheur menace la Noirceur.
        Le temple blanc menace tombeaux et tonnerre.
        Le juste pa ? le menace Sodome, non pas
        De son glaive - mais du lys de son bouclier!
        Blancheur! Cercle symbolique!
        Cuves baptismales! Cheveux blancs fatidiques!
        Et les vilains reconna?tront leur seigneur
        A la fleur qui fleurit de ses mains.
        Le loup - na peur que de lagneau, et
        La forteresse ne se rend qua` un ange.
        Festoiements - dans les caves et les sentines!
        Il gagne la capitale, le regiment blanc!
        Ma journee, le desordre et labsurde:
        Au pauvre, je reclame du pain,
        Au riche, je donne, pour sa pauvrete!
        Jenfile dans laiguille - une lueur,
        Au voleur, joffre - la clef,
        Je mets du blanc sur ma pa ? leur.
        Le pauvre ne me donne pas de pain,
        Le riche naccepte pas mon argent,
        La lueur ne passe pas dans laiguille.
        Le voleur entre sans la clef,
        Et lidiote pleure a` chaudes larmes -
        Ce jour sans gloire, ce jour inutile.
        - Ou` sont les cygnes? - Et les cygnes sont partis.
        - Et les corbeaux? - Et les corbeaux sont restes.
        - Ou` sont-ils partis? - La` ou` sont les grues.
        - Pourquoi sont-ils partis? - Pour ne pas perdre leurs
        plumes.
        - Et papa, ou` est-il? - Dors, dors, le Sommeil,
        Sur son cheval des steppes va venir nous chercher. -
        - Ou` nous emme`nera-t-il? - Sur le Don des cygnes,
        - La`, jai, tu le sais! - un cygne blanc.
        Les poe`mes poussent,
        des etoiles,
        des roses,
        Et de la beaute
        - inutiles pour la vie familiale.
        Quant aux couronnes
        et aux apotheoses -
        Une seule reponse:
        - dou` cela me vient-il?
        Nous dormons -
        et puis, au travers des dalles de pierre,
        Lho ? te celeste
        avec ses quatre petales.
        O monde, comprends!
        Le chantre - dans son sommeil -
        Decouvre les lois de letoile
        et la formule de la fleur - .
        Chaque poe`me - un enfant de lamour,
        Un enfant eternel, demuni de tout.
        Un premier-ne - pose pre`s
        De lornie`re, en plein vent.
        Lenfer au c?ur, lautel au c?ur,
        - Le paradis et la honte. - Qui
        Est le pe`re? Un tzar, peut-e ? tre?
        Peut-e ? tre un tzar - peut-e ? tre un voleur.
        Il nous faut courageusement lavouer, Lyre!
        Nous avions du gou ? t pour les grands de ce monde:
        Pour les ma ? tures et les drapeaux, les eglises, les tzars,
        Les bardes, les heros, les aigles et les vieillards,
        Quand on jure fidelite aux royaumes,
        On ne confie pas le Pavillon a` tous les vents.
        Tu connais le tzar - reste a` distance du piqueur!
        La fidelite nous tenait comme un grappin:
        Fidelite a` la grandeur - a` la faute - au malheur,
        Fidelite a` la grande faute de la couronne!
        Quand on jure fidelite au - Khan,
        On ne jure pas obeissance a` la horde.
        En ce sie`cle, nous navons trouve que du vent, Lyre!
        Le vent a mis en lambeaux les tuniques, et
        Le dernier chiffon flotte sur le Pavillon...
        De nouvelles foules, pour de nouveaux drapeaux!
        Nous, nous resterons fide`les a` nos serments,
        Car ce sont de mauvais chefs, les vents.
        Si la ? me est nee avec des ailes
        Que lui importe les palais et les masures!
        Que lui importe Gengis-Khan ou la horde!
        Jai deux ennemis, ici-bas,
        Deux jumeaux - inseparables:
        La faim des affames - et la richesse des riches.
        Je ne te ge ? ne pas, je ne te donne
        Pas un poison de femme.
        Je te donne ma main fide`le -
        La droite, celle qui ecrit.
        Celle avec laquelle je benis,
        Pour la nuit - ma fille cherie.
        Celle avec laquelle jecris
        Ce que Dieu me commande.
        La gauche - est impertinente,
        Maligne, astucieuse; tiens,
        Je te donne ma main - ma main
        Droite, celle qui est juste.
        Pour toi, je noie dans un verre
        Une poignee de cheveux bru ? les.
        Tu ne mangeras plus, tu ne chanteras plus,
        Ne boiras plus, ne dormiras plus.
        Pour que ta jeunesse - soit sans joie,
        Pour que ton sucre - soit sans douceur,
        Pour que la nuit c ? a ne marche pas, dans le noir,
        Avec ta jeune epouse.
        Comme lor de mes cheveux est
        Devenu cendre grise, les annees
        De ta jeunesse deviendront
        Blanches comme lhiver.
        Tu seras aveugle, - sourd,
        Tu te dessecheras, - comme la mousse,
        Tu expireras, - comme un soupir.
        Tzar, Dieu! Pardonnez aux faibles -
        Aux petits, - aux nafs, - aux pecheurs, - aux
        extravagants,
        Entra?nes dans lhorrible tourmente,
        Seduits, trompes, -
        Tzar, Dieu! Dans latroce supplice,
        Ne tuez pas Stenka Razine!
        Tzar! Dieu te le rendra! Nous avons
        Eu assez de cris dorphelins! Assez
        De morts! - Fils de tzar,
        Pardonne au Brigand!
        Vers la maison paternelle - les chemins sont divers!
        Gra ? ce pour Stenka Razine!
        Razine! Razine! Ton histoire est terminee!
        Lanimal rouge mate, attache.
        Ses dents horribles brisees.
        Mais pour sa vie, sa sombre vie
        Et pour sa bravoure absurde,
        Liberez Stenka Razine!
        Patrie! Source et embouchure!
        Et quelle joie! De nouveau c ? a sent la Russie!
        Etincelez, yeux ternis!
        Rejouis-toi, c?ur russe!
        Tzar, Dieu! Cest la fe ? te:
        Liberez Stenka Razine!

        Je nai plus besoin de toi,
        Mon cher, - non parce que
        Tu nas pas ecrit aussito ? t,
        Non parce que tu vas
        Dechiffrer en riant
        Ces lignes ecrites avec tristesse,
        (Ecrites par moi, seule -
        A toi, seul! - Pour la premie`re fois! -
        Tu les devineras, sans e ? tre seul.)
        Non parce que des boucles
        Fro ? leront ta joue - je sais,
        Moi aussi, lire a` deux! -
        Non parce quensemble -
        Sur des majuscules incertaines -
        Vous allez vous pencher et soupirer.
        Non parce que, bien ensemble,
        Soudain, vos paupie`res se fermeront -
        Mon ecriture est difficile, -
        Et, en plus des vers!
        Non, cher ami, - cest plus simple,
        Cest plus fort quun depit:
        Je nai plus besoin de toi -
        Parce que, parce que
        Je nai plus besoin de toi!
        Non, personne ne le saura -
        Ne pourra et ne voudra le savoir! -
        Combien, dans linsomnie, ma conscience passionnee
        Use ma jeune vie!
        Elle metouffe sous loreiller, elle sonne le tocsin,
        Elle murmure toujours le me ? me mot
        - Elle transforme en cet enfer trois fois damne
        Un petit, un idiot peche veniel.
        Une etoile au-dessus du berceau - et une etoile
        Au-dessus du cercueil! Et, au milieu -
        Comme un tas de neige bleue - une longue vie. -
        Bien que je sois ta me`re,
        Je nai plus rien a` te dire,
        Mon etoile.
        Je confie ce livre au vent
        Et aux cygnes qui passent.
        Pour crier plus fort que la separation -
        Il y a peu, jai brise ma voix.
        Ce livre, comme une bouteille a` la mer,
        Je le jette dans le tourbillon des guerres;
        Afin quil voyage, simplement, de la main
        A la main, comme un cierge dans une fe ? te.
        Vent, vent, mon fide`le temoin,
        Va dire a` ceux que jaime
        Que chaque nuit, dans mes re ? ves,
        Je fais le chemin - du Nord au Sud.
        Il sapprochera sans bruit, furtivement -
        Comme minuit dans une fore ? t impenetrable.
        Je sais: dans un vaste tablier,
        Je vous apporterai une colombe.
        Ainsi: je serai sur le seuil, - immobile!
        Avec le poids du plomb - la honte. Mais,
        Loiseau dans le tablier sera a` letroit,
        Et loiseau - senvolera, de lui-me ? me!
        Tu observes ma perissable fragilite
        Presque en silence. - Toi,
        Tu es de pierre, - moi, je chante, -
        Toi, tu es un monument, moi, je vole.
        Je sais, au regard de leternite,
        Le plus tendre mai nest rien.
        Je suis un oiseau, ne men veux pas, si
        Je napplique pas pour moi une loi si lege`re.
        Ne juge pas trop vite: le jugement
        Terrestre est fragile! Et que la couleur
        Des mesanges ne soit pas obscurcie -
        Par la blancheur des colombes.
        Dailleurs - fais ce quil te pla?t!
        Car, si jai aime tout le monde,
        Il se peut quun jour sombre -
        Je revienne a` moi, plus blanche que toi.
        Lun est de pierre, lautre dargile, -
        Toute dargent, moi - je brille!
        Mon affaire - trahir, mon nom - Marina,
        Moi, - perissable ecume de la mer.
        Lun est dargile, lautre de chair -
        Pour eux, tombes et pierres tombales
        Pour moi - la mer - et ses fonts baptismaux -
        Et je suis, dans mon vol, - sans cesse brisee!
        Ma volonte passe au travers de tous
        Les c?urs, au travers de tous les filets.
        De moi - vois-tu ces me`ches folles? -
        Personne ne tirera du sel de terre.
        Je me brise contre vos genoux de granit,
        Mais, avec chaque vague, - je ressuscite.
        Salut a` locean - a` lecume joyeuse -
        La haute ecume de la mer!
        Un co ? te de la fene ? tre sest ouvert.
        Un co ? te de la ? me est apparu.
        Ouvrons donc - aussi lautre co ? te,
        Et cet autre co ? te de la fene ? tre.

        Chanson

        Hier encore il me regardait dans les yeux,
        Aujourdhui - il louche pluto ? t de co ? te!
        Hier encore il restait jusquau chant des oiseaux -
        Aujourdhui - toute alouette - corbeau!
        Moi, la sottise, mais toi, lintelligence,
        La vie, et moi linertie.
        Et ce cri des femmes de tous les temps:
        Quest-ce que je tai fait, mon amour?!
        Et les larmes pour elle - de leau et du sang -
        De leau - dans le sang, dans les larmes elle se lave!
        Pas une me`re, une mara ? tre - lAmour:
        Nattendez de lui ni justice ni pitie.
        Les navires enle`vent les amants,
        La route blanche les entra?ne
        Et ce gemissement vaut pour toute la terre:
        Quest-ce que je tai fait, mon amour?!
        Hier encore - couche a` mes pieds!
        Il me comparait a` lempire de Chine!
        Soudain ses deux mains se sont ecartees, -
        Ma vie est tombee - comme un sou rouille!
        Comme une infanticide devant les juges
        Je suis la` debout - mal aimee, sans defense.
        Je te le dirais me ? me en enfer:
        Quest-ce que je tai fait, mon amour?!
        Jinterroge la chaise, jinterroge le lit:
        Pour quoi, ce que jendure, pour quoi cette
        detresse?
        Finis les baisers - vient la torture:
        A dautres les baisers, - repondent-ils.
        A cette vie en plein feu, tu mhabitues,
        Puis tu mabandonnes - dans la steppe glacee!
        Voila` ce que toi, mon amour, tu mas fait!
        Mon amour, a` toi - quest-ce que, moi, je tai fait?
        Je sais tout - ne dis pas le contraire!
        Lucide, a` nouveau - et deja` plus ta ma?tresse!
        La` ou` lAmour ce`de le terrain,
        La` savance la Mort-Jardinier!
        Seule - pourquoi secouer larbre! -
        Lheure venue la pomme mu ? re tombera.
        - Pour tout, pardonne-moi, mon amour -
        Pour tout ce que je tai fait!
        Ils sont partis - ils sen sont alles -. Ils
        Sont passes dans l camp ou` tout se me ? le,
        Dans le camp blanc des migrateurs,
        Et des pigeons - et des cygnes -,
        Deux, et de toi, ma Grandeur,
        Je parle, - reponds-moi!
        Pour les jeunes bois de che ? ne, qui poussaient
        Vers le ciel - et nont pu grandir, pour ceux
        Qui sont tombes et ne se sont pas releves, -
        Pour ceux qui sont alles camper dans leternite,
        Pour toi, notre Honneur,
        Je gemis - fais-moi signe!
        Chaque soir, chaque soir, mes bras
        Vont a` votre rencontre! La`-bas.
        Dans la vaste etendue des colombes -
        Ils sont nombreux, ceux que jaime.
        Je suis depuis trop longtemps
        Dans la Russie des rouges - enle`ve-moi!
        Je le sais, je mourrai au crepuscule, ou le matin ou le soir!
        Auquel des deux, avec lequel des deux - c ? a ne se commande
        pas!
        O sil etait possible que mon flambeau seteigne deux fois!
        Je suis passee sur terre dun pas de danse! - Fille du ciel!
        Un tablier plein de roses! - Sans ecraser les jeunes pousses!
        Je le sais, je mourrai au crepuscule, ou le matin ou le soir!
        Dieu nenverra pas une nuit depervier pour mon a ? me de
        cygne!
        Dune main douce, jecarterai la croix sans lembrasser,
        Je melancerai dans le ciel genereux pour un dernier salut.
        La faille du crepuscule, ou le matin ou le soir - et la coupure
        du sourire...
        - Car me ? me dans le dernier hoquet je resterai poe`te!
        Dans les collines - rondes et brunes,
        Sous les rayons - puissants et poussiereux,
        Avec des bottes - hesitantes et douces -
        Derrie`re une pelisse - rouge et dechiree.
        Dans les sables - voraces et rouilles,
        Sous les rayons - bru ? lants et avides,
        Avec des bottes - hesitantes et douces -
        Derrie`re une pelisse - pas a` pas.
        Dans les vagues - dangereuses et hautes,
        Sous les rayons - cruels et anciens,
        Avec des bottes - hesitantes et douces -
        Derrie`re une pelisse - menteuse, menteuse.

        A Maiakovski

        Plus haut que les croix, plus haut que les cheminees,
        Baptise par le feu, baptise par la fumee,
        Archange-aux-pieds-lourds -
        Salut a` toi dans les sie`cles, Vladimir!
        Il est le cocher, il est aussi le coursier,
        Il est la toquade, il est aussi la loi.
        Il soupire, il crache dans ses mains:
        - Tiens-toi bien, gloire charretie`re!
        Chantre des miracles sur la place publique,
        Salut a` toi, orgueilleux salopard,
        Qui choisit la lourdeur de la pierre
        Et non la seduction du diamant.
        Salut a` toi, tonnerre de paves!
        Il ba ? ille, il respecte, - et, a` nouveau,
        Il rame - avec ses brancards - avec
        Ses ailes darchange charretier.

        Louange pour aphrodite

1

        Bienheureux - ceux qui ont abandonne tes filles, Terre,
        Pour la lutte et pour la course. Bienheureux, -
        Ceux qui ont penetre sur les Champs-Elysees
        Sans e ? tre seduit par la volupte.
        Le laurier y pousse, feuilles raidies et sobres, -
        Le laurier - chroniqueur, activiste au combat
        - Je nechangerai pas laplomb de lamitie,
        Au-dessus des nuages, contre le foyer de lamour.

2

        Deja` les Dieux - deja` -, ne te comblent plus
        Sur les rives - deja` -, dune autre rivie`re.
        Vers la grande porte du couchant, vers
        La porte de Venus, volez, colombes!
        Pour moi, couchee sur les sables refroidis,
        Je me retirerai dans ce jour qui ne se compte pas
        Car le serpent regarde sa vieille peau,
        Car jai depasse ma jeunesse.

        Jeunesse

        Ma jeunesse! Mon etrange`re
        Jeunesse! Ma bottine depareillee!
        Les yeux rougis, presque fermes,
        On enle`ve une feuille au calendrier.
        La muse pensive na rien pris
        Sur lensemble de ton butin.
        Ma jeunesse! Je ne te rappelle pas:
        Tu etais une charge et une corvee.
        La nuit, tu murmurais pour moi avec ton peigne,
        La nuit, tu aiguisais tes fle`ches. Tu metouffais
        De tes largesses, comme sous de petits galets.
        Et je souffrais pour les peches des autres.
        Je te rends ton sceptre avant lheure,
        Sans gou ? t, mon a ? me, pour les boissons et les mets.
        Ma jeunesse! Mes desordres -
        Jeunesse! Mon chiffon de vermeil!

        Muse

        Ni chartes, ni ance ? tres,
        Ni faucon clair. Elle
        Marche - elle souvre, -
        Lointaine!
        Sous les paupie`res sombres -
        Lincendie aux ailes dor.
        De sa main, halee par le vent,
        Elle a pris, elle a oublie.
        Le bas de sa robe non retroussee,
        Sarcasme, qui se fa ? che,
        Ni bonne ni mechante,
        Lune et lautre, lointaine.
        Elle ne pleure pas, ne gemit pas:
        - Il tire tre`s fort, il est gentil! -
        De sa main, halee par le vent,
        Elle a donne, elle a oublie.
        Elle a oublie - ricanements
        De gorge et de cris doiseaux...
        - Dieu, garde-la,
        Si lointaine!

        Amazones

        Seins de femmes! Souffle fige de la ? me -
        Essence de femmes! Vague toujours prise
        Au depourvu et qui toujours prend
        Au depourvu - Dieu voit tout!
        Lice pour les jeux du delice ou de la joie,
        Meprisables et meprisants. - Seins de femmes! -
        Armures qui ce`dent! - Je pense a` elles...
        Lunique sein, - a` nos amies!...

        Cheveux blancs

        Ce sont des cendres de tresors:
        Des pertes, des offenses.
        Ce sont des cendres, devant lesquelles -
        Le granit - tombe en poussie`re.
        La colombe, nue, lumineuse
        Qui vit seule. Ce sont
        Les cendres de Salomon
        Sur une grande vanite.
        Redoutable craie
        Dun temps sans fin.
        Ainsi, Dieu me fait signe:
        - La maison a bru ? le!
        Non pas le seigneur des re ? ves
        Et des jours, pris dans ses hardes,
        Mais lesprit - flamme verticale -
        Qui jaillit des precoces cheveux blancs!
        Vous ne mavez pas trahie,
        De mes arrie`res, annees!
        Cette blancheur, cest la victoire
        Des forces immortelles!

        Emigrant

        Vous e ? tes ici entre vous: maisons, monnaies, fumees,
        Et les femmes, et les idees,
        Sans reussir a` vous aimer, sans reussir a` vous unir,
        Alors, celui-ci ou celui-la`, -
        Comme Schuman avec le printemps sous son manteau:
        - Plus haut! Toujours plus haut!
        Alors, comme le tremolo en suspens dun rossignol -
        Cet elu ou tel autre,
        Le plus craintif -, car vous avez dabord releve la te ? te,
        Puis leche les pieds!
        Perdu parmi les hernies et les harpies,
        Dieu, dans les lieux de perdition.
        Puis un de trop! Il vient den-haut! Un ressortissant!
        Un defi! Et qui na pas perdu lhabitude... De voir
        Trop haut... Qui refuse les potences... Parmi
        Les dechets de devises et de visas...
        Un ressortissant.

        PoEte

        Le poe`te engage son discours de tre`s loin,
        Son discours engage le poe`te tre`s loin.
        Et par des plane`tes, des signes, par les fondrie`res
        Des paraboles detournees... Entre le oui et le non.
        Et lui-me ? me quand il senvole du clocher,
        Il brise son crochet... puisque la voie des come`tes
        Est la voie des poe`tes. Des maillons eparpilles
        De la causalite - voila` son bien! Le front leve
        Vous desesperez! Les eclipses des poe`tes
        Ne se repe`rent pas sur le calendrier.
        Il est celui qui bat les cartes et les fausse,
        Qui triche sur le poids et sur le compte,
        Il est celui qui, de sa place, interpelle,
        Et qui ecrase la parole de Kant.
        Dans le cercueil de pierre des Bastilles,
        Il est comme un arbre dans toute sa beaute...
        Ses traces sont toujours froides, et
        Il est aussi ce train que tout le monde
        Manque...
        - Puisque la voie des come`tes -
        Est la voie des poe`tes: il bru ? le, il ne rechauffe pas,
        Il brise, il ne construit pas - eclatement, effraction -,
        Ton chemin est une ligne courbe aux cheveux longs,
        Il nest pas reperable sur le calendrier.

        Dialogue de Hamlet avec sa conscience

        Par le fond, ou` sont le limon...
        Et les algues... Elle est allee dormir,
        La`, - et pas de sommeil, me ? me la`!
        - Mais moi je laimais,
        Plus que quarante mille fre`res
        Ne peuvent laimer!
        - Hamlet!
        Par le fond, ou` sont le limon...
        Le limon!... Et sa dernie`re couronne
        Est venue se poser sur les troncs, la`...
        Mais, moi, je laimais
        - Plus que quarante mille...
        Moins
        Quand me ? me, quun seul amant.
        Par le fond, ou` sont le limon...
        - Mais, moi, je -
        laimais??

        La Lettre

        On nattend pas ainsi des lettres,
        On attend ainsi - une lettre.
        Un morceau de chiffon,
        Un filet de colle
        Autour. A linterieur - un mot.
        Du bonheur. - Et - cest tout.
        On nattend pas ainsi le bonheur,
        On attend ainsi - la fin:
        Des soldats, une salve
        Et, dans le c?ur - trois
        Eclats de plomb. Du rouge aux yeux.
        Voila`. - Et - cest tout.
        Pas le bonheur - je suis vieille!
        Les couleurs, - chassees par le vent!
        Le carre de la cour
        Et le noir des fusils.
        (Le carre dune lettre:
        Lencre, lenvou ? tement!)
        Pour le sommeil de la mort
        Personne nest vieux!
        Le carre dune lettre.

        Madeleine

1

        Entre nous: les Dix Commandements:
        La fournaise de dix bu ? chers.
        Le sang des miens me repousse, -
        Tu es pour moi - le sang etranger.
        Au temps des Evangiles, -
        Jaurais ete une de celles...
        (Le sang etranger - le plus envie,
        Et le plus etranger de tous!)
        Vers toi, avec tous mes malheurs, -
        Je serais attiree, couchee humblement -
        Clarte de ce que tu es! - Mes yeux
        De demons caches, je verserais les onctions -
        Et sur tes pieds, et sous tes pieds,
        Et me ? me, simplement, dans le sable...
        Les marchands, la passion vendue,
        Repoussee, - elle coule!
        Par la bave de la bouche, et par lecume
        Des yeux, et par la sueur de tous les delices.
        De mes cheveux jenveloppe tes pieds,
        Comme dans une fourrure...
        Comme une quelconque etoffe, je metends
        Sous tes pieds... Mais, es-tu vraiment celui
        (Celle!) qui dit a` la creature aux boucles de feu:
        Le`ve-toi, s?ur!

2

        Le flot du tissu, paye trois fois
        Son prix, et de la sueur des passions,
        Et des larmes, et des cheveux - le flot
        Entier coule, coule et Lui
        Fixe dun regard bienheureux
        Largile rouge et sec, et:
        Madeleine! Madeleine!
        Ne toffre pas ainsi, tellement.

3

        Je ne vais pas tinterroger sur le chemin -
        Que tu as suivi: tout etait deja` ecrit.
        Jetais pieds nus, tu mas chausse
        De la pluie de tes cheveux et -
        De tes larmes.
        Je ne te demande pas, - de quel prix
        Sont payees ces huiles.
        Jetais nu, et des formes
        De ton corps, toi, - comme dun mur,
        Tu mas entoure.
        Plus calme que leau, et plus bas que lherbe,
        Je toucherai ta nudite de mes doigts.
        Je me tenais droit, tu tes penchee vers moi,
        Tu mas appris la tendresse de ce geste.
        Fais-moi une place dans tes cheveux,
        Serre-moi dans les langes - et qui ne soient pas
        De lin - Porteuse donctions!
        A quoi bon toutes ces huiles?
        A qui bon toutes ces huiles?
        Tu mas baigne
        Comme une vague.
        Tu mas aimee. La verite
        Etait fausse. Le mensonge
        Etait since`re.
        Tu mas aime`e - plus quon ne peut!
        Au-dela` des limites!
        Tu mas aimee plus longtemps
        Que le temps. - Un revers de main,
        Et tu ne maimes plus:
        La verite tient en cinq mots.

        Deux

1

        Il y a des rimes dans ce monde:
        On les separe - et il fremit.
        Home`re, tu etais aveugle.
        La nuit - sur tes sourcils,
        La nuit - ton manteau de rhapsode,
        La nuit - le rideau sur tes yeux.
        Sans cela aurais-tu separe
        Hele`ne et Achille?
        Hele`ne. Achille. Donne
        Des noms plus harmonieux.
        Oui, le monde est construit
        Contre le chaos, pour lharmonie,
        Et pousse a` la division,
        Il tient sa vengeance,
        - Linfidelite des femmes -
        Il se venge - Troie en flammes!
        Rhapsode aveugle: tu as gaspille
        Ton tresor comme une chose de peu.
        Il y a des rimes assemblees -
        Dans lautre monde. Et notre
        Monde secroule dans la division. Mais
        Quimportent les rimes? Hele`ne, vieillis donc!
        ...Et le meilleur des hommes dAchae!
        Et Sparte la voluptueuse!
        Il ny a que le fremissement des myrtes,
        Et le sommeil de la cithare:
        Hele`ne, Achille:
        Une paire depareillee.

2

        Il nest pas ecrit, en ce monde,
        Quun puissant sunisse a` un puissant.
        Ainsi Siegfried et Bru?nhild, separes,
        Un mariage regle par le glaive,
        Dans la haine fraternelle de cette union
        - Comme des buffles! - Roc contre roc.
        Il a quitte le lit nuptial, lui, inconnu,
        Elle, non reconnue - elle dormait.
        Separes! - me ? me sur le lit nuptial -
        Separes! - me ? me les mains jointes -
        Separes! - en notre langue double -
        Tardive et desunie - voila` notre union!
        Mais il est une offense encore
        Plus ancienne: lAmazone abattue,
        Comme un lion, le fils de Thetis
        Na pas rencontre la fille dAre`s:
        Achille na pas rencontre
        Penthesilee.
        Souviens-toi, son regard vient den bas -
        Elle regarde comme un chevalier abattu!
        Son regard ne descend plus de lOlympe -
        Largile! - Et pourtant il vient den haut!
        Quimporte cette jalousie qui seule
        Loccupe: gra ? ce a` sa femme, il tire
        Cela des tene`bres. Ce nest pas ecrit,
        Il nest quun egal - face a` un egal...
        Et nous ne nous rencontrons pas.

3

        Dans un monde ou` chacun
        Sabaisse et sextenue,
        Je sais - un seul
        Egale ma vertu.
        Dans un monde ou` tant
        Et plus nous seduit,
        Je sais - un seul
        Egale mon energie.
        Dans un monde ou` tout
        Est lierre, moisissure,
        Je sais - un seul,
        Toi, - dans labsolu,
        Mon egal.

        Tentative de jalousie

        C ? a va comment, la vie, pour vous -
        Avec une autre - Plus simple, non?
        Un coup de rame, et la memoire aussito ? t,
        Comme la rive, au loin secarte
        De moi, ?le a` la derive, (dans le ciel
        Pas dans leau!). Ames! Vous serez
        Des s?urs, toutes deux, vous,
        Les a ? mes, pas des amantes!
        C ? a va comment, la vie, pour vous -
        Avec une simple femme? Sans
        Les divinites? Vous avez detro ? ne
        Votre reine (vous aussi, par la` me ? me),
        C ? a va comment, la vie, pour vous -
        Les tracas - les tendresses? Et le reveil -
        Comment? Et que faites-vous, malheureux,
        De limmortelle vulgarite?
        Des affrontements, puis des sursauts -
        C ? a suffit! Je trouverai ailleurs!
        C ? a va comment, la vie, pour vous - avec
        Nimporte qui, vous, que javais choisi?
        Plus traditionnelle, plus mangeable -
        La cuisine? On sen lasse - a` qui la faute
        C ? a va comment, la vie, pour vous - avec
        Un fanto ? me, vous, qui avez trahi le Sina?
        C ? a va comment, la vie, pour vous - avec
        Lune ou lautre, ici ou la`? Votre moitie,
        Vous aimez? Et la honte, comme les re ? nes de Jupiter,
        Est-ce quelle fouette votre front?
        C ? a va comment, la vie, pour vous -
        La sante - c ? a va? Et le chant - comment?
        Et la plaie de limmortelle conscience,
        Comment la ma?trisez-vouz, malheureux?
        C ? a va comment, la vie, pour vous - avec
        Votre sous-produit? Et le prix - lourd?
        Apre`s les marbres de Carrare, c ? a va
        Comment, la vie, pour vous - avec la camelote,
        Le pla ? tre? (Il est sculpte dans la masse,
        Dieu, et le voici reduit en morceaux!).
        C ? a va comment, la vie, avec la cent-millie`me -
        Pour vous - qui avez connu Lilith!
        Est ce quelle suse la nouveaute
        Dun article de pacotille? Las des philtres,
        C ? a va comment, la vie, pour vous -
        Avec la femme pratique, sans sixie`me
        Sens?
        Alors, te ? te entre les mains: heureux?
        Non? Dans le fond sans profondeur,
        Comment c ? a va, mon cheri? Pire, ou
        Comme pour moi
        Aupre`s dun autre?

        Amour

        Le yatagan? Les flammes? Cest trop! -
        Plus modestement, un mal, familier,
        Comme la paume de mains aux yeux, -
        Comme le nom dun enfant -
        Aux le`vres.
        Il est vivant, le demon
        En moi, il nest pas mort!
        Dans le corps: dans une cale,
        En soi-me ? me: en prison.
        Le monde: - les murs.
        Une issue: - la hache.
        (Le monde - une sce ` ne, -
        Balbutie le comedien.)
        Le bouffon boiteux,
        Lui, na pas hesite.
        Dans le corps: - dans la gloire,
        Dans le corps: - dans une toge.
        Vis longtemps! Tu es
        Vivant, - tiens a` ta vie!
        (Seuls les poe`tes sont dans
        Leurs os: - dans leur mensonge!)
        Non, pas de promenade pour
        Nous, confrerie de chantres.
        Dans le corps: - dans un peignoir
        Paternel et douillet.
        Nous valons mieux. Dans
        Le coton, nous deperissons.
        Dans le corps: - dans une stalle,
        En soi-me ? me: - dans un four.
        Nous naccumulons pas de
        Denrees perissables.
        Dans le corps: - dans un marecage,
        Dans le corps: - dans un caveau.
        Dans le corps: - en exil
        Extre ? me. - Deperdition!
        Dans le corps: - dans un myste`re,
        Sur les tempes: - dans letau
        Du masque de fer.

        Petite torche

        La Tour Eiffel - a` portee de la main!
        Va, a` ta main, grimpe.
        Mais, tous, nous lavons vue, et
        Aujourdhui la voyons, et dautres choses,
        Il nous para?t ennuyeux
        Et pas beau, votre Paris
        Russie, ma Russie, pourquoi
        Bru ? ler dun feu si clair?

        Poeme a son fils

        Notre conscience - nest pas votre conscience.
        Allez - Assez! - Oubliez tout, enfants,
        Ecrivez vous-me ? mes le recit
        De vos jours et de vos passions.
        Loth, et sa famille de sel -
        Cest notre album de famille.
        Enfants, reglez vous-me ? mes les comptes
        Avec la ville quon veut faire passer pour -
        Sodome. Tu nas pas frappe ton fre`re -
        Cest clair, pour toi, mon ange!
        Votre pays, votre sie`cle, votre jour, votre heure,
        Et notre peche, notre croix, notre dispute, notre
        Cole`re. Serres dans une pe`lerine
        Dorphelin de`s votre naissance -
        Cessez de prendre le deuil
        Pour cet Eden que vous navez pas
        Connu! Et pour des fruits - que vous navez
        Jamais vus. Comprenez: il est aveugle -
        Celui qui vous emme`ne a` loffice des morts
        Pour le peuple, et qui mange du pain,
        Et qui vous en donnera - comme
        Cest rapide, de Meudon au Kouban
        Notre querelle - nest pas votre querelle.
        Enfants, creez vous-me ? mes vos propres
        Desaccords.
        Je te remercie, cher fide`le bureau!
        Tu mas donne ton arbre
        Pour devenir bureau - et
        Tu restes - un arbre vivant!
        Avec ce jeu de jeunes feuillages
        Au-dessus des sourcils, cette ecorce vivante,
        Les larmes dune resine vivante, et
        Des racines jusquau trefonds de la terre.

        Jardin

        Pour cet enfer,
        Pour ce delire,
        Donne-moi un jardin,
        Pour mes vieux jours.
        Pour les vieilles annees,
        Pour les vieux malheurs:
        Le travail - les annees,
        Les sueurs - les annees
        Pour les vieilles annees,
        Les annees de chien -
        Les bru ? lantes annees -
        Le frais jardin
        Pour le fugitif
        Donne-moi ce jardin:
        Sans - ni - personne,
        Sans - ni - a ? me!
        Un jardin: ne pas marcher!
        Un jardin: ne pas voir!
        Un jardin: ne pas rire!
        Un jardin: ne pas se moquer!
        Sans aucune oreille,
        Donne-moi un jardin:
        Sans nulle odeur!
        Sans a ? me aucune!
        Tu diras: assez de douleur - prends ce
        Jardin - solitaire, comme toi.
        (Mais tu ny resteras pas, toi, la`!).
        Un jardin, solitaire, comme toi.
        Pour les vieux jours, ce jardin, pour moi
        - Ce jardin autre? Et, peut-e ? tre, cet autre monde? -
        Donne-le-moi pour mes vieux jours -
        Et pour le pardon de la ? me.

        Lecteurs de journaux

        Le serpent souterrain glisse,
        Il glisse, il transporte les gens.
        Et chacun, - avec son
        Journal (son eczema!).
        Un tic a` la ma ? choire,
        La carie des journaux.
        Ma ? cheurs de mastic!
        Lecteurs de journaux.
        Le lecteur - qui? - Un vieillard, un athle`te?
        Un soldat? - Ni traits, ni visages,
        Ni a ? ge. Un squelette - sans visage:
        Une feuille de journal!
        Celle dont tout Paris - , du front
        Jusquau nombril, est habille.
        Laisse donc, jeune fille!
        Tu accoucheras dun lecteur
        De journaux!
        Ils se bal - Il couche avec sa s?ur -
        ancent - Il a tue son pe`re! -
        Ils se balancent - et se remplissent
        De vanite.
        Quimporte a` ces messieurs -
        Laube ou le coucher de soleil?
        Des avaleurs de vide,
        Les lecteurs de journaux!
        Lire - les journaux: calomnies,
        Lire - les journaux: detournements,
        Dans chaque colonne - mensonges,
        Dans chaque colonne - degou ? t. -
        Avec quoi, vous presenterez-vous -
        Au Jugement dernier - dans la clarte -
        Accapareurs dinstants,
        Lecteurs de journaux!
        - Au loin! Disparu! Perdu!
        La peur maternelle est ancienne,
        Me`re! La presse de Gutenberg est
        Plus horrible que la poussie `re de Schwartz!
        Pluto ? t e ? tre au cimetie`re, - que
        Dans une infirmerie purulente,
        Gratteurs de crou?tes,
        Lecteurs de journaux!
        Qui laisse pourrir nos fils
        A la fleur de la ? ge?
        Les incestueux e crivains
        Pour journaux!
        Cest cela, amis, - que je pense -
        Et bien plus fortement encore
        Que dans ces vers, - lorsque,
        Mon manuscrit a` la main,
        Je me trouve en face, ou pluto ? t
        - Il ny a pas de lieu plus vide! -
        Devant la non-face
        Du redacteur
        des saletes du journal.
        Tu ouvres en grand tes yeux vers le ciel bleu -
        Et tu texclames: - un orage!
        Un audacieux passe, tu le`ves les sourcils -
        Et tu texclames: un amour!
        Au travers de la mousse grise des indifferences -
        Moi, je mexclame: - des poe`mes.

        Cendres

        Il sest abattu sur la ville de Saint Vinceslas
        - Lincendie, ainsi, devore les herbes -
        Apre`s avoir joue avec les facettes de Bohe ? me!
        - La cendre, ainsi, couvre les ba ? timents,
        La tempe ? te de neige, ainsi, balaye les jalons
        De lEden - Tche`ques, dites-le! -
        Que reste-t-il? Des cendres.
        - La Peste, ainsi, rejouit les cimetie`res!

2

        Il sest abattu sur la ville de Saint Vinceslas
        - Lincendie, ainsi, devore les herbes -
        Une decision - cest votre dernier delai:
        - Leau, ainsi, sapproche des fene ? tres,
        La cendre, ainsi, couvre les ba ? timents
        Par-dessus les ponts et les places
        Pleure, il pleure le lion bicephale
        - La Peste, ainsi, rejouit les cimetie`res!

3

        Il sest abattu sur la ville de Saint Vinceslas
        - Lincendie, ainsi, devore les herbes -
        Letouffement, sans fremir
        - La cendre, ainsi, couvre les ba ? timents:
        Faites signe, a ? mes vivantes! Prague
        Aujourdhui plus deserte que Pompei:
        Un pas, un bruit - nous cherchons en vain
        - La Peste, ainsi, rejouit les cimetie`res!

        A lallemagne

        Oh, jeune fille aux joues les plus roses
        Parmi les montagnes vertes -
        Allemagne!
        Allemagne!
        Allemagne!
        Quelle honte!
        Tu as empoche la moitie de la carte du monde,
        Ame astrale,
        Jadis, tu faisais re ? ver par tes contes,
        Aujourdhui, - tu avances tes chars.
        Devant la paysanne tche`que -
        Tu foules le ble de ses espoirs
        Sous les roues de ton char
        Et ne baisses pas les yeux?
        Devant linfinie tristesse
        De ce petit pays -
        Vous, les Germains, fils
        De la Germanie, que sentez-vous?
        O manie! O momie
        De la grandeur!
        Tu vas bru ? ler,
        Allemagne!
        Folie,
        Folie,
        Ce que tu fais.
        Lhercule triomphera
        Des liens du serpent!
        A ta sante, Moravie!
        Et toi, Slovaquie, sois slovaque!
        Tu recules, dans les sous-sols
        Du cristal et - tu prepares le coup:
        Bohe ? me!
        Bohe ? me!
        Bohe ? me!
        Salut!

        Ils ont pris

        Les Tche`ques sapprochaient des Allemands
        et crachaient.
        (Voir les journaux mars 1939)
        Ils prenaient - vite et ils prenaient - largement:
        Ils ont pris les sommets et ils ont pris les trefonds,
        Ils ont pris le charbon et ils ont pris lacier,
        Et notre plomb, et notre cristal.
        Ils ont pris le sucre et ils ont pris le tre`fle,
        Ils ont pris lOuest et ils ont pris le Nord,
        Ils ont pris la ruche et ils ont pris le ble,
        Ils ont pris notre Sud et lEst aussi.
        Vary - ils ont pris et les Tatras - ils ont pris,
        Ils ont pris le proche et ils ont pris le lointain,
        Et - pire encore que le paradis sur terre! -
        Ils ont vaincu - sur le sol natal.
        Ils ont pris les balles et ils ont pris les fusils,
        Ils ont pris les minerais et ils ont pris lamitie...
        Mais tant quil y a de la salive dans la bouche
        Tout le pays est en armes.

        Foret

        On taille - tu as vu! - On taille,
        On taille! - Apre`s un che ? ne - un che ? ne.
        Abattu, il ressuscite. Elle
        Ne meurt pas - la fore ? t.
        Elle meurt; la fore ? t, puis
        Elle reverdit - a` la minute! -
        (La mousse - une fourrure verte)
        Il ne meurt pas, le Tche`que.
        Non pas des diables, qui poursuivraient un moine,
        Non pas le malheur - qui poursuivrait un genie,
        Et non pas lavalanche, qui nest pas un amas,
        Et non la vaste montee des inondations.
        Non pas le rouge incendie des fore ? ts,
        Non pas le lie`vre - dans la colline,
        Non pas le roseau - sous lorage, -
        Apre`s le fu?hrer - les furies.
        Tu ne mourras pas, peuple!
        Dieu te garde!
        De ton c?ur tu as donne - le grenat,
        De ta poitrine tu as donne - le granit,
        Prospe`re, peuple -
        Dur comme les Tables de la loi,
        Chaud comme le grenat,
        Pur comme le cristal.
        Il est temps! Pour ce feu-la` -
        Je suis vieille!
        - Lamour - est plus vieux que moi!
        - De cinquante fois janvier,
        Une montagne!
        - Lamour - est encore plus vieux:
        Vieux, comme un pre`le, vieux, comme le serpent,
        Plus vieux que lambre de Livonie!
        Et plus vieux que tous les bateaux fanto ? mes!
        Que les pierres, plus vieux que les mers
        Mais le mal, dans ma poitrine - est plus vieux
        Que lamour, plus vieux que lamour.

        Sur le cheval rouge

        a` Anna Akhmatova
        Et grand ouverts, grand ouverts - les bras,
        Les deux en croix.
        Et renversee! Va, pietine-moi, lequestre!
        Que mon esprit, jailli des co ? tes, monte - vers Toi,
        Creature
        De femme non terrestre!
        Pas la Muse, non, pas la Muse,
        Qui donc, au-dessus de mon pauvre landau
        Me berc ? ait de chansons,
        Par la main - qui donc me conduisait?
        Pas la Muse. Qui donc rechauffait
        Mes mains froides, mes paupie`res bru ? lantes
        Qui les rafra?chissait?
        Qui degageait les me`ches de mon front? - Pas la Muse,
        Qui memmenait a` travers les grands champs? - Pas la
        Muse.
        Pas la Muse, nulle tresse noire, nul bijou,
        Nulle fable - deux ailes cha ? tain clair: voila` tout.
        Courtes - surplombant chaque sourcil aile.
        Torse harnache.
        Panache.
        Lui na pas veille sur mes le`vres,
        Ni beni mon sommeil.
        Ni pleure avec moi
        Sur ma poupee brisee.
        Tous mes oiseaux - pour la partance
        Il les la ? chait - puis - leperon nerveux,
        Sur son cheval rouge - entre les monts bleus
        De la deba ? cle fracassante.
        - Oh! les pompiers! Partout c ? a hurle!
        Lueur du feu - partout c ? a hurle!
        - Oh! les pompiers! La ? me qui bru ? le!
        Pas la maison, qui bru ? le?
        La cloche dalarme hulule.
        Vas-y, balance-le, ton bulbe,
        O cloche dalarme! Pullulent
        Les flammes! La ? me bru ? le!
        Dansant des ravages du beau,
        Aux gerbes rouges des flambeaux
        Japplaudis - je bondis - rugis,
        De moi leclair - jaillit.
        Qui ma tiree dou` c ? a crache et gronde?
        Quel aigle ma ravie? - Je my perds.
        Jai sur moi une chemise - longue -
        Avec un rang de perles.
        Clameur du feu, cliquetis de vitres...
        Sur chaque visage, au lieu dorbites -
        Deux brasiers luisent! - les lits seplument!
        On bru ? le! On bru ? le! On bru ? le!
        Craque donc, millenaire bahut!
        Crame, toi - magot, masse, reclus!
        Ma maison: souveraine au-dessus.
        Que souhaiter de plus?
        Oh! les pompiers! - Que le feu redouble!
        Fronts peintures dor, tous - au fourneau!
        Incendie: oh! tiens debout, debout!
        Que croulent les poteaux!
        Soudain quoi - a croule - si soudain!
        Un poteau? - Pas croule!
        Vers le ciel - fol appel de deux mains -
        Et le cri: Ma poupee!
        Qui - me suivant - galope, devale,
        Me jetant un ?il-juge?
        Qui - me suivant - roule dun cheval
        Rouge - a` la maison rouge?
        Un cri. De ceux qui passent le mur
        Du cri. La foudre, et lui:
        Brandit la poupee comme une armure,
        Droit comme lIncendie.
        Tsar dresse parmi les feux fugaces,
        Et son front se laboure.
        - Je te lai sauvee, - a` present: casse!
        Et libe`re lAmour!
        Soudain quoi - a croule? Pas le monde,
        Non! Lui na pas croule!
        Mais deux mains - suivant - lequestre, montent
        Dune enfant - sans - poupee.
        Cruelle lune - aux volets sache`ve.
        Voila` mon premier ra ? ve.
        Enlaces rudement.
        Plus bas: bruit du torrent.
        Monte a` nos pieds legers
        De lecume envolee.
        Enlaces sans murmure:
        Les colonnes decume!
        Je suis tous ses harems,
        Il est tous mes emble`mes.
        Brusque entrelacs depaules:
        Flanc contre flanc, et paumes...
        A nos pieds dechausses
        Lecume vient mousser.
        - Du pont... Chiche! Et sur lheure!
        Que jy lance une fleur...
        Il voit - et - simplement
        Dun bond - dans le torrent!
        Est-ce le pont, ou bien moi - qui tremble?
        Sang ou vague - en emoi?
        Glacee, je regarde - sans comprendre
        Ma vie - qui se noie.
        Qui soudain - dun grand geste de cape
        Me jeta - vers les cieux?
        Qui soudain - rutilant, fit queclate
        Flamme rouge - en feu bleu?!
        Leclat. Du gouffre triomphe un son:
        Lui, dun saut - souplement
        Soule`ve le corps comme un poisson
        Droit comme le Torrent.
        Tsar dresse parmi les flots pointus,
        Et son front se laboure.
        - Je te lai sauve, - a` present: tue!
        Et libe`re lAmour!
        Soudain quoi - sest rue? Pas la trombe,
        Non! Nulle intemperie!
        Mais deux mains - suivant - lequestre, montent
        Dune - sans - son ami!
        Noir marecage - aux volets sache`ve.
        Voila` mon nouveau re ? ve.
        Nuit pourchassante - et pas dautre voie:
        Le sang durcit.
        Fils! Creation de ma hanche, toi, -
        Guide, conduis!
        Brave, en avant! - LEsprit des Montagnes
        Est un, nous - deux.
        Seuls laigle ici et laurore gagnent.
        Nous - parmi eux.
        Louragan! - Les dieux repartiront,
        Laigle en a peur...
        Plus haut, la?ne! - Ces hauts lieux seront
        Notre hauteur!
        Rongeant la poussi`re dici-bas,
        Jenfante un fils -
        Et la Foudre Divine sabat:
        Laigle la pris!
        Cest a` pic et nu et noir la`-haut!
        Ses petits bras: deux barres.
        Qui donc, sinon Zeus dans son berceau -
        Tient laigle? Nul depart!
        Rire. En reponse - ailes en furie,
        Griffes - perceuses: raides.
        Qui me suivant - et declairs fit fuir -
        Le tonnerre de laigle?!
        Ra ? le. Un rugissement detone
        A pourfendu les monts.
        Lui la leve comme un Premier-ne,
        Droit comme lInvasion.
        Tsar dresse parmi londe des nues,
        Et son front se laboure.
        Je te lai sauve, - a` present: tue!
        Et libe`re lAmour.
        Soudain quoi - a craque? Le c?ur dur
        Dun bois sec: nullement!
        Mais deux mains - suivant lequestre - dune
        Femme - sans - son enfant!
        Cruelle aurore - aux volets sache`ve.
        Cest mon troisie`me re ? ve.
        Fevrier. Deformes, les chemins.
        Folle neige - aux champs.
        Balayes, tordus - les grands chemins
        Par lartel des vents.
        Tanto?t cre?tes que le galop couche,
        Et tanto?t - labrupt,
        A talonner lEquestre-Le-Rouge,
        Ma route a son but.
        Tanto?t la`! A portee de la main!
        Taquin: - touche, va!
        Bras absurdement tendus; devient
        Neige - le cheval.
        Me`ches du panache dans les yeux?
        Ou saule, au virage?
        Eh! les marieurs! - Ni une, ni deux...
        Vents: au balayage!
        Balayez, amassez les obstacles -
        Plus haut que les rocs,
        Que son cheval au sabot dattaque,
        Cloue la` - se bloque.
        Les vents ecoutent - que plainte cre`ve,
        Et leur plainte cre`ve.
        Il court sa course rouge sans tre?ve,
        Mon equestre re?ve.
        Me`ches dailerons qui semballaient?
        Ou saule, au virage?
        Tenez - haut, tenez - haut les balais!
        Vents: rage! A louvrage!
        Que voila`? Quelle butte carree
        Emerge du sol?
        Comme si la tempe?te cabrait
        Dun coup cent coupoles.
        Chasse couronnee: enfin, la pause.
        Deja` mon front capte
        Le feu des fers, deja` dans ma paume
        Le bord de la cape!
        En renfort, avec glaive et tonnerre,
        Le Tsar - Guerroyant!
        Mais le cheval se rue et - tonnerre
        Dans lautel grondant.
        Javance et tra?ne, telle une meute,
        La troupe des vents.
        Les vou?tes ne figent pas lemeute
        Des sabots sonnants.
        Messe dun mort - rond grondement monte -
        Neige qui vrombit:
        Le tro?ne est renverse! - Vide! Monde
        Sous terre - terni!
        Geignez, geignez, murmurez - les murs!
        Toi, neige, chahute!
        Lecume du cheval rend obscure
        Laura des chasubles.
        Titube une coupole. Oh! croulez,
        Gloire et force et foi!
        Et mon corps secroule, ecartele -
        Les deux bras en croix.
        Immense lutte darcs-en-ciel: tout
        Lustre aura claque.
        Accepte-moi, toi - si pur, si doux,
        Pour nous, crucifie.
        A ta main vengeresse, on est lies?
        Accepte le feu!
        Den haut: mais, qui sont le cavalier,
        Le cheval, - les deux?
        Larmure est sur lui - soleil qui brille!...
        - Vol abrupt! Volons! -
        La cheval - droit sur ma poitrine -
        Plante son talon.
        Cape de feu - aux volets sache`ve.
        Galop de feu - tre?ve!
        Ni neige vrombissante,
        Ni balayage - balai.
        Ni panache emballe, -
        Saule, au virage.
        Ses me`ches grises balayees
        Demarche balancee, - sans bec daigle
        Doutre-nue, mais le nez fourre
        Dans lepais nuage dun chaudron, -
        Une bonne femme -
        Elle a dans les mains -
        Un chiffon.
        Verre a` lenvers sur bouteille pas finie
        On laisse - on y reviendra.
        - En quoi est-ce mon re?ve? Et le re?ve dit:
        Ton Ange ne taime pas.
        Premier tonnerre sur le cra?ne - ou coup dur
        Sur le cra?ne?! - Gens! Hola`!
        Front rongeant loreiller sec: ce coup de dire:
        Le premier: Ne taime pas!
        Naime pas! - Tresses de femme: nul besoin!
        Naime pas! - De bijoux rouges: nul besoin!
        Naime pas! - Mais sur le cheval - sauterai!
        Naime pas! - Sauterai - au ciel!
        O esprit de mes pe`res, secouez vos cha?nes!
        Vacillez, pins seculaires!
        Eole! O esprit de mes pe`res, mes me`ches
        Dorees, brouille-les! De lair!
        Sur le cheval blanc, au devant des guerriers
        Allons, - sous la foudre des fers argentes!
        Voyons, voyons comment se bat cet altier
        Sur le Cheval-Dit-Le-Rouge!
        De bon augure: le ciel sabat!
        Laube ensanglante mon casque!
        Soldats! Jusquau ciel - encore un pas:
        Le grain cro?t sous la caillasse!
        En avant - par dessus le fosse! - Tombes? - Un rang.
        Au suivant - par dessus le fosse! - Tombes? - Encore
        Au suivant - par dessus le fosse! - Le glace blanc
        Des cuirasses, qui sait: sang? Aurore?
        Soldats! - Quel ennemi - enfoncer?
        Dans mon sein un frisson chauffe.
        Pene`tre, pene`tre, epee dacier,
        Un rayon - sous mon sein gauche.
        Murmure: tu es comme je tai voulue!
        Rumine: tu es comme je tai elue,
        Enfant de ma passion - s?ur - fre`re - future
        Sur le glacier - des armures!
        A nul autre - jusqua` la fin des temps! Mienne!
        Moi, les bras leve`s: Lumie`re!
        - Tu resteras, a` nul autre seras, - non?
        Moi, pressant sur ma plaie: Non.
        Pas la Muse, non, pas la Muse,
        Ni lusure des liens
        Parentaux, - ni tes filets,
        O Amitie! - Pas une main de femme, -
        une feroce -
        A serre sur moi le n?ud -
        - En force.
        Terrible alliance. - Moi, couchee dans le noir
        Du fosse - Le Lever est si clair -!
        Oh! qui ma fixe ces deux ailes sans poids
        A lepaule -
        Derrie`re?
        Temoin muet
        Des tempe?tes vivantes -
        Couchee dans lornie`re,
        Je lorgne
        Les ombres.
        Tant que
        Vers lazur
        Ne memportera pas
        Sur le cheval rouge -
        Mon Genie!

        Le poeme de la montagne

        Liebster, Dich wundert die Rede?
        Alle Scheidenden reden wie Trunkene
        und nehmen gerne sich festlich
        Ho?lderlin

        Dedicace

        Que tu tressailles -
        Et tombent des montagnes,
        Et monte - la?me!
        Laisse mon chant monter:
        Chant de lentaille,
        De ma montagne.
        Je ne pourrai
        Ni la`, ni desormais
        Combler lentaille.
        Laisse mon chant monter
        Tout au sommet
        De la montagne.

1

        Cette montagne etait le torse
        Dun conscrit renverse par la mitraille.
        La montagne voulait des noces,
        Des le`vres vierges, un ceremonial.
        Cette montagne - lxigeait.
        Irruption de locean dans loreille,
        Criant hourra dun me?me jet.
        Cette montagne errait et guerroyait.
        Montagne pareille au tonnerre.
        Cest en vain quon joue avec les titans!
        De la montagne - la dernie`re
        Maison au bout du faubourg: souviens-ten!
        Des mondes - que cette montagne!
        Pour le monde il prend cher, Dieu est avide.
        Lentaille vint de la montagne.
        La montagne etait par-dessus la ville.

2

        Parnasse, Sina?
        Non! Simple colline a` casernes,
        Rien dautre - feu! vas-y!
        Bien quoctobre et non mai, quy faire?
        Cette montagne-ci
        Metait le paradis!

3

        Paradis sur la paume offert
        - Qui sy frotte, bru?le entier! -
        La montagne avec ses ornie`res
        Devalait sous nos pieds.
        Comme un titan avec ses pattes
        De buisson et de houx,
        La montagne agrippait nos basques
        Et ordonnait: - debout!
        Paradis - oh, nul b-a-ba,
        - Courants dair: dair troues! -
        La montagne nous jetait bas
        Et attirait: - couche!
        Comment? Cest a` ny rien comprendre:
        Propulses, ebahis!
        La montagne etait consacrante
        Et designait: - ici...

4

        Persephone, pour ce grain de grenade...
        Loublier en plein gel dhiver?!
        Double coquille des le`vres qui tardent,
        Leur bord aux miennes - entrouvert.
        Persephone, pour un grain degradee!
        La pourpre opinia?tre des le`vres,
        Et tes cils - pure brisure et, doree,
        La dent de letoile sele`ve...

5

        Ni erreur - que la passion, ni conte,
        Et nul mentir, mais: dun jour!
        Ah! Si nous etions venus au monde
        En terrestres de lamour!
        Ah! Si tout bonnement, dun sens su?r:
        C?a? - colline! Mamelon!
        (A lattrait pour le gouffre on mesure,
        Dit-on, le niveau des monts.)
        Dans les touffes de bruye`re fauve,
        Les souffrants ?lots de pins...
        (... Le delire: au dessus du niveau
        De la vie.)
        - Prends, je suis tien!
        Helas! La famille douce, ronde,
        Les gazouillis queux savourent...
        Puisque nous sommes venus au monde
        En celestes de lamour!

6

        Lamentait la montagne (en terre tant reste
        Ame`re lentaille ou` saignent les ruptures),
        Lamentait la montagne sur la tendresse
        Tenaillante de nos matins obscurs.
        Lamentait la montagne sur notre lien:
        Nos le`vres: parente des plus imparables!
        Temoignait la montagne - qua` chacun
        Il serait du? selon ses larmes.
        Et la montagne temoignait - camp tsigane,
        La vie! de c?ur en c?ur quon brade son temps!
        La montagne lamentait encore: Agar,
        Il la fit partir - avec lenfant pourtant!
        Et la montagne temoignait - nous: jouets
        Du demon! Nulle intention dans ses montages!
        La montagne parlait, nous etions muets.
        Nous nous en remettions a` la montagne.

7

        Lamentait la montagne - rien que tristesse
        Resterait du sang et brasier qui sont no?tres.
        Temoignait la montagne: elle ne nous laisse-
        Rait pas, ne tadmettrait pas avec une autre.
        Lamentait la montagne - rien que fumee
        Resterait de nos cites et au-dela`.
        Temoignait la montagne - nous: destines
        Aux autres (je nenvie pas ces autres-la`!).
        Lamentait la montagne - dun poids affreux,
        Le serment quil est trop tard que nous reniions.
        Temoignait la montagne - vieux est le n?ud
        Gordien - devoir et passion.
        Lamentait la montagne sur notre entaille -
        Demain! Attends! Quand au-dessus de nos fronts
        Non la mort, - seul memento: la mer etale!
        Demain, quand nous comprendrons.
        Un bruit... Comme si quelquun tout simplement -
        Eh bien.... pleurait tout pre`s?
        Lamentait la montagne, separement
        Descendre il nous faudrait
        Dans la vie dont nous savons bien tous: bohe`me,
        Boue, bazar, et caetera...
        Temoignait encore que tous les poe`mes
        Des montagnes
        secrivent
        comme c?a.

8

        Cette montagne etait la bosse
        DAtlas, - titan gemissant qui tient bon.
        La montagne fera la force
        De la ville ou` de`s laube nous battons
        Nos vies comme cartes jetees!
        - Passionnes, obstines a` ne pas e?tre.
        Ainsi que lours pour la?prete
        De son cri, ainsi que les douze apo?tres
        Reverez mon ingrate grotte.
        (Grotte - jetais, ou` les vagues sengouffrent!)
        De ce jeu la dernie`re porte,
        Ten souviens-tu - tout au bout du faubourg?
        Des mondes - que cette montagne!
        Les dieux se vengent de leurs simulacres.
        Lentaille vint de la montagne.
        La montagne etait sur moi sepulcrale.

9

        Passeront les annees, la pierre sus-dite
        En plate sera changee, o?tee.
        Alors notre montagne sera construite
        De pavillons, denclos - grignotee.
        On dit quen bordure, sur de tels coteaux
        Lair est plus pur et quil fait bon vivre.
        Et lon se mettra a` tailler des lambeaux,
        A rayer de linteaux lherbe vive,
        A niveler mes cols et tous mes ravins -
        A lenvers! Car il faut quun soupc?on
        De maison entre dans le bonheur dau moins
        Quelquun, - de bonheur - dans la maison!
        De bonheur, - dans la maison, damour denue
        De fiction et de tension des veines!
        Cest quil faut e?tre femme et le supporter!
        (Il fut bel et bien, quand tu venais,
        Le bonheur - dans la maison!) Damour tranquille,
        Sans que rupture et couteau simposent.
        Des ruines de notre bonheur une ville
        Se le`vera - depoux et depouses.
        Et au bon air dans cette me?me nature
        - Si tu peux - faute! Tant quil est to?t! -
        Les boutiquiers pourront en villegiature
        Ma?cher et rema?cher leur magot.
        Et dinventer des couloirs courbes ou droits
        Pour que, brin a` brin, la maison - fu?t!
        Car il faut bien quau moins quelquun ait un toit
        Et un nid de cigogne au-dessus.

10

        Jamais la montagne noubliera - le jeu
        Sous le poids de pareils fondements.
        Se perdre - on le peut, - la memoire: on ne peut:
        La montagne a montagnes de temps!
        Et ils comprendront! Que leurs yeux secarquillent
        Devant les crevasses obstinees:
        Non pas monticule plante de familles, -
        Mais crate`re quon a declenche!
        On nimmobilisera pas le Vesuve
        Par des vignes! Avec du lin on
        Ne tiendra pas un geant! La folle etuve
        Des le`vres suffit afin quen lion
        Les vignes changees, se retournent soudain,
        Crachant sur vous des laves de haine.
        Vos filles seront rien moins que des putains
        Et vos fils ecriront des poe`mes!
        Fille, ele`ve un enfant naturel! Dehors,
        Fils! Livre-toi aux femmes du vent!
        Il ne vous sera pas donne, vous - les corps,
        De sejour de plaisir sur mon sang!
        Plus dur que la pierre angulaire - voici
        Le serment dun mourant qui defaille:
        Il ne vous sera pas donne, vous - fourmis,
        De bonheur den-bas sur ma montagne!
        Vienne un temps ignore, - une heure incertaine,
        - Famille au complet - vous conna?trez
        La montagne du commandement septie`me,
        - Montagne enorme, demesuree.

        Postface

        La memoire a des effondrements,
        Les yeux sont recouverts de sept taies...
        Je ne te vois pas - separement.
        Un trou blanc - a` la place des traits.
        Sans indices. Trou, vaste pa?leur
        - Que toi, tout toi! (La?me nest que plaies,
        Pure plaie.) Cest l?uvre des tailleurs
        De marquer les details a` la craie.
        Tout le ciel dun seul tenant setale.
        Locean: des gouttes le remplissent?
        Sans indices. Tout entier - special -
        Lui! Complice est lamour, non police.
        Pelage dalezan, de moreau?
        Que le voisin le dise: il voit bien.
        La passion coupe-t-elle en morceaux?
        Et moi, suis-je horloger, chirurgien?
        Tu es un cercle entier - pleinement.
        Tourbillon - pleinement, bloc entier.
        Je ne te vois pas separement
        De lamour. Signe degalite.
        (Dans les touffes de duvet, la nuit,
        - Collines decume par rafales -
        La nouveaute etrange pour loue,
        Au lieu du je: le nous imperial)
        Mais dans les jours etroits, indigents
        - La vie, telle quelle est - en revanche,
        Je ne te vois pas conjointement
        Avec aucune.
        - Memoire se venge.

        Le poeme de la fin

1

        Le poteau sur un ciel rouille,
        Doigt hautain.
        Lui, poste au lieu designe;
        - Le destin.
        Moins le quart. Ponctuel, non? - La mort
        Nattend pas.
        Exagerement de`s labord:
        Chapeau bas.
        Chaque cil dun defi - charge!
        Bouche: exclue.
        Exagerement degage,
        Le salut.
        - Moins le quart. Exact, non? Syllabes
        Sonnant faux.
        Le c?ur tombe: qua-t-il? Signal
        Du cerveau!
        Ciel des noirs presages: acier
        Et rouilleur.
        Lui, present au lieu familier.
        Soir: six heures.
        Ce baiser: le`vres de boix! Bien
        Insonore!
        Tel quaux souveraines - la main,
        Tel quaux morts...
        Citoyen se precipitant:
        Les reins prennent.
        Exagerement lancinante,
        La sire`ne.
        Hurlante, ainsi quun chien rugit,
        - Bruit rageur.
        (Exageration de la vie
        Quand on meurt).
        Soudain, - ce qui nest qua` mi-corps -
        Jusquaux astres.
        (Exagerement, ou encore:
        Tout plus vaste).
        Mentalement: cher, cher. - Quelle heure?
        - Sept, disons.
        Au cinema, ou bien? - Lueur:
        La maison!

2

        Libre fratrie nomade, -
        Cest la` quon te menait!
        Cest leclair, la tornade,
        Le sabre - son reflet,
        Ce sont les mots en foule
        Que deffroi nous taisons.
        Cest la maison qui croule -
        Ce mot: maison.
        Cri de lenfant perdu:
        Ma maison!
        Le tout-petit - son du?:
        Ma, mes, mon!
        Mon fre`re en aventure,
        Ma fie`vre et ma fusion,
        On se rue hors des murs,
        Et toi - a` la maison!
        Cheval ruant rompt lattache -
        Les cimes! - Corde en charpie.
        - Mais de maison, pas la trace!
        - Si, a` dix me`tres dici:
        La maison sur la montagne.
        - Plus haut, encore? - Au sommet.
        Au bord du toit, la mansarde.
        - Qui ne bru?le pas du fait
        De la seule aube? De`s lors,
        Vivre? - Poe`mes, raillez!
        Maison, cest dire: dehors,
        Dans la nuit.
        (A qui narrer
        Ma peine, oh! a` qui ma perte?
        Lhorreur violacee, qui lout?...)
        -Votre reponse - enfin pre?te? -
        Cest un meditatif: - oui.

3

        Et maintenant - le quai. A leau
        Je me tiens comme a` un corps dur.
        Semiramis, ah! ils sont beaux
        Tes jardins suspendus, pour su?r!
        A leau - rouleau de minerai
        Aux macabres enluminures -
        Je me tiens, comme a` son livret -
        La cantatrice, comme aux murs
        Laveugle... Prise dans tes froids?
        Tu mentends? - Je me penche (chiche?)
        A letancheuse-en-toute-soif
        Je me tiens, comme a` la corniche
        Le somnambule...
        Peur, mais pas
        Due au fleuve - suis nee naade!
        Prendre le fleuve pour le bras
        De laime, quand il accompagne,
        Fide`le...
        Des morts cest loctroi!
        Oui, mais tous ne vont a` laurore...
        La mort a` gauche et co?te droit -
        Toi. Mon flanc droit est comme mort.
        La lumie`re irradie dun coup.
        Rire a` grelots de bricolage.
        Vous et moi, il faudrait que nous...
        (Frisson)... Nous aurons le courage?

4

        La` un brouillard blond transhume,
        Vague dun volant de gaz.
        Surchauffe, surenfume,
        Et surtout - surjacasse:
        Ce que c?a sent? Folle presse,
        Combine et copinerie,
        Cachotteries de commerce
        Ainsi que - poudre de riz.
        Celibataires bagues,
        Jeunes vieillards adules...
        Surmoque, surricane,
        Et surtout - surcalcule!
        En liquide et en espe`ces,
        Et le bec et la farine.
        ... Manigances de commerce
        Ainsi que - poudre de riz.
        (De profil: - c?a la`, cest notre
        Maison? - Pas moi la ma?tresse!)
        Lun tout a` son chequier, lautre
        Au chique dun gant glace.
        Celui-la` tout doux sempresse
        Pre`s dun petit pied verni.
        ... Epousailles de commerce
        Ainsi que - poudre de riz.
        Brisure dargent: lemble`me
        De Malte au carreau, - stellaire!
        Surcaresse, suraime,
        Et surtout - surcompresse!
        Surpince... (Il pue, le reste
        De mangeaille: dis merci!)
        ... Tripotages de commerce
        Ainsi que - poudre de riz.
        Courte, la cha?ne? En revanche
        Pas de lacier, du platine!
        Des troncs ma?chent une tranche
        De veau, tremblant de leur triple
        Menton. Sur un cou co?nesque,
        Le diable - a` te?te doutil.
        ... Catastrophe de commerce
        Ainsi que - poudre de qui?
        Berthold Schwarz...
        Un homme doue -
        Et bienfaiteur de lentourage.
        - Vous et moi, il faudrait que nous
        Parlions. - Nous aurons le courage?

5

        Mouvement des le`vres. Je sais:
        Ne parlera pas le premier.
        - Vous ne maimez pas? - Mais si je....
        - Vous ne maimez pas! - Et mine,
        Et liquide, elimine!
        (Regard daigle sur les parages)
        - C?a - la maison? Vous y pensez?
        - La maison est en moi. - Verbiage!
        Lamour, cest de chair et de sang.
        Rougi de son sang qui setale.
        Lamour, il vous semble que cest -
        Bavarder derrie`re une table?
        Un quart dheure et chacun se rentre?
        Ainsi que ces messieurs et dames?
        Amour, cela veut dire...
        - Temple?
        Petit! Que lon vous plante lame
        Apre`s lame! - Sous l?il braque
        Des viveurs? (Et moi, a` l ecart:
        Amour, cela veut dire: arc
        Tendu: arc, corde: laccord craque.)
        - Amour, cela veut dire - lien.
        Nous, tout est loin: bouches et vies.
        (Pas de mauvais ?il! - tai-je bien
        Demande en cette heure intime,
        Lheure proche au sommet des monts
        Et de la passion. Memoria -
        Fumee! Lamour, cest tous les dons
        Aux flammes - et toujours pour rien!)
        La bouche - fente de coquille
        Pa?lie. Non rictus - inventaire!
        - Et avant toute chose - un lit
        Unique.
        - Ab?me! - avez-vous lair
        De dire. - Tambour de la main.
        - Ce nest pas deplacer les monts!
        Amour, cela veut dire...
        - Mien.
        Je vous ai compris. Conclusion?
        Tambour de la main sans arre?t
        Plus fort. (Lechafaud et la place.)
        - Partons. - Et moi qui esperais:
        Mourons. Cest tellement plus simple!
        Les trucs a` bon marche, suffit!
        Assez de rimes, rails, ho?tels...
        - Amour, cela veut dire: vie.
        - Non, les Anciens le denommaient
        Autrement.
        - Eh bien? -
        Le poing serre
        Un poisson - lambeau de mouchoir.
        - On y va? - Votre itineraire?
        Cartouche, rails, poison - au choix!
        La mort - sans amenagements!
        - La vie! - En general romain,
        Regard daigle a` son regiment
        Defait.
        - Quittons-nous desormais.

6

        - Je ne le voulais pas. Ou alors
        Pas cela. (En silence: ecoute!
        Vouloir, cest le propre des corps,
        De`s lors lun a` lautre - a?mes nous
        Voila`...). Et il ne la pas dit.
        (Oui, a` lheure ou` le train se forme,
        Le triste honneur de la sortie,
        Vous le confiez aux femmes comme
        Une coupe...) - Qui sait? Demence?
        Meprise? (De courtoise allure,
        Menteur confiant a` son amante
        Lhonneur sanglant de la rupture
        Comme des fleurs...) Une syllabe
        Apre`s lautre: eh! bien - quittons-nous,
        Avez-vous dit? (Comme qui la?che
        Un mouchoir a` lheure du doux
        Tumulte...) De ce combat-ci
        Vous e?tes le Cesar. (O gifle!
        Comme un trophee - a` lennemi
        Confier lepee quon a remise
        Soi me?me!). Il continue. (Montee
        Du bruit...) - Je mincline a` nouveau:
        Jamais on ne ma devance
        Dans la rupture. - A toutes vous...?
        Et ne le niez pas! Vengeance
        Dont Lovelace serait fier.
        Geste vous honorant par chance,
        Et marrachant, a` moi, la chair
        De los. - Rire bref: perce la
        Mort. Geste. (Volition: a` bout!
        Vouloir, cest le propre deux-la`,
        De`s lors lun a` lautre - ombres nous
        Voila`...) dernier clou, non, dernie`re
        Vis, car de plomb le cercueil - est.
        - La toute dernie`re prie`re.
        - Jecoute. - Pas un mot jamais
        Sur nous... a` aucun de ceux..., des
        Suivants. (De leur brancard ainsi
        Les blesses au printemps - leves!)
        - Je laurais demande aussi.
        En souvenir si je vous donne
        Un anneau? - Non. - Grand regard vague
        De qui sabsente. (Mets-moi comme
        Un sceau sur ton c?ur, une bague
        A ta main... Thea?tre: pas trop!
        Avalons!) De biais et tout bas:
        - Pluto?t un livre? - Comme aux autres?
        Du tout! Non, nen ecrivez pas,
        De livres...
        Donc pas la peine.
        Donc pas la peine.
        Donc pas de pleurs.
        Dans nos fratries
        Derrants pe?cheurs
        -Nuls pleurs, on rit!
        On boit - nuls pleurs!
        Chaleur du sang
        Quon paie - nuls pleurs!
        Perle quon fond -
        Dans le vin! Monde -
        Ouon fait! Nuls pleurs!
        - Ainsi, cest moi qui pars? Mes yeux
        Le traversent. Arlequin jette
        Un os - la plus ignominieuse
        Des primautes - a` sa Pierrette
        Pour sa fidelite: lhonneur
        De la fin. Geste du rideau.
        Vocable dernier. En plein c?ur
        Un doigt de plomb: meilleur, plus chaud
        Net...
        Dents plantees
        En pleines le`vres.
        Ne pas pleurer!
        Le plus muraille -
        Dans le plus pulpe.
        Mais - pas pleurer!
        Fratrie derrants:
        On meurt - nuls pleurs!
        Bru?leurs - nuls pleurs!
        Cendres et chants
        Cachent le mort
        Chez nous, errants!
        - La premie`re? Le premier coup?
        Les echecs, en somme? Il faut dire
        Que me?me a` lechafaud on nous
        Appelle les premie`res...
        - Vite
        Ne me regardez pas! - Regard -
        (Elles, par cascades deja`!
        Que faire pour quelles regagnent
        Les yeux, le dedans?)... De ne pas
        Regarder!!!
        Voix forte et claire,
        Yeux en arre?t:
        - Partons, mon cher,
        Je vais pleurer!
        Ah! oui! Parmi les tirelires
        Vivantes (commerc?ants - complices)
        Une nuque blonde va luire:
        Colza, houblon, seigle et mas!
        Bafouant tous les commandements
        Du Sina - amazonante
        Toison! - Chevelure-diamant,
        Golconde des apaisements
        (Pour tous!). Dame-nature abonde
        En biens! Avare: pas toujours!
        Chasseurs, de ces tropiques blonds
        Ou` est le chemin du retour?
        Une nudite qui exsude
        Le vulgaire, agrippe - adipeuse.
        Ce ne sont que flots de luxure,
        Fulminante dor et rieuse.
        - Nest-ce pas? - Fro?leur et frise
        Le regard. Chaque cil - la gratte!
        - Et avant tout: pareil fourre!
        Geste tourniquant en torsade.
        O geste arrachant rien qua` lui
        Les habits! Plus simple que boire
        Et manger - rictus! (Dun salut
        Existe, helas, pour toi lespoir!)
        Bon! s?urement ou fre`rement?
        Une allianc?ante - alliance! - Rire,
        Nayant pas enterre vraiment!
        (Et, ayant enterre, - je ris!)

7

        Puis - le quai, le dernier. Plus tard:
        Fin. Separes, prives de main,
        Voisins se tenant a` lecart,
        On va. Du co?te du fleuve - un
        Sanglot. Je le`che sans alarme
        Le sel du mercure en bouillons:
        Le ciel a epargne aux larmes
        La grand-lune de Salomon.
        Poteau. Jusquau sang sy cogner
        Le front! Quil se fracasse! En poudre!
        Co-meurtriers epouvantes,
        On va. (La victime - lAmour.)
        Arre?te! Deux saimant - dormir
        Avec dautres? Separement?
        - Vous comprenez que lavenir
        Est la`-bas? - Moi: renversement!
        - Dormir! - Le couple a` la mairie...
        - Dormir! - Ni me?me pas, ni me?me
        Rythme. - Prenez mon bras, - je prie!
        On nest pas des bagnards en cha?ne...
        Decharge. (Main sur main - en fait!
        Son a?me sur ma main!) Comme arme
        Qui charge, au long des fils en fie`vre
        Fait rage, - sa main sur mon a?me!
        Gage. Irise: tout! Plus iris
        Que les larmes? Collier-rideau
        De pluie. - Quun quai ainsi finisse
        - Jamais vu! - Le pont:
        - Bien? (de dos)
        Ici? Le-vee des yeux
        Calmes. (Pre?t - le convoi.)
        Jusque chez vous, je peux...
        Pour la der-nie`re fois!

8

        Le der-nier pont.
        (Ma main: que moi, je la degage?
        La rende? - Non!)
        Le dernier pont, dernier peage.
        Leau et les cieux.
        Pie`-ces pour la mort - etalees.
        Un sou gracieux
        Du? a` Charon pour le Lethe.
        La pie`ce est dombre,
        Dombre - la main. Pas un bruit quand
        Ces pie`-ces tombent.
        Et donc, dombre est la main qui prend
        La pie`-ce dombre.
        Sans un reflet, sans un echo.
        Pie`-ces - aux tombes!
        Les morts ont assez des pavots.
        Le pont.
        Des-tination
        Des amants sans espoir, haut centre:
        Pont, toi - passion:
        Convention: rien que passage-entre.
        Moi - comme au nid
        Tapie, la co?te - je my serre.
        Ni avant, ni
        Apre`s: Lespace dun eclair!
        Ni jambes, ni
        Bras. Le trefonds des os latteste:
        Seul mon flanc vit,
        Que, contre le voisin, je presse.
        Tout dans le flanc!
        La vie! Lui - la veille et loreille!
        Cest jaune et blanc
        Colles! A lesquimau pareille,
        - Pressee, collee
        A la fourrure. Et vous, Siamois!
        Quoi? Vous - lies?!
        Cette femme-la`, souviens-toi,
        Maman - tu lui
        Disais: dans son triomphe quiet,
        Et toute oubli,
        Elle te portait, mais - moins pre`s!
        - Communs! Conjoints!
        Vois nos jours! Tu mas bercee contre
        Ton c?ur! Plonger?
        Non! La?cher ta main - Quon ny compte
        Pas! Et blottie,
        Blottie... Inarrachablement.
        Pont: non - mari:
        Amant! - Pur passage-devant.
        Tu nous fais vivre,
        Pont! Nos corps: pa?ture du fleuve!
        Givre a` la vitre,
        Hu?tre: mextirpent - ceux qui peuvent!
        Hu?tre! A la vitre,
        Givre! Ni divin, ni humain!
        Me je-ter vive,
        Comme une chose, moi, dont rien
        Du monde faux
        Des choses, na eu le respect!
        Je re?ve: il faut!
        Cest nuit! Dis quau matin, apre`s:
        Lex-press et Rome!
        Grenade? Saurais-je ou` je vais,
        Dans le desordre
        Des Himalayas de duvets?
        Bre`-che, trou sans
        Neige: mon dernier sang la chauffe.
        Entends mon flanc!
        Les vers - cest tellement plus gauche...
        Dis, re-chauffe?
        A qui te loueras-tu demain?
        Raison: fauchee!
        Dis que le pont na pas de fin
        Et nen au-ra pas...
        - Fin
        - Ici? - Geste incolore,
        Denfant. - Bien? - Je le bois.
        - Un petit peu en-core:
        Pour la dernie`re fois!

9

        Au long dusines resonnantes,
        Vibrant a` lappel des voix...
        Sous la langue le secret hante
        Femmes et veuves, - a` toi voi -
        - la` je dis le secret de le?tre
        QuEve a` lArbre a cele, vivante:
        Je ne suis pas plus quune be?te
        Que quelquun a blessee au ventre.
        C?a bru?le... La?me quon arrache
        Avec la peau! Au trou! Fumee!
        Partie, lheresie-grand-panache,
        Lineptie, - a?me denommee!
        Chretienne, terne infirmite!
        Fumee! De compresses - couvrir!
        Elle na jamais existe!
        Etait - le corps, il voulait vivre,
        Ne veut plus.
        Pardonne-moi! Je ne voulais
        Pas! Clameur des fonds eventres!
        Condamnes attendant quon les
        Fusille, - devant lechiquier
        Au petit jour... Le judas comme
        Pris dun rictus narquois - pour nous!
        Car cest bien des pions que nous sommes!
        Et quelquun la` - mais qui? - nous joue.
        Brigands? Ou dieux au bon vouloir?
        Tout englobant par le judas -
        L?il. Cliquetis dans le couloir
        Du deuil. Planche levee - deja`!
        Puis, la bouffee de cigarette.
        (Crachat.) - On a vecu un coup!
        (Crachat.) Chemin droit qui sarre?te
        Sur les trottoirs du jeu - au bout:
        Fosse! Saigner! Par la lucarne:
        Cest l?il de la lune qui point...
        Et sur le co?te je regarde,
        Penchee - que tu es deja` loin!

10

        - Notre cafe! - Frisson
        Unique - a` lunisson!
        Notre e`glise! O ?lot!
        Couple dun jour, tre`s to?t,
        Vagabonds sans adresse,
        On celebrait la messe.
        Le bazar, la lavasse,
        Autre rive et printemps...
        Un cafe degueulasse, -
        Cetait du foin vraiment!
        (Cest lardeur des chevaux
        Quavec le foin on mate!)
        DArabie - il sen faut! -
        DArcadie, laromate
        Dudit cafe...
        Mais comme la patronne,
        Nous ayant attables,
        Souriait, habile et bonne, -
        Et les egards demblee
        Des amantes blanchies:
        Vivez! On fane, un jour!
        Sans-le-sou, - nos folies,
        Ba?illements, - a` lamour
        Souriant, - a` la jeunesse!
        A nos rires - pour rire,
        A lironie - sans cesse,
        Aux visages - sans rides, -
        Surtout - a` la jeunesse!
        Aux passions - pas dici!
        Venant dou`? - qui se presse,
        Venant dou`? - qui jaillit
        Dans le cafe blafard:
        - Les burnous et Tunis! -
        Aux muscles, aux espoirs
        Sous nos chasubles tristes...
        (Lami, quon ne me plaigne
        Pas: tant de cicatrices!)
        Et nous raccompagnant,
        Avec son bonnet lisse
        Et le linge hollandais...
        A mi-souvenir, mi-comprendre,
        Comme de la fe?te enleves...
        - Notre rue! - Dautres vont la prendre...
        - Que de fois nous!... - Loin, ses paves...
        - Demain de lOuest le soleil part!
        - David avec Dieu rompt les liens!
        - Et nous, au juste? - On se separe.
        - Il ne me dit strictement rien
        Ce mot superabsurdissime:
        Se-pa-ra-tion. - Une sur cent?
        Un mot compose de dix signes:
        Rien que le vide sous-jacent.
        Attends! La Tchequie nous egare!
        En serbe ou croate - on le dit?
        Se-pa-ra-tion. On se separe...
        Surabsurdissime a?nerie!
        Oreilles: dechirement brusque
        A ce son - et langoisse plus loin...
        Separation - ce nest pas russe!
        Pas feminin! Pas masculin!
        Pas divin! Quoi! Nous - des brebis
        Ba?illant quon disperse au repas?
        Separation - en quel sabir?
        De sens, c?a nen a me?me pas,
        Ni de son! Bruit creux dune scie,
        Par exemple, pour un dormeur.
        Separation - ce sont des cris
        De rossignols, martins-pe?cheurs
        Chez Khlebnikov...
        Est-ce possible?
        Reservoir vide - voila` lair!
        La main contre lautre - est audible.
        Se separer - cest le tonnerre
        Sur la te?te... Dans la cabine
        Locean! Le cap - le dernier
        DOceanie! Rues - trop a` pic:
        Se separer, mais cest au pied
        De la montagne... Pied pesant:
        Deux soupirs... Paume - sans retard,
        Et clou! Argument renversant:
        Se separer - cest e?tre a` part,
        Or nous sommes soudes...

11

        Perdre tout en un tour -
        Net! Plus rien!
        Banlieue, faubourg: des jours
        Cest la fin.
        Finis - silex, delices,
        Nous, jours et edifices.
        Villas vacantes! ( - Me`re a?gee):
        Me?me respect pour celles-la`!
        Car cest une action que - vaquer!
        Le creux ne vaque pas.
        (Villas vacantes a` moitie,
        Mieux vaudrait vous bru?ler!)
        Pas trembler, la blessure
        Incisee.
        Banlieue, banlieue: coutures
        Dechirees.
        Car lamour - (sans enflure
        Superflue) - est couture.
        Ni mur, ni pansement, - couture!
        - Pas darmure pour toi!
        Couture: le mort cousu dur
        En terre, et moi - a` toi!
        (Le temps dira de quelle trempe:
        Precaire ou resistante!)
        En tout cas, lami, - dechirure!
        Mille eclats et debris!
        Fracas! Encore heureux ( - cassure!)
        Quelle nait pas pourri!
        Pas dinfection! Rouge - la vie
        Veinee sous le ba?ti!
        Oh! ne perd pas qui rompt
        En force!
        Banlieue, faubourg: des fronts
        Le divorce.
        Cerveaux - au vent! (Dans les
        Peripheries - gibets).
        Oh! ne perd pas qui rompt et part,
        A lheure ou` laube point!
        Une vie cousue pour toi, tard,
        Sans ba?ti, par mes soins.
        Tordue? Pas de griefs! Faubourg:
        Rupture des coutures.
        Ames sans appre?t: plaies
        Partout!...
        Banlieue, faubourg... Ample est
        Le courroux
        Du faubourg. Entends le destin,
        Sa botte dans les flaques
        De boue!... Ami, juge ma main
        Qui coud en toute ha?te:
        Le fil - va le defaire!
        Le der-nier reverbe`re!
        Ici? La magie gagne -
        Regard. (Races qui croient:
        Regard). - Sur la montagne?
        Pour la der-nie`re fois!

12

        - Collines. Crinie`re
        Drue: pluie dans les yeux.
        Le faubourg - derrie`re,
        On est en banlieue,
        On est. Mais quen faire?
        Mara?tre-viree,
        Plus de lieu sur terre.
        Nous, ici: crever.
        Un champ. Haie autour.
        Fre`re et s?ur - nous deux!
        La vie est faubourg. -
        Construis en banlieue!
        La cause est, messieurs,
        Perdue! - Inutile...
        Des faubourgs - rien queux!
        Mais ou` sont les villes?!
        La pluie rage et broie.
        Debout, nous - deux e?tres:
        Rageons. En trois mois
        Premier te?te a` te?te.
        Emprunter - cest a`
        Job que voulait Dieu?
        Mais sans resultat...
        On est en banlieue!
        A lexterieur! Hors! Hors de la ville!
        Remparts franchis! Tu comprends?
        Vivre est un lieu ou` cest impossible:
        Le quar-tier juif, du dedans...
        Et ne v-t-on pas le front plus haut,
        En devenant juif errant?
        Aux yeux de qui nest pas un salaud,
        Le po-grome juif etant
        La vie. Ne vit que gra?ce aux nombreux
        Renegats! Gra?ce aux Judas!
        Pluto?t sur les ?les de lepreux,
        En enfer! - mais pas dans la
        Vie, - que pour les renegats, que pour
        Le bourreau: a` lui - la brebis!
        Le droit a` ma carte de sejour
        Je le pietine! Jen ris!
        Pietine! Bouclier de David -
        Venge! Viser dans la glu
        Des corps! Nest-il pas enivrant: vivre -
        Le Juif ne la pas voulu?!
        Ghetto des elites! Au trou! Tiens!
        Pas de pitie! Que des gifles!
        En ce monde-ci hyperchretien
        Les poe`tes sont des Juifs!

13

        Aiguiser les couteaux sur
        Le roc, ou bien balayer
        La sciure! De la fourrure
        Sous les mains - mouillee!
        Eh bien!, les s?urs, quoi?!
        - Force et secheresse
        Dhomme! Sous les doigts -
        Larmes, non averse!
        De quels charmes maintenant
        Parler? Sur tes biens - leau tro?ne!
        Apre`s tes yeux de diamant,
        Me ruisselant sous les paumes,
        Fin de la fin. Cesse
        Pour moi - le naufrage.
        Caresses, caresses
        Le long du visage.
        Cest notre orgueil a` nous deux -
        Polonaises, a` nous autres -
        Marina. Apre`s tes yeux
        Daigle pleurant sous mes paumes...
        Mon ami, tu pleures!
        Pardon! Tout est mien!
        O sel et rondeurs
        Au creux de la main!
        Larmes dhomme sont brutales.
        Sur le cra?ne - la massue!
        Pleure! Et repare plus tard
        La honte avec moi perdue.
        U-ne mer relie -
        Les poissons! Se le`ve:
        ... Coquille sans vie,
        Le`vres contre le`vres.
        En larmes.
        De loseille -
        Au gou?t.
        - Demain
        Au reveil,
        Moi - ou`?

14

        Le sentier a` moutons -
        Descend. Ville en vacarme.
        Vers nous, trois filles vont.
        Elles rient. Face aux larmes
        Elles rient, - plein midi
        Terrestre, hautes cre?tes
        Marines!
        - Elles rient
        De tes larmes abjectes,
        Indues, dhomme!, visibles
        Dans la pluie: plaies striees!
        Perle honteuse quexhibe
        Le bronze du guerrier.
        De tes larmes, - oh! verse! -
        Premie`res et dernie`res.
        Tes larmes, ces perles
        Que ma couronne acquiert.
        Mes yeux leves - expr`s!
        Ils traversent laverse,
        Fixes. Fixez plus pre`s,
        Poupees de Venus! Reste
        Ce lien-ci plus etroit
        Que lattrait et letreinte.
        Le Chant des Chants nous doit
        La parole - on lemprunte,
        - Obscurs oiseaux: contraint,
        Salomon semerveille,
        Puisque pleur en commun
        Est bien plus que sommeil!
        Lui - ploye, egal - passe
        Les creux dombre en arceaux,
        En silence, sans trace -
        Comme sombre un vaisseau.

        Envoye de la mer

        Par le vent nord-sud,
        Je sais: pas possible!
        Possible - jen use!
        En engin mobile,
        - Tourniquet dair: lutte
        Chassant les copeaux -
        Re?ve: trois minutes
        De duree. Presto!
        Quimporte a` quel cou
        Tu dors. Trois minutes.
        LOcean - Moscou:
        Trop long - inutile!
        Fulgurant trajet
        Reserve: sans frein!
        De mon re?ve jai
        Saute dans le tien.
        Tu re?ves de moi.
        Clair? Flagrant? Plus net
        Que sous la paroi
        Dun timbre? Une lettre -
        Je vaux? Un cachet -
        Je vaux? A ton gre?
        Je le jure: cest
        Moi, pas du papier!
        Des m?urs de cesure
        Libre. Du bord: saut!
        Exempt de censure,
        Exempte de sceau.
        Tous bernes, pantois,
        - Cursive du re?ve -
        De la mer a` toi -
        Missive si bre`ve!
        Si bre`ve depe?che.
        Mon poids? Cest a` rire!
        Quel quil soit - nempe?che
        Rien: avec ma lyre
        Entie`re, le loin,
        Les Cenci, leurs drames.
        Un re?ve, cest moins
        Quun pli de dix grammes.
        Six: pour chacun - trois
        (Le re?ve est mutuel)
        Tu regardes, - vois!
        Pas imperosonnel -
        Le nez, forme dun te -
        Le front, ancien signe
        - Rien a` ajouter -
        Des le`vres qui signent.
        Cest moi - sans la glose,
        Cest moi - sans rature.
        Poignee - o? de roses
        Des Alpes!, masure
        A la mer, pourtant
        Vagues - bien gentilles.
        Tiens - de lOcean:
        Poignee de coquilles.
        Prends-les peu a` peu a` leur place en rond.
        La mer jouait. Jouer - cest e?tre bon.
        La mer jouait, et moi je les prenais,
        La mer perdait, et moi je ls posais
        Dans lantre, dans ma joue - a?pre, salin!
        Bonne bo?te - la bouche, si les mains
        Sont prises. Vive toi, lame! Renais!
        La Muse perdait, la vague prenait.
        Coraux de crabes - comprendre: coquilles.
        La mer jouait, jouer - be?tes broutilles!
        Penser - me`che dargent! -
        Intelligent! Jouons!
        Aux coquillages. Air: Petit navire.
        Lun - en forme de c?ur, lautre de lyre,
        Trois tas: la cle de sol
        De lenfance - en survol.
        Lai ramassee pre`s des poissons quon rentre.
        C?a - rogaton dangoisse devorante:
        Caillou, - toi, c?a tarrange -
        Mieux que vague je ronge,
        Enragee sur la dune desertee.
        C?a? Rognures damour qui a ete:
        Le restaurer - pas su?re:
        Peu profonde morsure.
        Lui la`, sur la liste il nest pas inscrit.
        C?a - rongement: non damour - grignotis
        Du remords. Camelote -
        Pleurer! Je le grignote
        Lui, - pas le moins du monde grignotable.
        C?a - mais cest nos restes de coquillages
        Pour demain. Vois! Oh non!
        Dommage. Partageons.
        Pas ceux qui plairont, ce qui sortira.
        (Ton fils, pour jouer on ne pourrait pas
        Le prendre - on serait trois?)
        Le premier coup - cest moi.
        Oui, mais le sable entre les doigts - fluide!
        Attends: dune strophe ce sont les bribes:
        La gloire est souterraine
        Bon. Comple`te, toi-me?me.
        Oui, mais le sable entre les doigts - coulant!
        Attends: ce sont les frusques du serpent:
        Jalousie! Tout pare,
        Le muant, - de fierte,
        De son plein droit, regardez-le qui rampe!
        Finir un crabe vide - on nest pas membre
        De Na Postu. Nul crabe:
        Mais gloire qui derape.
        Caprice modique:
        Caillou - Pierre Ponce.
        Creux comme un critique.
        Comme un censeur - fronce
        Son front au nouveau.
        - Les censeurs: quils dorment!
        De nos vers, sil faut -
        Cest laube la norme.
        (Laube a beau regard:
        Leau de Castalia
        Pour amie. Segare
        La plume: aleas!
        Mon lapin, des vers?
        Il y en a plein!
        On passe au travers
        Sans quun ?il malin)
        Meule, toi, meule, toi, ronde marine!
        Mammouth, papillon - la mer tout mouline.
        Pas de notre mouture -
        Parler delle: sciure!
        Voila`, jache`ve de dire et - silence.
        Mer, belle meunie`re! Bas-fond: lieu dense
        Ou` nous, choses menues:
        Balayes! Tout moulus!
        Professeur, moulin a` paroles, cesse!
        Bas-fonds - que nos continents! Na?tre: quest-ce?
        (But: multiplication)
        - Echouer sur un bas-fond.
        Propice: de naphte, tourbe muni!
        Immortalite ensablee - la vie.
        Fiers, mais hors de propos!
        La vie? - Penurie deau
        Supraoceane.
        Pardon davance:
        De ces objets toc que je te balance.
        - Fonds marins jamais vus,
        Balances par le flux.
        Il ne fait que laisser: prend - qui le veut!
        Que le reflux apporte - cest curieux,
        Que dans la paume il porte.
        Tu reconnais les notes?
        Il nous en reste deux ou trois chacun,
        Quand le dieu qui les apporta - retient,
        Reflue Le luth orphique
        Plage - page a` musique!
        - Un instant de ramassage divers!
        Je te balance un tas de balivernes:
        Tant de mots qui moulinent
        De letoffe marine!
        Comme a la pe?cheuse quand elle vend.
        Enfin je tai reserve un present.
        Fais-en ceci: rends proches
        La mer et Moscou, proches -
        La Sovietorussie et lOcean.
        Au republicain - de sa main de chouan,
        Lui, lOcean-Le-Vaste
        Donne. Accroche a` ton casque!
        Et va dire aux paysans que plus belle
        Que la rouge sur leur casque - cest elle,
        - Non des classes la guerre -
        Mais: letoile des mers!
        Aux artisans et aux etrangers me?me:
        - La sixie`me branche de Bethleem
        Coupee -, quils sont voues
        A letoile salee:
        A celle des preux de lepopee russe.
        (Je metends, mais autant que la mer use
        De ses grands fonds caches)
        Dis aux autorites
        - Leurs noms et titres: cest pas mon souci -
        Que sur la poupe du vaisseau Russie:
        (Quon prevoie quil echoue)
        - Cette chose a` cinq bouts!
        Rochers nus, co?tes delephants, rognons
        Mer fatiguee, la fatigue rend bon.
        Eternite, prends-nous!
        Dormons! Rame un bon coup!
        Serres, mais lointains,
        Feu, mais pas chandelle.
        Non sommeil commun,
        Mais re?ve mutuel:
        En Dieu, lun en lautre.
        Nez - croyais-tu? - Cap!
        Sourcils? Non! Sont no?tres:
        Sorties sous les arcs
        Du Visible.

        Tentative de chambre

        Murs de la routine - comptes
        Avant moi. Trou? Hasard? - Trois murs
        Dans mon souvenir - attestes!
        Du quatrie`me - pas tre`s su?re.
        De dos au mur: cetait le cas?
        Peut-e?tre, mais peut bien ne pas
        Etre. Netait pas. Le vent. Dos -
        Mais pas de mur derrie`re, nest-ce
        Pas? Tout ce quon veut pas. De Dno:
        Le tsar abdique . Voie express:
        Pas que la poste! Urgent parcours
        Des fils, - de partout, de toujours.
        On a fait du piano? En bloc -
        Lair. Vent. Voile gonflee. Doigts en
        Coton. La sonatine flotte.
        (Noublie pas que tu as neuf ans).
        De ce mur jamais vu plus to?t -
        Je sais le nom: le mur du dos
        Au piano. Ou - au bureau, ou
        Encore derrie`re une trousse
        A raser (il a pour atout
        - Ce mur-la` -: quen couloir il pousse
        Dans la glace. De place - avise!
        Chaise portative du vide).
        Chaise a` ceux - quentrer: interdit
        Par la porte! Aux semelles - seuil
        Sensible! Toi, tu as grandi
        De ce mur (passe: bref recueil).
        Un chapitre entre nous sentasse.
        Tu grandiras comme Danzas
        En arrie`re.
        Celle qui decre`te,
        Tel Danzas, lelu, lourd des pie`ces,
        (Je sais son nom: le mur des cre?tes!)
        Entre - non du pas de Dante`s.
        La nuque. - Pour la catastrophe,
        Pre?t? Tout comme toi dans dix strophes,
        Stop.
        L?il vise larrie`re-front.
        Mais, laissant le tir postdorsal,
        A levidence le plafond
        Etait. Comme au salon: normal!
        Peut-e?tre penchait-il, au fond?
        (Armes visant larrie`re-front -
        Qui fond.)
        Et le cerveau deja` -
        Pressionne. Le dos se lezarde.
        Voila` les murs de la Tcheka,
        Des aubades et fusillades
        Limpides: plus net que lecho
        Des gestes - de dos dans le dos!
        La fusillade me confond.
        Mais, laissant le tir postmural,
        A levidence le plafond
        Tenait (utile en quoi, plus tard,
        - Lui?!) Revenons au quatrie`me
        Mur: ou` reculant, le couard, ble?me -
        Recule.
        Bon, et un plancher -
        Y avait? Quelque chose ou` asseoir
        Mais oui!. - Pas pour tous. - Chevauchee
        Darbres, de ca?bles, balanc?oires,
        Sabbats La`-haut!
        Tous nous devons
        Souder notre pesant talon
        Au vide.
        Plancher - pour les pieds.
        Quel implante, incruste - lhomme!
        Plafond: les gouttes epargnees.
        Une par heure, tu sais comme
        Lancien supplice? Plancher: quherbe
        Ni terre en la maison pene`trent -
        Ni ces e?tres non empe?ches
        Par les pieux dans la nuit de mai!
        Trois murs, un plafond, un plancher.
        Cest tout, non? De`s lors: apparais!
        Signe du volet, de la vitre?
        Chambre etablie a` la va-vite,
        Juste ebauchee sur un brouillon:
        Sur fond gris - blancha?tre crayon.
        Ni couvreur, ni poseur de pla?tre -
        Le re?ve. Au long de voies sans ca?bles -
        Vigile. Dessous les paupie`res -
        Gouffre ou` un et une se lie`rent.
        Nul tapis, nul meuble en reserve -
        Le re?ve, plus nu que la gre`ve
        Baltique. Plancher aux tons fades.
        Chambre? - Simples surfaces planes.
        Debarcade`re: plus riant!
        C?a tient de la geometrie,
        - Lab?me en tome cartonne,
        Tard compris, mais non cantonne.
        Et le char dApollon, son frein -
        Cest la table? Car elle a faim
        De coude! Coudes a` loblique,
        Tu obtiens la table tablique.
        Cigogne, et lenfant na?t - voila`:
        Si besoin est - appara?tra
        La chose. La chaise surgit
        Avec lho?te - point de soucis!
        Tout surgira,
        Ni plans, ni veilles -
        Vois-tu? Te dire
        Sous quelle enseigne?
        LEtre mutuel.
        En fore?t - trou
        Perdu. LHo?tel
        Du Rendez-vous
        Des Ames.
        Maison de rencontre. Autres -
        Celles des separes,
        Me?me au Sud! Des mains dho?te?
        Non, cest du plus feutre
        Que les mains, plus fin, - pur
        Que les mains. Bric-a`-brac
        Retape - confort su?r!
        Lennui-monstre la`-bas!
        Ici: saintes-nitouches
        Que nous! En fait de mains:
        Courriers, pensees, retouches,
        - De mains: ultimes fins
        Sans fievreux ou` es-tu?
        Jattends. Propriete
        Des serveurs: gestes tus
        Au palais de Psyche.
        Le vent seul est cher au poe`te.
        Jurer des couloirs: je suis pre?te.
        La marche: base des armees.
        Longtemps marcher, afin quapre`s
        Dun jet dans la chambre - et lair
        Du Dieu-Lyre
        Chemin du vers!
        Le vent, le vent leve: lavance
        De nos pas, le front sous sa lance!
        Et caetera trouve sa place -
        Couloirs: le chez-soi de lespace.
        Du freux le profil dheretique -
        Espace a` vitesse archaque
        Denfant marchant dans ses effets
        De pluie - charmants sons: fusain (lf)! -
        Fer a` friser - faisan: il fait
        Sa tra?ne a` la tour dite Eiffel.
        Le fleuve a` lenfant est caillou,
        Lespace - quartier, place, trou.
        Memoire ou` la guitare donne:
        Espace: bagage a` main, bonne
        (Espace - la mode) - lidiot:
        On sait bien ce que les chariots
        Conduit au plumier de tanto?t.
        Couloirs: des maisons - les canaux.
        Noces, destins, dece`s, saisons, -
        Couloirs: affluents des maisons.
        Le couloir de`s laube sanime
        - Pas que des balais: danonymes
        Billets. Herbe et cumin empestent.
        Genre de ta?che: cou-loiresque.
        Exigeant quon deblaie le sol
        Des couloirs de la Carmagnole!
        Qui ba?tit les couloirs,
        (Creusa), - sut ou` courber,
        - Que le sang puisse avoir
        Le temps de contourner
        Langle du c?ur - laigu,
        Cet angle: aimant des foudres!
        Que l?le du c?ur nue
        Soit lavee tout autour.
        Ce couloir-ci, cest moi
        Qui lai cree. - Ainsi! -
        - Le cerveau puisse avoir
        Le temps de faire signe
        Sur la ligne: Personne
        Ne monte - au n?ud crucial
        Du c?ur Sauter, en somme -
        Vas-y! Sinon detale
        Des rails! Cest mon couloir:
        Non poe`te: demblee
        - Le cerveau puisse avoir
        Le temps de distribuer
        Les places: cest un lieu
        Que se voir, - plan, decompte
        De mots - pas tous heureux,
        De gestes, - purs mecomptes.
        Soit tout lamour en ordre,
        Toute a` toi che`re au fond,
        - Jusquau pli de la robe
        Ou des le`vres? - Du front!
        Savaient rajuster leur robe: elles!
        Couloirs: des maisons - les tunnels.
        Vieillard que lon me`ne a` ta?tons.
        Couloirs: defiles des maisons.
        Ami, vois! En lettre ou en re?ve,
        Cest moi sur toi leclair qui cre`ve!
        Tu tendors; paupie`re: descends!
        Cest moi sur toi, - pressentiment
        De lumie`re. Quand poindra lheure
        Extre?me: cest moi l?il-lueur.
        Et apre`s?
        Re?ve: ligne
        Juste. Acce`s,
        Puis sinclinent
        Front et front.
        Le tien touche
        Presque. Affront -
        Rime: bouche.
        Du fait que les murs se defont? -
        A levidence le plafond
        Flanchait. Vocatif: seul archet!
        A levidence le plancher
        La bre`che! Et le Nil vert au fond!
        A levidence le plafond
        Nageait. Le plancher, quest-ce hormis
        Quil croule! Des lames salies:
        Rions! Mal balaye? - Au ciel!
        Le poe`te entier tient en selle
        Sur le tiret
        Au dessus du rien de deux corps
        Le plafond devidence alors
        Chantait
        a` lunisson des anges.

        Lettre de nouvel an

        Bon Nouvel An, bord nouveau - monde - abri!
        Ma premie`re lettre, je te lecris
        Au lieu nouveau - quen vain on dit dore -
        (Gorets - dores!), lieu de bruit, lieu clame,
        Vibrant, vide comme la tour dEole.
        Premie`re lettre a` toi de notre sol
        Natal dhier ou` sans toi je languis,
        Et de`s lors cest dune etoile parmi
        Dautres Loi du repli et du recul
        Selon quoi lunique devient quelquune,
        Dexistante inoue - inexistee.
        Comment je lai apprise: raconter?
        Ni deluge, ni tremblement terrestre.
        Entre un homme, - quelconque (Quelquun cest -
        Toi). - Un evenement des plus fa?cheux.
        - Dans le Contemporain et les Depe?ches.
        - Pour nous: un article? - Ou`? - A la montagne.
        (Les sapins; fene?tre. Drap.) - Lisez pas
        La presse? Eh bien: larticle? - Non. - Pourtant
        - De gra?ce, non! Haut: trop difficile. En
        Moi: pas marchand de Christs. - Dans un sana.
        (Paradis de louage). - Jour? - Hier,
        Mardi, - jsais plus. - Viendrez a` lAlcazar?
        - Non: famille. En moi: tout, mais pas Judas.
        Bon An a` venir! (Tu naissais demain!) -
        Raconter ce que jai fait quand on vint
        Mapprendre? Chut Mot la?che. Lhabitude!
        La vie, la mort - depuis longtemps jen use
        Entre guillemets, comme de n?uds vides.
        Je nai rien fait, mais il sest fait tre`s vite
        Quelque chose, - sans ombre, sans echo,
        Mais - faisant!
        Dis: ton voyage la`-haut?
        Comment rompit et ne sest pas rompu
        - Comment - le c?ur? Et comment, sur les purs -
        Sang dOrel, depassant, dit-it, les aigles,
        Se coupait le souffle: comme leclair?
        Ou plus doux? A qui volait sur de vrais
        Aigles russes: ni hauteurs, ni vallees.
        De sang - notre lien a` ce monde-la`:
        En Russie tu fus: ce monde-ci a
        Mu?ri celui-la`. Un bond ajuste!
        La vie, la mort sont par moi prononcees
        En ricanant - cest quon touche a` la sienne!
        La vie, la mort - je les prononce a` peine,
        Avec un asterisque (nuit enviable:
        Au lieu de lhemisphe`re cerebral -
        Les etoiles!)
        Faudrait pas oublier,
        Mon ami, ceci: que si lalphabet
        Russe a pris le relais de lallemand
        Ce nest pas pour la raison qua` present
        Tout conviendrait, que le mort (mendiant) tout
        Mangerait sans broncher!, - mais que ce monde-
        La`, le no?tre, - a` treize ans je lai compris
        Au cimetie`re Novodievitchi:
        Non, nest pas non-parlant, mais tout-parlant.
        Et je le demande non sans tristesse:
        Que ne demandes-tu comme on dit Nest
        En russe? Une seule rime zviozdy
        (Etoiles) couvrant tous les (nids) gniozda.
        Je mecarte? Mais rien de tel, je crois,
        Ne se trouverait - secarter de toi.
        Tout, nimporte quel propos, Du Lieber,
        Me`ne a` toi le mot, si me?me on oublie
        Le motif (plus que le russe mest cher
        Lallemand, entre toutes je prefe`re
        Celle des anges. Soit!) - de me?me la`
        Ou` tu nes pas - point de lieu, si - un: la
        Tombe. Rien ne fut ainsi, - tout le fut,
        - Est-il possible que de moi nulplus? -
        C?a va, Rainer, alentour cest comment?
        Instamment et obligatoirement -
        La premie`re vision de lunivers
        (:Du poe`te parmi lui), - la dernie`re
        De la plane`te, a` toi seul donnee, - toute!
        Non du poe`te avec la poussie`re, ou
        De lesprit avec le corps (isoler -
        Cest desoler, insulter les moities) -
        Mais de toi avec toi, de toi a` toi,
        - Tenir de Zeus: est-ce de bon aloi? -
        De Castor - toi a` toi - avec Pollux,
        Du marbre - toi a` toi - avec la mousse,
        Ni separation, ni rencontre, mais -
        Confrontation: et rencontre premie`re
        Et separation.
        Ta propre main (traces
        Dencre) - comme ton regard sy attache
        Du haut de tant de milles (des milliers?)
        - Hauteur infinite puisquincommencee
        Au-dessus de ce cristal qui recouvre
        Mediterranee et autres soucoupes.
        Rien ne fut ainsi, - tout prendra quel tour?
        Et avec moi tout au bout du faubourg.
        Rien ne fut ainsi, tout deja` sencha?ne
        - Quest-ce - a` qui sest biffe une semaine
        Trop to?t! - Ou` regarder (quon sinterroge),
        Accoude sur le rebord de la loge,
        Dici-bas - sinon vers ce monde-la`,
        De la` - vers le si-souffrant ici-bas.
        Jhabite a` Bellevue. Ville de feuilles
        Et de nids. Avec le guide - un coup d?il:
        Bellevue. Prison avec vue select
        Sur Paris - palais de chime`res celtes -
        Sur Paris - et un peu plus loin que lui
        Accoude sur le rebord cramoisi
        Combien a` toi c?a doit sembler
        Ridicule du haut demesure
        Qui est tien, et combien donc doivent le?tre
        Pour moi nos Bellevue et Belvede`re!
        Bon. Passons! Vu loccurrence. Lurgence.
        Le Nouvel An au seuil. A quoi - et quels gens -
        Avec qui trinquer? Avec quoi? Au lieu
        Decume - du cotton. Moi au milieu
        Des douze coups: pourquoi? Que dois-je faire
        Portant cette rime: Rainer - en terre,
        En plein bruit de Nouvel An? Et si toi,
        Si pareil ?il sest eteint - cest que la
        Vie nest pas la vie, la mort - pas la mort.
        Cest que tout se brouille: tout au bout, lors
        De notre rencontre - je comprendrai.
        Il ny a ni la vie, ni la mort - mais
        Un troisie`me etat, nouveau. Cest a` lui -
        (Vingt-six seloignant, la paille du lit
        De lan vingt-sept placee, - felicite
        Par toi de finir et de commencer!)
        - Que je trinquerai avec toi a` table,
        (Pour le regard cette table incernable)
        Mon verre dun choc muet choquerai
        Contre ton verre. Pas comme au troquet,
        Pas comme eux: moi contre toi fusionnant
        Dans le don de cette rime disant:
        Troisie`me.
        Au bout de la table jobserve
        Ta croix. Que de lieux en banlieue, - de verstes!
        Et le buisson, a` qui fait-il donc signe
        Sinon a` nous? De lieux - non dautrui: si
        No?tres! Tout le feuillage! Tout le bois!
        Tes lieux avec moi (les tiens avec toi).
        (Quun meeting puisse e?tre un lieu pour nous deux -
        Le dire?) Autant quils sont: tous no?tres! Eux,
        Les mois: no?tres! Les semaines: tout comme!
        Et les faubourgs sous la pluie sans personne!
        Et les matins donc! Et tout ce domaine
        Inentrepris par les rossignols me?me!
        Cest vrai que je vois mal - dans un caveau,
        Cest vrai que tu vois mieux - puisque den haut.
        Entre nous rien na ete accompli.
        Cest a` ce point simple et net: pas un pli -
        Rien, cest a` ce point a` notre portee
        Quil est inutile denumerer.
        Rien, sinon - ne tattends pas a` du hors
        Ligne (qui sort de la mesure a tort!)
        - Etre dedans la ligne, mais laquelle,
        Comment entrer?
        Refrain sempiternel:
        Rien, de quelque chose - rien, nul temoin,
        Serait-ce me?me de loin - lombre au moins
        De lombre! Rien, ni cette heure-la`, ni
        Ce jour-la`, cette maison-la`: deni!
        Le condamne dans son carcan, lui la
        - Don du souvenir -: cette bouche-la`.
        Les moyens nous etaient trop peu confus?
        De tout ce-la`, seul ce monde-la` fut
        No?tre, et nous-me?mes ne sommes que lombre
        De nous, - tout notre ici: tout lautre monde!
        Bon confin nouveau - des moins ba?tissables!
        Bon nouveau lieu, Rainer, - monde, Rainer!
        Bon cap a` lextre?me du demontrable -
        Nouvel ?il, Rainer, - oreille, Rainer!
        Tout: lami, la passion
        Etaient pour toi accroc.
        Echo, bon nouveau son!
        Son, bon nouvel echo!
        Combien de fois sur le banc de lecole:
        Quels sont ces fleuves, lacs, montagnes, cols?
        Cest bien - les paysages sans touristes?
        Javais raison, Rainer, cest donc un site
        Montagneux, orageux - le paradis?
        Pas celui que les veuves revendiquent -
        Car il ny en a pas quun, car un autre
        Est au-dessus? Ses terrasses sont hautes?
        Le paradis - jugeant par les Tatras -
        Ne saurait e?tre quun amphithea?tre.
        (Et au-dessus de lun - le rideau bas
        Baisse) Rainer, Dieu est un baobab
        Grandissant - javais raison? Non pas Louis-
        Soleil-dOr, car tro?ne au-dessus de lui
        Un autre Dieu? Il ny a pas que lui?
        Au lieu nouveau, comment c?a va - ecrire?
        Dailleurs, est - toi, est le vers: le vers tire
        De toi son e?tre! En cet heureux sejour
        Comment va - ecrire? Sans table pour
        Le coude? C?a va - sans front pour la plume
        (La paume)
        - Un mot code de ta coutume!
        Rainer, des rimes nouvelles - content?
        En effet, comprendre correctement
        Le terme rime - quest-ce dautre hors
        Plein de rimes nouvelles - la Mort?
        Car pas dissue: la langue est epuisee.
        Plein de consonances et signifies
        - Neuves! Neufs!
        - Au revoir! A se conna?tre!
        Nous verrons-nous? Mais le chant de nos e?tres:
        Avec la terre ou` moi-me?me me noie -
        Toute la mer, Rainer, et toute moi!
        Ne nous quittons pas - griffonne avant lheure.
        Bonnes esquisses sonores, Rainer!
        Lescalier du ciel: montee des honneurs
        Sacres Bonne consecration, Rainer!
        - Ma paume la tient: et si leau deborde?!
        Par-dessus le Rho?ne et dessus Rarogne,
        Par-dessus labsolu depart - je porte
        A Rainer - Maria - Rilke - en mains propres.

        notes

1

         (.)

2

         ! (.)

3

        Nazdar! - ! (.)

4

         ! ? ... ø.

5

        Memento mori (.) - .

6

        .. ( ) ().

7

         (.).

8

(.) - .

9

         (.).

10

         (.).

 
, -: ICE Book Reader, Book Reader BookZ Reader. Alreader, CoolReader ( ), .